Accueil / Commerce/Gestion / Retrouvailles à taille humaine du salon Vinexpo à New York

Back in the USA
Retrouvailles à taille humaine du salon Vinexpo à New York

Les professionnels américains étaient au rendez-vous pour le retour de Vinexpo les 9 et 10 mars au cœur de la ville de New York. Pour cette troisième édition américaine, Vinexpo America a créé Drinks America, une section réservée aux spiritueux et autres boissons.
Par Isabelle Bachelard Le 11 mars 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Retrouvailles à taille humaine du salon Vinexpo à New York
Un aperçu du pavillon des vins français au Jacob K. Javits convention center de New York. - crédit photo : Isabelle Bachelard
I

l y a deux ans, les 2 et 3 mars, Vinexpo New York était le dernier évènement professionnel à se tenir dans le monde du vin dix jours avant qu’il ne se referme et en plein dans la tourmente causée par la taxe de 25 % qui pénalisait les importations françaises.

Se retrouver après une si longue absence, est-ce la raison de la bonne ambiance qui régnait dans les allées, bien remplies ? Ou tout simplement la levée du masque obligatoire, intervenue deux jours avant le début du salon aux Etats-Unis ?

A taille humaine

Le salon frappe par ses dimensions modestes, quatre ou cinq allées qui se terminent au fond du hall par les espaces de conférences et master-classes, toutes bien remplies.

Pour les 380 exposants, venus de 31 pays, les stands sont pratiquement identiques et de petite taille, ce qui permet de voir la totalité du salon sans accumuler les kilomètres. Se distinguent les regroupements par pays, la Georgie et le Chili, le Japon dans la section Drinks. Et la France qui figure en bonne place dès l’entrée avec le pavillon « Taste France » sous la houlette de Business France, qui permet à des exposants de venir avec un stand clef en main et un budget maitrisé.

Emmanuel Vergely, responsable de l’export à la cave Bestheim revient grâce à cette facilité, à la recherche d’importateurs supplémentaires, surtout pour les crémants d’Alsace car il croit à la place qu’ils peuvent prendre à côté des cavas et proseccos et face aux prix croissants des champagnes car « c’est français, c’est une méthode traditionnelle et c’est bon » le tout à moins de 20 dollars.

Bev Zero, spécialiste mondial de la désalcoolisation, présente les produits de ses clients producteurs afin d’en trouver de nouveaux.

On regrette que la section WOW dédiée aux vins certifiés dans une démarche environnementale soit réduite et mal signalisée. Souhaitons qu’elle reprenne de sa belle couleur verte lors de sa section bordelaise prévue les 22 et 23 juin.

Des acheteurs aux objectifs précis

Les visiteurs sont visiblement très professionnels. Ils viennent de 44 états américains, plus le Mexique et le Canada. Ils représentent le marché américain, avec son système organisé suite à la prohibition entre trois tiers, importateurs, distributeurs et revendeurs (détaillants ou restaurateurs) et sont venus avec des objectifs précis.

On voit un acheteur faire le tour des stands à la recherche d’un chenin blanc. Cyril Rouchon, qui représente le négoce bordelais Maison Montignac, bien implanté aux Etats-Unis ressort ravi de sa visite, car il a vu qui était là et espère prendre un stand l’année prochaine.

Rodolphe Lameyse, directeur de Vinexpo se rejouit de l’association établie depuis 2019 avec le partenaire américain Diversified Communications, qui permet de répondre aux exigences spécifiques du pays. Il explique l’intérêt de Drinks America qui va capter un nouveau public et de nouveaux exposants via les spiritueux : « Il y a beaucoup de nouveauté, de jeunes ou moins jeunes qui se lancent dans ce domaine. Et les spiritueux sont un pilier majeur en France ». Les vins et spiritueux désalcoolisés, les cocktails, les RTD « Ready To Drink » prêts à consommer, bien présents à Drinks America, sont tout aussi importants.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé