Accueil / Commerce/Gestion / 20 000 visiteurs attendus par le salon Wine Paris & Vinexpo Paris 2022

Solide sur ses appuis
20 000 visiteurs attendus par le salon Wine Paris & Vinexpo Paris 2022

Affichant ses soutiens au sein de la filière vin, l'évènement commercial affirme toute sa confiance dans le succès de son évènement pour ses exposants et visiteurs.
Par Alexandre Abellan Le 25 janvier 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
20 000 visiteurs attendus par le salon Wine Paris & Vinexpo Paris 2022
Dernier salon à s'être tenu en 2020 avant le confinement, Wine Paris & Vinexpo Paris compte bien être le rendez-vous de reprise après la crise covid indique Fabrice Rieu (deuxième à gauche), ce 25 janvier aux côtés de Stéphane Zanella, Jacques Gravegeal et Rodolphe Lameyse et Christophe Bousquet (de gauche à droite). - crédit photo : DR
Ã

À 20 jours de son ouverture, le salon Wine Paris & Vinexpo Paris ne lâche rien. Et les représentants de la filière vin ne lâche pas l’évènement, maintenu du lundi 14 au mercredi 16 février à Paris. Réuni ce 25 janvier au syndicat des vins de Pays d’Oc IGP (domaine de Manse à Lattes), un aéropage de représentants nationaux et régionaux de la filière vin signe un manifeste (voir encadré) et affirme le besoin de cet évènement unitaire (réunissant les salons Vinexpo, Vinisud et Vinovision), alors que les conditions sanitaires s’améliorent (avec des levées de contraintes).

« Aujourd’hui, il n’y a pas de débat : le mois de février est la période ad hoc pour faire du commerce du vin » ajoute Stéphane Zanella, président du Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon (CIVR), qui souligne que l’« on ne participe pas à un salon juste pour le  plaisir, les entreprises qui sont là en tant qu’exposants en ont besoin. Aujourd’hui, on sort de deux ans de disette : le commerce s’est fait bon an, mal an, mais le salon a cette fonction de présenter ses produits à ses futurs clients et prospects. » Revenant aux fondements historiques de l’évènement, Jean-Martin Dutour, le président du salon Vinovision, rappelle que la recette originelle repose sur la tenue d’un rendez-vous à Paris en février. Dans la vallée du Rhône, « les familles production et négoce sont unanimes sur le maintien [du salon] » ajoute Philippe Pellaton, le président de l’Interprofession des Vins du Rhône (Inter-Rhône), qui indique « l’envie de sacraliser cette date de février [pour] se positionner dès le début d’année dans le cycle de vie du produit ».

Place-forte

Pour la filière française, l’enjeu de maintenir ce salon est de consolider « une place-forte de présentation de l’exhaustivité de l’offre viticole française à la période la meilleure pour réaliser des rencontres avec des acheteurs » explique Fabrice Rieu, le président du salon Vinisud. « Il ne faut pas sacrifier sur l’autel de la crise sanitaire des années de travail » abonde Rodolphe Lameyse, le directeur général de Vinexposium, organisant Wine Paris & Vinexpo Paris. Entendant les craintes de faible visitorat, notamment de négociants de Bordeaux (mais aussi de Bourgogne) qui demandent par précaution un report ou des baisses tarifaires, l’organisateur veut rester factuel et « mettre de la rationalité ».

20 000 visiteurs dans le viseur

« À ce stade, rien ne me laisse penser que le salon ne répondra pas aux attentes commerciales » Rodolphe Lameyse souligne ainsi la décrue pandémique actuelle des variants Delta et Omicron en France*, avec la levée des restrictions pesant sur l’évènementiel et les flux de visiteurs internationaux. Autre argument chiffré : la dynamique de préenregistrement des visiteurs. « On part de plus bas, mais le taux de croissance hebdomadaire des préenregistrements est supérieur à l’année nominale de référence (+30 %) » souligne l’organisateur, annonçant 7 000 visiteurs préenregistrés (à 55 % français), ce qui permet une projection de 20 000 visiteurs uniques pour le salon. Soit un repli de 30 % par rapport aux 29 000 visites de l’édition 2020, avec une prévision de 65 % de visiteurs français, le salon souligne que les acheteurs étrangers seront bien présents sur tous les réseaux commerciaux (avec un top 5 des préenregistrements Pays-Bas, Belgique, États-Unis, Grande-Bretagne et Canada).

Face aux exposants inquiets, « il ne faut pas mélanger la perception et la réalité. On a une demande forte depuis 3 semaines et la confirmation du salon. Il y a un besoin de commercialisation » martèle Rodolphe Lameyse, notant que « s’il y avait l’ombre d’un doute, le salon ne serait pas maintenu. On a été capable de reporter par le passé. On ne maintient pas parce que l’on est pris à la gorge, mais parce qu’il y a opportunité (avec le report de ProWein de mars à mai) et une demande (d’acheteurs). » Si l’organisateur reconnaît des défections parmi des exposants de poids (« sur les doigts de la main » et notamment du négoce bordelais), il affirme « être courageux, mais pas téméraire : on ne fait pas n’importe quoi ».

Je ne sais pas ce qu’est un bon salon

Si les organisateurs donnent fermement rendez-vous à la filière vin ces 14-16 février à Paris, ils soulignent que la qualité du visitorat importera plus que sa quantité. « Oui, on ne sera pas des conditions idéales. Je ne suis pas sûr que cela va être une grande réussite, mais on va tout faire pour que ça le soit » indique Christophe Bousquet, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin du Languedoc (CIVL). Qui ajoute : « moi, je ne sais pas ce qu’est un bon salon. Ça fait 33 ans que j’en fais. La qualité du visitorat n’a rien à voir avec la quantité. On peut faire des salons où l’on fait 50 dégustations par jour et pas une seule vente. »

Pour juger de la réussite, ou de l’échec, de l’évènement, « on fera le compte à la fin » abonde Jacques Gravegeal, le vice-président délégué d’InterOc, pour qui « ce n’est pas le 17 février que l’on aura la réponse. Il va falloir un peu temps pour concrétiser les approches et actes commerciaux conclus. » Quant aux frileux, « les vignerons le savent, on prend un risque dès que l’on a une souche dehors. Nous avons l’habitude du risque. Le risque commercial que l’on prend est infime pour moi » ajoute Jacques Gravegeal, qui souligne que toute l’organisation « a confiance dans l’avenir. Si vous n’avez pas confiance dans l’avenir, il faut abandonner le métier ».

 

* : L’accès à la porte de Versailles ne sera possible qu’aux visiteurs et exposants munis d’un pass vaccinal. Seront obligatoires à l’intérieur le port d’un masque et le respect des gestes barrières (distances de sécurité, utilisation régulière de gel hydroalcoolique…). Les dégustations pourront se faire sans contrainte, à condition d’être statiques. Des référents et « brigades covid » veilleront au respect des conditions sanitaires.


 

Le manifeste de soutien à Wine Paris & Vinexpo Paris

« Wine Paris & Vinexpo Paris, qui se tiendra du 14 au 16 février 2022, représente un engagement fondateur destiné à soutenir la dynamique commerciale de la filière des vins et spiritueux. Nous activons les uns et les autres tous les leviers possibles pour faire de cet évènement un succès collectif. Au-delà de toutes les précautions sanitaires qui seront prises, nous mobilisons les institutions jusqu’aux plus hautes sphères de l’Etat sans oublier l’essentiel, notre réseau à tous. C’est dans cette dynamique vertueuse et grâce à l’ensemble de ces éléments que nous consolidons le socle qui nous portera pour les décennies à venir. Notre histoire est en marche. Nous ne sommes qu’aux prémices d’une aventure inédite au service de nos vignerons, domaines, caves, coopératives, maisons de négoce et marques.

Les professionnels des vins et spiritueux français se rassemblent depuis plus 40 ans sur les salons professionnels organisés par la France. Ils disposent ainsi d’un outil de promotion unique pour faire rayonner leurs terroirs et leurs savoir-faire bien au-delà de nos frontières. Cela a contribué à faire des vins et spiritueux un secteur phare de l’économie française, qui représente aujourd’hui le 2ème poste contributeur dans la balance du commerce extérieur avec un excédent positif de 11 milliards en 2020, en dépit de la pandémie mondiale.

Les salons professionnels Vinexpo (depuis 1981), Vinisud (depuis 1994) et VinoVision (depuis 2017) mettent en avant l’ensemble des vignobles de la France, la richesse et la diversité de nos territoires et de leurs acteurs. Aujourd’hui soutenus par l’ensemble de la filière des vins et spiritueux français, ces trois événements se sont rassemblés à Paris, sous le nom de Wine Paris & Vinexpo Paris. Cette alliance française offre une grande scène mondiale de promotion où se jouent, dans une unité de lieu et de temps, les relations d’affaires de toute une année à Paris, capitale de la France, 2ème pays producteur de vins au monde. En ce mois de janvier 2022, nous sommes à un moment charnière de notre histoire où chacun doit jouer un rôle essentiel pour porter, ensemble, le salon de notre filière. Il est de notre devoir de soutenir ce rassemblement pour que, collectivement, nous transcendions les difficultés économiques, climatiques et sanitaires rencontrées ces deux dernières années.

Du 14 au 16 février 2022, chaque acteur sera représenté dans sa singularité, permettant d’offrir aux 20 000 acheteurs attendus une parfaite diversité d’exposants, allant des petits vignerons aux marques internationales réputées. Aux importateurs, restaurateurs, sommeliers, cavistes, bartenders, distributeurs ou agents de notre industrie française et étrangère, Wine Paris & Vinexpo Paris offre une vitrine exceptionnelle et permettra à l’ensemble des opérateurs de bénéficier d’un rendez-vous export au rayonnement important au sein de la capitale française.

Il nous reste encore beaucoup à construire, tous ensemble. »

Courrier signé par Christophe Navarre, président du Conseil d’Administration de Vinexposium, Jean-Martin Dutour, président de Vinovision, Fabrice Rieu, président de Vinisud, César Giron, président de la Fédération des Exportateurs de Vins & Spiritueux de France (FEVS), Bernard Farges, président du Comité National des Interprofessions des Vins à appellation d'origine et à indication géographique (CNIV), Michel Chapoutier, président de l’Union des Maisons & Marques de Vin (UMVIN), Rodolphe Lameyse, directeur général de Vinexposium, Jean-Pierre Cointreau, président de la Fédération Française des Spiritueux (FFS) et Jérôme Perchet, président de la Fédération Française des Vins et d'Apéritifs (FFVA).


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé