Accueil / Commerce/Gestion / Les ballons d'essai du label Zéro Résidu de Pesticides dans la filière vin
Les ballons d'essai du label Zéro Résidu de Pesticides dans la filière vin
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Engagement de résultat
Les ballons d'essai du label Zéro Résidu de Pesticides dans la filière vin

Depuis son lancement en 2020, le label ZRP progresse dans la filière viticole, attirant les entreprises commercialisant en grande distribution. Les contraintes techniques restent difficiles et la moitié des vins dans la démarche ne parviennent pas jusqu'au label.
Par Olivier Bazalge Le 14 octobre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les ballons d'essai du label Zéro Résidu de Pesticides dans la filière vin
Les références de vins commercialisés sous label ZRP - crédit photo : Collectif nouveaux champs
L

e collectif Nouveaux Champs, association qui porte le label zéro résidu de pesticides (ZRP) depuis 2018, se réjouit du maintien de la progression de ce label au sein de la filière vins. En 2022, 11 entreprises viticoles sont adhérentes à l’association, caves coopératives, particulières et négoce, « soit 89 producteurs », précise Julie Sabourin, responsable technique et qualité du collectif Nouveaux Champs. Sept de ces entreprises ont mis en marché « des vins blancs (secs et doux), rosés et rouges, avec des prix de vente consommateurs allant de 4 à 20 € en grande distribution », situe encore la responsable technique du collectif Nouveaux Champs, alors qu’elles n’étaient que 4 l’an dernier.

Si le label a été créé en 2018 pour les fruits et légumes, il n’a pris son envol qu’en 2020 pour la filière vin. « Nous avons commencé à avoir des volumes significatifs qu’à partir de 2021, 320 000 bouteilles, notamment par l’intermédiaire de 2 caves coopératives, Buzet et Tutiac, qui labellisent des vins pour la 3ème année consécutive en 2022 », détaille Julie Sabourin. Comme déterminé dans les objectifs de l’association et ses adhérents, les vins labellisés ont été commercialisés à un prix supérieur de 20 % à leur équivalent en conventionnel. « Toutes filières confondues, la valorisation des produits labellisés ZRP a progressé de 16 % cette année, mais c’est la filière vin qui connaît la meilleure dynamique de croissance. Les producteurs nous sollicitent via l’intérêt de valorisation que représente le label », poursuit Julie Sabourin. L'association indique que le coût d'adhésion varie de 2,5 à 15 k€ en fonction du chiffre d’affaires de l’entreprise. Les analyses coûtent ensuite entre 150 et 300€ en fonction des laboratoires et des risques de contaminations croisées de chacune des structures. Une fois l‘entreprise labellisée, une cotisation de 0.5% du CA des vins portant le label vient s'ajouter à cela.

Gestion du mildiou

Vinovalie fait partie de ces nouveaux adhérents à l’association. Déjà en réflexion pour diminuer ses intrants, la coopérative du Sud-Ouest a pu labelliser des vins dès cette année. Une nouvelle gamme, "Pur équilibre", a ainsi été déclinée dans les trois couleurs, et commercialisée à un prix 25 % plus cher que la gamme équivalente chez Vinovalie. « Nous avons entamé la démarche dans le cadre de notre plan Biovalie 2025, axé autour de 7 piliers. L’émancipation des produits phytos est un de ces piliers », déroule Jacques Tranier, directeur général de Vinovalie. La proximité des exigences de Vinovalie avec ce que demande le label ZRP a conduit à cette adhésion, « mais le label en lui-même ne fait pas partie des objectifs prioritaires, c’est plus un ballon d’essai pour voir s’il y a un intérêt commercial et marketing à faire exister ce segment », reconnaît Jacques Tranier, qui rappelle que la démarche Biovalie 2025 vise à parvenir au résultat d’absence de résidus pour l’ensemble des vins produits par les 3800 ha de vignes de Vinovalie en 2025. « Le label ne sera pas indispensable à l’ensemble de la production », appuie Jacques Tranier.

Ce qui n’est pas une mince affaire, au regard des contraintes que cela engendre dans la définition des itinéraires techniques et des résultats analytiques sur les vins. « Deux viticulteurs indépendants qui avaient adhéré à l’association à la création de la filière ont préféré arrêter, car ils n’arrivaient pas à surmonter les contraintes d’itinéraires techniques pour parvenir à l’absence de résidus dans leurs vins », explique Julie Sabourin. Elle ajoute que ce l’acide phosphonique est le résidu qui pose le plus de problème pour parvenir au zéro dans les vins et qu’environ la moitié des vins engagés dans la labellisation se retrouvent en non-conformité analytique et se voient déclassés. Vinovalie a choisi d’appliquer la labellisation sur des vins issus de parcelles conduite en bio, « sur lesquelles il n’y a aucune utilisation de Fosetyl ou matière active pouvant conduire à la présence d’acide phosphonique », rebondit Jacques Tranier. Les itinéraires techniques sont menés de manière à gérer la pression mildiou à l’aide de stratégies biocontrôles couplé à l’utilisation de cuivre. « Nous avons eu de bons résultats même lors d’année à forte pression comme en 2020 », renchérit Jacques Tranier.

Plus facile pour les coopératives

Julie Sabourin souligne les vertus de cette démarche de labellisation chez les entreprises qui se sont engagées dans le label, « pour lesquelles il y a eu une réduction de 50% des IFT (indicateur de fréquence de traitement) ». Elle reconnaît volontiers que l’itinéraire technique type n’existe pas encore pour solutionner le problème des non-conformités, ce qui peut avoir un impact sur la pérennité du label d’un millésime à l’autre pour les producteurs. « Avec plus de lots labellisables à disposition, les caves coopératives disposent d’une plus grande marge d’action pour gérer la continuité d’une année sur l’autre », concède-t-elle. Les demandes d’information et les sollicitations continuent néanmoins d’affluer.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (4)
Albert Le 18 octobre 2022 à 13:49:55
En réponse à "pg" : merci de me prouver que l'objectif d'être éligible au label ZRP oblige en "amont" à être respectueux de l'environnement, de son terroir. Je peux certes me tromper, auquel cas je le reconnaîtrait. Mais avec ce label, on cherche à l'évidence à abuser le consommateur ... il aurait été honnête que les protagonistes de ce ZRP communiquent sur ce qu'il recouvre en "amont" en terme de protection du milieu. C'est peut-être bien là le hic.
Signaler ce contenu comme inapproprié
pg Le 18 octobre 2022 à 07:57:12
Albert, zéro pesticide dans le vin , c' est zéro pesticide . Vous n' allez pas raller sous le prétexte que certains font des efforts ? Marketing , oui . Et alors ? Vendre du vin c 'est faire du marketing et ça l'a toujours été ? Si l' analyse n' était pas si chère, j'en ferais une pour mes vins. Histoire de savoir si tous mes efforts mis en ?uvre portent leurs fruits.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 16 octobre 2022 à 21:34:55
Quelle est l'intérêt de ce label si en "amont" il faut se contorsionner dans son itinéraire technique (sans écarter véritablement et définitivement les intrants si je comprends bien) pour espèrer le label. C'est une démarche de pur marketing qui ne gruge que celles et ceux qui ne se posent pas trop de questions.
Signaler ce contenu comme inapproprié
fab bio Le 14 octobre 2022 à 21:14:54
Dans votre article, vous parlez de la valorisation des vins avec ce label, mais vous ne parlez pas du cout pour y avoir droit. Ce serai bien d'en dire un peu plus.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé