Accueil / Viticulture / Une sélection massale de pinot noir commune à la Bourgogne et à Sancerre

Matériel génétique
Une sélection massale de pinot noir commune à la Bourgogne et à Sancerre

Ceps Sicavac veut augmenter la diversité génétique du pinot noir pour qu'il tolère mieux les accidents climatiques et donne de meilleurs vins. La structure est aidée par 116 vignerons bourguignons.
Par Marion Bazireau Le 17 janvier 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Une sélection massale de pinot noir commune à la Bourgogne et à Sancerre
Des dizaines de pieds bourguignons analysés en automne et indemnes de virus seront surgreffés à Sancerre au printemps prochain. - crédit photo : GEST
C

eps Sicavac n’a pas fini de lutter contre l’appauvrissement du matériel génétique.

Après avoir installé une collection de plus de 250 lignées de sauvignon blanc issues de sélection massale dans des parcelles de vignes de l’appellation Coteaux du Giennois et proposé des greffons de haute qualité à 4 pépiniéristes, la structure s’est associée au Groupement d'Etude et de Suivi des Terroirs (GEST) pour entreprendre le même travail sur pinot noir.

« Les 116 de ce groupement de vignerons font du repérage depuis plusieurs années. Ils ont sélectionné plusieurs lignées et disposent même déjà de parcelles filles, explique Olivier Luneau, vigneron à Menetou-Salon et directeur de Ceps Sicavac. Nous profitons de leurs connaissances sur le végétal, et les aidons en retour à se rapprocher des pépiniéristes pour se structurer. »

L’objectif est de retenir un minimum de 150 individus différents. « Nous recherchons à obtenir le plus de diversité possible, en privilégiant les ceps à véraison tardive et ceux peu sensibles à la coulure ».

Pour contrer le réchauffement, les professionnels sont également en quête de raisins pauvres en sucres et riches en acides.

Des dizaines de pieds analysés en automne et indemnes de virus seront surgreffés à Sancerre au printemps prochain. Ils seront suivis par les techniciens de Sicavac, le centre technique du Centre-Loire.

Parallèlement, les observations continueront en Bourgogne. « Nous sommes aussi en quête de raisins pauvres en sucres et riches en acides. Le gel a bouleversé notre calendrier l’an passé mais nous espérons toujours devrions disposer de nouveaux plants dans nos exploitations en 2025 ou 2026 » poursuit Olivier Luneau, qui espère obtenir d’aussi bons résultats qu’avec les sauvignons.

De meilleurs vins

Au domaine Teiller, le vigneron ne plante plus que des greffons Ceps Sicavac. « L’hétérogénéité génétique nous offre une plus grande résilience face aux accidents climatiques et nous avons gagné en qualité. Nous avons réalisé des microvinifications au laboratoire de la Sicavac, en comparant des sélections massales et des sélections clonales issues d’un même terroir. Il n’y avait pas photo à la dégustation. Les vins issus de sélections massales sont notamment ressortis bien plus longs en bouche ».

FranceAgriMer vient par ailleurs d’autoriser la Sicavac à réaliser des essais sur porte-greffes.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
pg Le 17 janvier 2022 à 19:06:28
Sancerre , quel dynamisme ! Si petit et tellement d' initiatives. Après le gros travail sur le dépérissement, les voila partis sur la sélection. Félicitations.
Signaler ce contenu comme inapproprié
J.Henry DAVENCE Le 17 janvier 2022 à 07:59:57
Très bel exemple de travail collectif avec des résultats concrets, initié par les vignerons eux-mêmes. Bravo et en espérant qu'un jour france agrimer reconnaisse ces sélections massales au même titre que les clones!!!
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé