Accueil / Politique / ⚠️La marque Sud de France hors-la-loi sur les étiquettes de vin⚠️
⚠️La marque Sud de France hors-la-loi sur les étiquettes de vin⚠️
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Mise à mort
⚠️La marque Sud de France hors-la-loi sur les étiquettes de vin⚠️

La préfecture d’Occitanie envoie un coup de semonce à la filière régionale, menaçant à mots à peine couverts d’amendes et de blocages aux frontières de toutes bouteilles contrevenantes.
Par Alexandre Abellan Le 01 août 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
⚠️La marque Sud de France hors-la-loi sur les étiquettes de vin⚠️
S'il est déconseillé d'apposer la marque régionale sur les étiquettes, les évènements commerciaux sous la bannière Sud de France reste possible. - crédit photo : Agence Ad'Occ
F

in des prolongations, le match opposant l’administration à la région sur l’usage de la marque viticole Sud de France vient d’être tranchée par l’arbitre préfectoral. Dans une lettre datée du 25 juillet consultée par Vitisphere, le préfet de la région Occitanie, Étienne Guyot, résume aux membres des conseils de bassin viticole Languedoc Roussillon et Sud-Ouest les conclusions de la réunion tenue le premier juillet dernier : « l’état actuel de la réglementation de la protection des indications géographiques dans le secteur vitivinicole ne permet pas que la mention "Sud de France" figure sur l’étiquetage de ces vins [NDLR : conformément à une alerte de 2019]. De plus l’impasse technique d’une solution alternative consistant à changer le nom du bassin viticole, solution un temps envisagé par certains d’entre vousm’a amené au constat que la mention "Sud de France" ne peut plus être envisagée aujourd’hui. » Après quatre années de flou, cette mise au point nécessite un changement d'étiquettes pour les 7 000 vins utilisant le label (sur 12 000 produits agroalimentaires recensée en 2021, pour les 15 ans de la marque régionale).

« La mention de la marque "Sud de France" sur l’étiquetage des vins constitue une non-conformité réglementaire passible de sanctions (contraventions de cinquième classe) » poursuit dans son courrier le préfet de la région, notant que « tous les produits exportés hors de l’Union Européenne devant être conformes à la réglementation communautaire, les opérateurs en infraction à ces réglementations seront exposés à des blocages de leurs produits aux frontières ». Encourant 1 500 € d’amendes (3 000 € en cas de récidive), et une saisie des bouteilles destinées à l’export, les opérateurs de la filière sont invités à se mettre en conformité. « Il me semble donc désormais indispensable que les représentants de la profession puissent relayer auprès de tous les opérateurs commerciaux concernés l’état du droit et la nécessité de s’y conformer » précise Étienne Guyot.

Méfiez-vous, maintenant vous le savez !

Jugeant que la clarification est une bonne chose, un participant languedocien de la réunion du premier juillet note que « le préfet ne fait que rappeler le droit. Le débat a été nourri : tout a été abordé et tous les arguments sont tombés, les uns après les autres. Ça plaît ou ça déplaît, c’est pareil. Le message est clair : méfiez-vous, maintenant vous le savez ! Et toutes les entreprises contrevenantes peuvent estimer que les Fraudes ont été sympas jusque-là… »

 « Le maintien de la marque est passible de contraventions. Jusqu’à présent les autorités de contrôle ont émis des rappels à la réglementation » confirme Marie Guittard, la directrice de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO), pointant que « pour se conformer à la réglementation - spécifique au secteur viticole et qui n’a pas été obtenue pour le secteur agroalimentaire -  les opérateurs concernés devront retirer cette mention de leurs étiquettes et peuvent évidemment se rapprocher des services des administrations régionales compétentes qui auront ainsi l’occasion de leur expliquer la teneur et les objectifs très protecteurs de cette réglementation européenne qui est aussi appliquée pour protéger les AOP et les IGP qu’ils commercialisent d’étiquetages non conformes. »

Impasses

Dans l’analyse juridique fournie par la préfecture d’Occitanie, il revient que dans l’état du droit (européen et français), « la dénomination "Sud de France" ne correspond pas à une zone géographique au sens réglementaire et il n’est donc pas possible de l’intégrer dans les cahiers des charges des AOP ou IGP concernées ». L’alternative du changement de nom de bassin viticole Languedoc-Roussillon n’est pas crédible pour les services occitans, qu’il s’agisse d’un bassin Languedoc-Roussillon Sud de France (« le nom de bassin choisi doit pouvoir être utilisé sur toutes les étiquettes des vins concernés », mais Languedoc et Roussillon sont des AOP) ou d’un bassin Sud de France (demandant un décret en conseil des ministres et la mise à jour de tous les cahiers des charges AOP et IGP pour le permettre, avec le choix entre Sud de France et les mentions Languedoc ou Roussillon).

Bref, « la réglementation européenne en vigueur ne permet pas que la mention « Sud de France » figure sur les étiquettes des bouteilles de vin. Cette réglementation est particulièrement protectrice des indications géographiques puisqu’elle prévoit que seul le nom d’une AOP ou d’une IGP peut figurer sur une étiquette de vin » résume Marie Guittard, confirmant que « la mention "Sud de France" ne remplit pas les conditions prévues dans la réglementation européenne pour ajouter au nom de l’AOP ou de l’IGP sur l’étiquette celui d’une unité géographique plus grande ou plus petite ».

Bannière d'univers de produits

Cependant, les services de la préfecture notent que « la marque Sud de France peut être utilisée en tant que bannière visant à promouvoir un univers de produits ». Des stands collectifs sur des salons à l’étranger ou des opérations de promotion dans les réseaux de distribution en France et à l’exportation, « le Conseil régional Occitanie a toute latitude à développer sa communication et la promotion des produits d’Occitanie, y compris des vins » indique la préfecture.

Adepte de l’utilisation de la marque Sud de France sur ses bannières en stand, Jacques Gravegeal, le président de l'Interprofession des Vins Pays d'Oc IGP, plaide pour un appui régional à cette communication collective maintenant que l’usage individuel est enterré pour les étiquettes. « Il ne faut pas avoir peur de dire que le vignoble d’Occitanie c’est Sud de France. Pays d’Oc souhaite un plan de communication en ce sens » souligne le vigneron héraultais, glissant que « j’ai inventé Sud de France, que j’ai donné à Georges Frêche (alors président de la Région Languedoc-Roussillon) : c’est un élément qui nous identifie plus largement que Pays d’Oc ou Languedoc-Roussillon ».

Reste pour les opérateurs la nécessité de réviser leurs emballages, ce qui ne s'annonce pas aisé avec les tensions actuelles sur les matières sèches. Pour la région, reste l'ardoise d'un développement de marque régional en partie raboté.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (5)
Decanus Le 02 août 2022 à 20:14:42
Dès 2009, j'avais souligné, en hommage à Georges Frêche, dans une étude sur les marques et IG, que "Sud de France" devrait être acceptée en tant que marque "géo-poétique" : " L?INAO avait e?mis des re?serves sur cette marque en conside?rant que le droit communautaire ne permettait d?utiliser le nom d?un re?gion que pour des vins d?appellation et non pour les vins de pays, largement repre?sente?s dans l?offre pre?sente?e sous cette « bannie?re », et qu?il y avait aussi des exigences qualitatives pour les re?fe?rences re?gionales d?autres produits que les vins. Cependant, selon nous, l'ope?ration « Sud de France » ne peut pas e?tre ge?ne?e par l'application tatillonne du droit europe?en car en re?alite? elle n'utilise pas le nom d'une re?gion de?termine?e. En effet, on chercherait vainement « Sud de France » sur une carte. Ainsi on ne peut pas conside?rer cette de?nomination comme une « indication ge?ographique ». C'est en fait une re?fe?rence culturelle a? base ge?ographique, une re?fe?rence « ge?o-poe?tique » fonde?e sur des images et non pas sur la carte". Mais la poésie n'a pas eu de chance...
Signaler ce contenu comme inapproprié
raphadiff Le 02 août 2022 à 13:11:54
Cette marque Sud de France n'était pas une bonne idée dès le départ contrairement à l'engouement général. En effet, la notion est floue et trompeuse, tendant à englober tous les vins du Sud dans le même panier. En revanche, que l'UE fasse de même maintenant concernant la fameuse appellation, tout aussi trompeuse, '' Vin issu de l'Union Européenne'' ...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Minerve Le 01 août 2022 à 20:45:46
Comme toujours en France on vient casser ce qui fonctionne.
Signaler ce contenu comme inapproprié
bonsens Le 01 août 2022 à 14:28:38
a l export c est une tres bonne marque . On pourrait comprendre pour le marche fancais
Signaler ce contenu comme inapproprié
Voltaire Le 01 août 2022 à 07:03:52
Et que faire des stocks de bouteilles étiquetées depuis des années ??? Quelqu?un y a pensé?.comme d?habitude, non.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé