Accueil / Gens du vin / Le Monde cogne encore sur Audrey Bourolleau et le "lobby du vin"
Le Monde cogne encore sur Audrey Bourolleau et le "lobby du vin"
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Vieux dossiers
Le Monde cogne encore sur Audrey Bourolleau et le "lobby du vin"

S’appuyant sur d'anciens échanges de mail communiqué par l’Elysée, le quotidien du soir épingle ce qu'il juge être des interférences dans la politique de prévention et de santé du président Emmanuel Macron.
Par Alexandre Abellan Le 22 mars 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le Monde cogne encore sur Audrey Bourolleau et le
« La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), chargée d’examiner les déclarations d’intérêts des agents publics, a-t-elle recommandé des mesures de déport à la conseillère ? Cette information, couverte par le secret professionnel, n’est pas publique » laisse planer le Monde. - crédit photo : Audrey Bourolleau lors du Salon de l’Agriculture 2018, lors du passage du président Emmanuel Macron sur le pavillon des vins (Présidence de la République, Ghislain Mariette)
«

 Une lobbyiste du vin au cœur du quinquennat et de la campagne électorale d’Emmanuel Macron » titre une enquête en deux pages du Monde (daté du mardi 22 mars). Ciblant Audrey Bourolleau pour son parcours entre filière viticole (à la tête de l’association Vin et Société de 2012 à 2017) et engagement politique auprès d’Emmanuel Macron (du volet agricole des campagnes de 2017 et 2022 au poste de conseillère agricole à l’Élysée de 2017 à 2019), le quotidien indique que « loin de se déporter des sujets liés à l’alcool, la conseillère du président apparaît, dans une demi-douzaine de documents, comme une facilitatrice du lobby alcoolier à l’Elysée ». Ayant demandé l’accès à des documents administratifs représentatifs des échanges d’Audrey Bourolleau sur les boissons alcoolisées, Le Monde se base sur « une demi-douzaine de courriels et de notes internes. C’est très peu. »

L’enquête fait d’abord état d’un travail de cabinet somme tout classique (rencontre « à l’automne 2017 [avec] Antoine Leccia, le président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France, [qui] fera partie de la délégation présidentielle au cours de la première visite d’Etat en Chine ») avant de se focaliser sur ce qui lui semble être une interférence : Audrey « Bourolleau est aussi directement intervenue sur les politiques de lutte contre les consommations nocives d’alcool » indiquent les journalistes, se basant sur un mail du 21 août 2018.

Pleine interférence

Un courriel qui « la montre en pleine interférence dans la rédaction du plan national de mobilisation contre les addictions de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca) pour la période 2018-2022 ». Tendant à dénormaliser la consommation de boissons alcoolisées (avec un risque sanitaire dès la première goutte), cette approche des tenants de l’hygiénisme n’a pas manqué d’inquiéter la filière vin, conduisant Audrey Bourolleau à proposer dans son mail une approche reconnaissant les dangers d’une consommation excessive sans viser les comportements modérés. Ce qui tient de l’interférence pour Le Monde, selon qui « depuis le vote de la loi Evin contre le tabagisme et l’alcoolisme en 1991, les alcooliers ont structuré leur lobbying autour de la "modération". Leur slogan "à consommer avec modération", par exemple, a été conçu pour saper la portée du message sanitaire "L’abus d’alcool est dangereux pour la santé". Or, depuis plusieurs années, un nombre croissant d’études scientifiques dénoncent les risques liés à toute consommation d’alcool, même minime, en matière de cancer notamment. »

Déjà qualifiée de « représentante du lobby viticole » en 2017, Audrey Bourolleau était déjà ciblée par Le Monde comme symbole du « rapport décomplexé avec les lobbys » du président Macron en 2018 et comme levier pour que le « lobby de l’alcool sape toute prévention prônant l’abstinence » en 2020.

Quinquennat serein ?

Dans un autre article publié dans l’édition du 22 mars, les Décodeurs du Monde jugent que « les années Macron [constituent] un quinquennat rêvé pour le secteur alcoolier ». Une vision qui n’est pas vraiment partagée par la filière vin, marquée par la campagne dite du tire-bouchon de 2017 et de l’échographie de 2019, les débats parlementaires sur la taxe premix, les échanges difficiles sur l’évolution du logo femme enceinte, l’émergence du "Janvier Sec"… Jusqu’aux récents débats européens sur un rapport parlementaire sur le cancer, où une approche résolument antialcool était portée par une eurodéputée de la majorité présidentielle française. Plus qu'un quinquennat idyllique (qui plus est après les taxes Trump, la crise covid, le gel de 2021...), la filière vin a passé cinq années éprouvantes, durant lesquelles se confirme le constat qui lui est quasiment impossible de participer à la construction d'une politique de santé publique sans être attaquée sur sa probité. Sa position de prévention des excès par la consommation modérée étant immédiatement taxée de manœuvre grossière du lobbying alcoolier défendant son pré carré.

En témoigne ce dossier du Monde.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Byron Essola Le 22 mars 2022 à 14:40:06
Ca mériterait peut-être un peu moins de "selon Le Monde". On peut soutenir cette forme de lobbying sans pour autant nier les interférences. Quelque soit les considérations culturelles et patrimoniales, imaginons un ancien du lobby cigaretier intégrer le cabinet du Président de la République et se permettre des commentaires sur la politique de prévention menée par le gouvernement: qui oserait dire qu'il ne s'agit pas d'interférences. Peut-être vous paraissent-elles légitime pour le vin, mais cela pose quand même question. Je trouve que tous ces "selon Le Monde" jettent le doute sur un travail journalistique sérieux et appuyé sur des preuves (les courriers obtenus par le monde sont éloquents).
Signaler ce contenu comme inapproprié
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente / Charente-Maritime / Deux-Sèvres ... - CDI
Côte-d'Or - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé