Accueil / Viticulture / Trois nouveaux systèmes de lutte contre le gel à l'épreuve dans les vignes

Retours de terrain
Trois nouveaux systèmes de lutte contre le gel à l'épreuve dans les vignes

Lors des derniers épisodes de gel, les vignerons ont éprouvé sur le terrain trois nouveaux systèmes de lutte : la gaine chauffante de R-Tech solutions, le canon à air chaud de Michael Paetzold et une super chaufferette.
Par Bertrand Collard, avec Marion Bazireau et Clément l’Hôte Le 11 avril 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 Trois nouveaux systèmes de lutte contre le gel à l'épreuve dans les vignes
gaine d'air chaud R-Tech pour lutter contre le gel à Beaune - crédit photo : R-Tech
E
n Bourgogne : une gaine chauffante

« Ça a l’air pas mal », rapporte Vincent Boyer. Le 17 mars, R-Tech Solutions est venu chez lui faire une démonstration de son nouveau système de lutte contre le gel. Avec d’autres vignerons de Meursault, il a découvert une gaine en polyéthylène d’un millimètre d’épaisseur que l’on attache au fil porteur. À l’entrée de cette gaine, relié à une armoire électrique, un ventilateur envoie 2 000 Watts d’air de 25 °C plus chaud que l’air ambiant. Dès lors, la gaine se gonfle et disperse l’air chaud par des microperforations placées sur toute sa longueur.

Lors de la démonstration, la gaine a été déployée sur 100 m, sa longueur maximale. « On a mesuré 17 °C au début du manche et 13 °C à la fin. Ça souffle l’air chaud directement sur la baguette », détaille Vincent Boyer qui dirige le domaine Boyer-Martenon avec sa sœur Sylvie. Est-ce suffisant par une nuit de gel ? Impossible de le dire avec certitude, le système n’ayant pas pu être déployé début avril.

R-Tech solutions a conçu cette gaine pour répondre à des clients en recherche d’un système amovible ne gênant pas les travaux viticoles. « Contrairement au câble, une fois le risque de gelées passé, on peut la replier facilement sur elle-même pour la stocker. Elle ne pèse que 20 kg pour 100 mètres », assure Arnaud Roussac, gérant de l’entreprise. Pour l’accrochage, « Il faut un peu de temps, mais pas plus que pour poser des bougies », assure Vincent Boyer.

Le raccordement à l’armoire électrique va encore plus vite. « On branche chaque rang à l’aide de kits de connexion rapide », indique Arnaud Roussac. Il faut une gaine par rang, 19 € par mètre de gaine et 6 000 à 7 000 € pour une armoire 27 rangs.

 

À Bordeaux : un canon à air chaud

Autre innovation, un canon mobile à air chaud d’une puissance de 1,8 million de watts. Signé : Michael Paetzold. « L’idée m’est venue lors des gelées d’avril 2021, confie le président de la société du même nom. En aidant des amis, je me suis aperçu que les moyens à leur disposition n’étaient pas totalement efficaces. » Miguel Aguirre, directeur d’exploitation au château La Tour Blanche à Bommes dans le Sauternais compte parmi les premiers utilisateurs de cette machine.

PHOTO-2022-04-06-12-55-52 2.jpg

Trois nuits de suite, jusqu’à l’aube du 5 avril, il a cherché à protéger 10 de ses 20 ha de vignes situés sur un plateau avec le brûleur Paetzold. « 80 % des bourgeons étaient dans le coton. Dans les vignes les plus avancées, on avait une à deux feuilles étalées », indique-t-il. Les deux premières nuits, il a fait -3 °C au plus froid. Le vent du nord aidant « on a réchauffé l’air ambiant de 2 °C à 40 m et de 1 °C à 80 m. J’étais prudemment optimiste quant au résultat ». Mais au cours de la troisième nuit, le vent a tourné au sud, réduisant fortement la portée du souffle d’air chaud alors qu’il faisait à nouveau -3 °C. Voyant cela, Miguel Aguirre a déplacé la machine. Dans ces conditions, les vignes ont-elles été bien protégées ? Le 5 au matin, il était trop tôt pour répondre.

Le château La Tour Blanche a investi 130 000 € dans cet équipement et brûlé 2 000 l de fuel. Il a pris cette décision après avoir perdu presque toute sa récolte suite au gel de l’an dernier. « On apprend à l’utiliser, indique Miguel Aguirre. C’est un investissement parmi d’autres pour réduire notre sensibilité au gel ».

  Dans le Val de Loire : une super chaufferette

Tout est allé très vite pour les rockets stoves imaginées par Jean-Baptiste Bonnigal, son associé Stéphane Bodet et son demi-frère Jean-François Pascal. « Jusque-là, on brûlait des piquets de vigne usagés dans des bidons au pied des tours antigel ou on allumait des bougies, explique ce vigneron cogérant du domaine Bonnigal-Bodet, 40 ha, à Limeray dans l’appellation Amboise. La combustion n’était pas bonne et ce n’était pas pratique. On s’est assis autour d’une table et on a eu l’idée d’utiliser des rockets stove, des poêles qui chauffent très fort et qui brûlent totalement les fumées. »

220404FAI_185.JPG

Le premier modèle est sorti entre Noël et nouvel an. « On l’a présenté à la Cuma des Tours à Montlouis, poursuit Jean-Baptiste Bonnigal. Ils nous ont dit qu’il fallait améliorer le confort d’utilisation. On a travaillé sur l’écoulement des granulés. »

Pour lutter contre le gel, le domaine Bonnigal-Bodet possède huit éoliennes. « Chacune est donnée pour protéger 4 ha, mais c’est plutôt 2,5 à 3 ha, observe Jean-Baptiste. Nous avons placé quatre rocket stove par tour. Dix minutes après l’allumage, la combustion est complète. Au plus bas dans la nuit du 2 au 3 avril, nous avons relevé -2,9 °C à -3,4 °C selon les secteurs. À 80 m des tours, on a gagné 0,8 à 1,2 °C et à 120 m, 0,4 à 0,6 °C. » La nuit suivante fut plus ventée faisant chuter les performances des tours. « Les vignes les plus avancées, quelques chardonnays, étaient au stade pointe verte. On n’a pas gelé », assure le vigneron le 7 avril.

Trois chaudronniers à Amboise, Saint-Nicolas-de-Bourgueil et à Chambray-lès-Tours disposent des plans de ces poêles. En quelques semaines, juste avant l’épisode de gel, ils ont en vendu une centaine. Comme des petits pains. 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé