Accueil / Viticulture / Les chiffres des pertes de récolte liées au gel dans le vignoble

Plus de peur que de mal ?
Les chiffres des pertes de récolte liées au gel dans le vignoble

Les conseillers viticoles font le tour des parcelles pour estimer les pertes de récolte liées au gel. Dans le Val de Loire ou le Muscadet, elles avoisineraient les 20%. Les dégâts seraient plus importants dans le Gers, mais presque nuls en Occitanie. Pour d’autres vignobles, comme Bordeaux, il est encore trop tôt pour se prononcer.
Par Marion Bazireau Le 22 avril 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les chiffres des pertes de récolte liées au gel dans le vignoble
Les dégâts de gel sont très hétérogènes d'une région à une autre. - crédit photo : Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne
D

u 1er au 5 avril dernier, un violent épisode de gel a frappé le Val de Loire, Bordeaux, le Sud-Ouest de la France, le Var, et la haute Vallée du Rhône. Rebelotte, du 9 au 11 avril, cette fois-ci dans le Nord-Est, où des bourgeons ont encore affronté de nouvelles températures négatives, avec jusqu’à -4°C en Champagne, et même -6°C en Bourgogne.

Deux semaines après les faits, aidée par le redoux, la vigne est sortie de sa torpeur dans la majorité des régions. Vignerons et conseillers viticoles commencent à mieux évaluer les dégâts.

Dans le Val de Loire, comme ailleurs, l’impact du gel est très disparate d’une parcelle à l’autre en fonction de la topographie et des stades phénologiques. « De nombreux bourgeons au stade « dans le coton » sont morts, la bourre ayant un fort pouvoir de rétention de l’eau des précipitations ou du dépôt de rosée nocturne » indique Thomas Chassaing, de la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire.

92% des bourgeons sont détruits sur la parcelle de pineau d’aunis la plus touchée de son réseau, dans le secteur de l’Aubance. Heureusement, dans le Layon ou le Saumurois, d’autres vignes sont indemnes de tous dégâts.

20% de bourgeons détruits

Globalement, la lutte a permis de limiter l’impact du gel en dessous de 20% de perte de récolte. « Les cépages les plus impactés sont le gamay, le chardonnay, le grolleau, le chenin et les cabernets » reprend le conseiller. Dans le Muscadet, le bilan est plus ou moins équivalent.

Plus à l'Est, de Vouvray à Cheverny, le gel a pu provoquer des dégâts sur les cépages à débourrement précoces (chardonnay, pinot noir, gamay...). Pour le sauvignon ou le cot, qui étaient encore au stade gonflement du bourgeon, l’impact est nul.

En Champagne, le directeur technique et environnement du Comité Champagne Arnaud Descôtes est soulagé. « Nous venons de nous réunir pour dresser le bilan définitif sur le vignoble. 8% des bourgeons principaux ont été détruits sur l’ensemble de la région, et nous voyons des contre-bourgeons démarrer. Il y aura donc moins de 8% de perte de récolte, ce qui est 3 voire 4 fois inférieur à 2021 ».

Le chardonnay est plus touché que le pinot noir et meunier. Il y a un peu plus de dégâts dans la Vallée de la Marne, sur la Côte des Bars, et dans la région de Vitry, « avec une grande hétérogénéité d’une exploitation voire d’une parcelle à une autre en fonction de l’exposition au vent, de la date de taille, ou du travail du sol ».

En Bourgogne, la température est descendue jusqu’à -6 C° sur certains coteaux de Chablis. Il a fait moins froid en Côte d’Or. Dans cette partie du vignoble, c’est le gel du 9 avril avec présence de givre qui a eu le plus d’impact. « Malgré tout, les comptages effectués sur 111 parcelles avec une grande diversité de situations nous permettent de dire que les dégâts restent globalement mineurs » indique la Chambre d’agriculture. 90% du réseau présente moins de 5% des ceps avec dégâts.

Le plus souvent sur les pieds concernés, c’est tout au plus 1 bourgeon qui a gelé en bout de baguette ou bien des jeunes plants qui ont été affectés. Dans de nombreux cas, les contre-bourgeons sont déjà bien développés.Le Mâconnais a été relativement moins touché, autour de 0 à -1 C°, voire -2 dans certains secteurs du nord.

A Bordeaux, où le Médoc et Bergerac ont notamment frôlé les -7°C les 3 et 4 avril, il est encore trop tôt pour dresser un bilan. « Malgré quelques jours chaufs, la persistance de la fraîcheur freine la pousse de la végétation. Les viticulteurs s’attendent à des pertes mais ne sont pas affolés comme l’an passé » explique Philippe Abadie, directeur du service entreprises à la Chambre d'agriculture de Gironde.

Colombard et gros manseng très touchés

A la Chambre d’agriculture du Gers, Carla Fabri fait en revanche déjà état de dégâts généralisés sur toute la zone viticole, « même dans les secteurs sans historique gélif ». Le gros manseng et le colombard, qui constituent le plus gros de l’encépagement sont les plus touchés du fait de leur précocité. « Ils étaient souvent au stade 2 à 3 feuilles étalées quand le froid est arrivé ».

La conseillère pense que les pertes seront autant voire plus importantes qu’en 2021. « Nous attendons de voir si les grappes vont faire des fruits ou si le gel va générer de la coulure » indique-t-elle.

Plus au Sud, dans l’Aude, ses confrères observent des principalement des dégâts sur les cépages très précoces des vignobles de Limoux, Cabardès, Carcassès, et du Lauragais. Dans le Gard, « quelques bourgeons abimés ont été observés mais l’impact sur la récolte sera sans doute négligeable » rassure le Bulletin de santé du végétal (BSV). Dans l’Hérault, des nécroses sont visibles dans les parcelles les plus développées de la Vallée de l’Orb Lodévois, notamment sur chardonnay et syrah.

Sur la majorité des 60 stations météorologiques mises en place par l’Institut Coopératif du Vin (ICV), les températures minimales les plus basses sont restées proches ou légèrement supérieures à 0°C. « Elles ont localement pu descendre à -2, voire -3°C pour les Côtes du Rhône Septentrionales, en Ardèche, ou dans le Centre Var ». Là encore, il faudra patienter quelques jours pour tirer le bilan de la vague de froid.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.

VINICONNECT

© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé