Accueil / Politique / L'erreur devient horreur administrative pour les vignerons face à FranceAgrimer

Aides à l’investissement
L'erreur devient horreur administrative pour les vignerons face à FranceAgrimer

En matière de refus d'attribution d'aides européennes, la sensibilité procédurale de l'établissement public exaspère dans le vignoble. Galerie d'exemples en Touraine.
Par Alexandre Abellan Le 17 décembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L'erreur devient horreur administrative pour les vignerons face à FranceAgrimer
Prise de tête : des aides à l’investissement peuvent être remises en cause pour une multitude de défauts de télédéclaration. - crédit photo : Le Désespéré de Gustave Courbet (Collection particulière)
D

ans le vignoble français, la surcharge administrative pèse sur le quotidien de tous les chefs d’exploitation. Dont les nerfs sont maltraités par les dossiers de demande d’aides à l’investissement gérés par l’Établissement national des produits de l'agriculture et de la mer (FranceAgriMer, pour une enveloppe de 170 millions d’euros par an). En témoigne la grogne qui monte en Touraine, où une succession de projets réalisés sont retoqués, en partie ou en totalité, pour des erreurs considérées comme minimes par des viticulteurs qui pourraient se réunir autour d’un collectif pour se faire entendre.

« Je suis scandalisé, on nous met une carotte et derrière c’est un coup de bâton » témoigne Luc Poullain, le président de l’Organisme de Défense et de Gestion de l’appellation Touraine Chenonceaux, qui ressent un durcissement des critères d’acceptation depuis la généralisation de la télédéclaration. Dans son cas personnel, le domaine des Echardières (16 hectares en AOC Touraine et Touraine Chenonceaux) avait obtenu une subvention de 27 000 € pour financer ses travaux d’isolation de chai et de réhabilitation de cuves béton. Mais avoir fourni un acompte auprès d’un fournisseur en janvier dernier, quatre mois avant le début des travaux prévus en mai, pousse FranceAgriMer à considérer ce début décembre que cette facture marque en réalité le début des travaux, à l’encontre de la réglementation européenne qui stipule d’attendre l’Acceptation de Commencement des Travaux (ACT).

Des vignerons abandonnent

« À cause de ça, on perd par effet de cascade toute nos aides, ce qui impose de revoir notre plan de financement bancaire, alors que le montant était calé depuis deux ans. Se faire virer pour une date, une année comme celle-là où l’on subit le gel et la grêle, ça dégoûte » soupire Luc Poullain, qui indique que « des vignerons abandonnent, alors que des jeunes s’installent et ont besoin de ces aides ».

Installation remise en cause

Exemple de jeune vigneron mis en difficulté par le manque de souplesse et de compréhension de FranceAgriMer sur l’ACT avec Alexandre Villemaine, du domaine Villemaine (45 ha en AOC Touraine et Touraine Chenonceaux). Réalisant son premier dossier FranceAgriMer en 2019, le vigneron souhaite être aidé pour la construction d’un chai de 349 mètres carré, représentant un investissement de 200 000 €. Alors que le projet est accepté avec une aide de 65 000 €, le contrôle réalisé en octobre par FranceAgriMer annule toute aide après avoir relevé un devis signé le 31 janvier, alors que l’ACT est fixée au 12 février.

« Je ne comprends pas, il s’agit d’un devis où est indiqué "sous réserve d’acceptation de la demande de subventions par FranceAgriMer" » regrette Alexandre Villemaine, qui souligne que « pour pas grand-chose, ça remet en cause notre installation (cinquième génération avec son frère Jérémy), alors qu’il n’y a pas de volonté de notre part de frauder. S’il n’y a pas de réponse positive de FranceAgriMer et que notre banquier nous propose des alternatives trop lourdes, nous ne nous installerons pas. »

Jamais prévenu

Dans le mouchoir de poche du vignoble ligérien, on trouve de multiples cas de dossiers refusés pour ce qui semble être une pécadille. Et un manque d’avertissement de l’administration. Ainsi, Christophe Davault, domaine de la Chaise (60 ha en Touraine), avait déposé un dossier d’investissement de 230 000 € (pour 80 000 € de subvention) qui s’est vu refuser en juillet 2020 pour « un fichier envoyé sous format Excell et non Word, comme me l’a indiqué l’instructeur de mon dossier. Qui ne m’a jamais prévenu d’un problème alors que j’avais commencé à investir (100 000 € sur un filtre tangentiel et une pompe à chaleur) ». Son recours gracieux ayant été rejeté, le vigneron a stoppé net ses projets (notamment une extension de bâtiment). « Du coup, on ne fait plus d’investissement, ou moins » souligne Christophe Davault, qui a toujours des projets, qu’il pense intégrer dans un nouveau dossier de demande d’aides, peut-être ficelé par un intermédiaire pour sécuriser l’issue de la procédure.

Bien que la complétude d’un dossier ne soit jamais réellement acquise, même en faisant appel à un expert. « Je suis passé par une agence de conseil (pour 1 800 €) et j’ai demandé un relevé comptable à mon expert-comptable (pour 800 €), mais même ainsi on n’est pas à l’abri : le couperet final est toujours dans les mains de l’administration » témoigne Vincent Roussely, clos Roussely (8 ha en Touraine). En témoigne son dossier d’investissements, déposé en 2018 avec un budget de 180 000 € (achat de cuves, système de thermorégulation et aménagement du chai pour l’évacuation des effluents). Ses 56 000 € de subventions lui ont été refusés en mars 2021 pour manquement grave : un défaut de déclaration auprès des Douanes.

Projet d’une carrière

« Lors du dépôt de ma Déclaration Annuelle d’Inventaire (DAI) en septembre 2019, je ne l’ai pas validée, comme j’ai l’habitude des documents douaniers qui passent automatiquement à ce statut quand la date butoir arrive. Ce n’était pas le cas » raconte Vincent Roussely, qui indique que si les douanes ont modifié sa télédéclaration pour la mettre en conformité, comme il s’agit d’une erreur administrative reconnue dans le droit français, FranceAgriMer ne l’a pas pris en compte et a rejeté son recours. « C’était le gros projet de tout une carrière professionnelle » ajoute le vigneron, pour qui « on ne peut pas rester dans l’hypocrisie. Alors que la filière est en difficulté (après le covid et le gel), il y a des annonces d’accompagnement, mais alors que les petites structures font face à l’abrutissement administratif, il n’y a que les grandes structures qui réussissent : il faut que ça change ! »

Autre enjeu de DAI avec Fabien Boisard, du domaine du Moretier (16 ha en Saint-Nicolas-de-Bourgueil, Bourgueil et vin de France), qui a utilisé un nouveau système douanier pour déposer son document, alors qu'il lui fallait rester sur l’ancien pour l'administration, qui l'a sanctionné. « J’ai devancé la bascule et j’écope d’un manquement grave pour défaut de déclaration avec FranceAgriMer. Alors que le problème avait été réglé dans la journée avec les Douanes, il n’a pas pu être résolu pour FranceAgriMer » se désespère Fabien Boisard. Ayant perdu les 8 000 € d’aides prévues pour son achat de matériel (24 000 € d’investissement au total), le vigneron précise n’être pas pour une filière viticole aidée, mais regrette que les prix des fournisseurs soient gonflés de 30 à 40 % pour prendre en compte les subventions.

Droit à l’erreur

Pour un expert de ces dossiers d’aides, « dès qu’il y a des fonds européens, ça devient une usine à gaz. Mais si la loi est dure, c’est la loi. Les règles sont bien décrites dans la circulaire : c’est très strict. On demande un dossier très précis, il faut être très vigilant. Du moins tant que le droit à l’erreur n’aura pas avancé... » Car si chaque dossier évoqué est différent, il se conclut inévitablement par un constat : si le droit à l’erreur existe dans la législation française, il n’est présent dans les textes européens que depuis ce 25 janvier 2021 et la validation de la Politique Agricole Commune (PAC 2023-2027). Si le Parlement Européen vient tout juste de valider la PAC, ses dispositifs doivent encore être retranscrit dans le droit français pour FranceAgriMer s’en empare.

Contacté par Vitisphere (voir encadré pour la réponse complète), l’établissement public indique que « FranceAgriMer apportera, en lien avec le ministère de l’Agriculture, les évolutions nécessaires aux différents dispositifs de l’OCM vitivinicole dans le cadre de la nouvelle PAC, qui introduit notamment des notions d’indicateurs et de performance, ainsi que la possibilité de corriger les demandes, sous des conditions qui restent à définir ». Et ajoute que « l’ensemble des équipes de FranceAgriMer veille à retenir les dossiers qui répondent aux critères prévus dans le dispositif, sur l’ensemble du territoire national. Ce sont ainsi près de 1 850 entreprises qui sont accompagnées chaque année dans leur projet de modernisation, avec un taux de base de 30 % de leurs dépenses. »

Plus d’humain

« 10 % des dossiers traités par FranceAgriMer suivent un recours (pour l’investissement, mais aussi la restructuration, la promotion, le stockage privé…) » estime Jérôme Despey, le président du conseil spécialisé vin de FranceAgriMer. Qui l’affirme : « nous attendons tous avec impatience le droit à l’erreur. Aujourd’hui, un certain nombre de difficultés viennent de cette absence dans la réglementation communautaire. » En attendant, la priorité pour le viticulteur héraultais est de rattraper tous les dossiers pouvant l’être dans la cadre actuel. Soit « les règles communautaires qui, je l’avoue, ne permettent pas beaucoup de souplesse dans le traitement des dossiers » témoigne Jérôme Despey, qui affirme la volonté politique « de mettre plus d’humain dans les recours, pour apporter des éléments de réponse et d’écoute ».

En Touraine, la frustration reste cuisante face à une approche procédurale perçue comme tatillonne. L’idée d’un collectif pourrait se concrétiser pour porter ce mécontentement.

 

 

Les précisions de FranceAgriMer

Contacté, FranceAgriMer rappelle qu’« avec un budget annuel moyen de plus de 170 millions d’euros, l’aide aux programmes d’investissement des entreprises mise en œuvre par FranceAgriMer au travers de l’Organisation Commune du Marché vitivinicole (OCM vin) s’inscrit dans le cadre du premier pilier de la Politique Agricole Commune (Fonds Européen Agricole de Garantie, FEAGA).

Cette aide a pour objectif de permettre aux entreprises vitivinicoles de faire face à la concurrence sur les marchés mondiaux en optimisant leur outil de production et les conditions d’élaboration et de mise en marché des vins en vue d’une meilleure adaptation de l’offre aux attentes du marché. L’ensemble des équipes de FranceAgriMer veille à retenir les dossiers qui répondent aux critères prévus dans le dispositif, sur l’ensemble du territoire national.

Ce sont ainsi près de 1 850 entreprises qui sont accompagnées chaque année dans leur projet de modernisation, avec un taux de base de 30 % de leurs dépenses. »

Dans un second message, l’établissement ajoute que « FranceAgriMer apportera, en lien avec le ministère de l’Agriculture, les évolutions nécessaires aux différents dispositifs de l’OCM vitivinicole dans le cadre de la nouvelle PAC, qui introduit notamment des notions d’indicateurs et de performance, ainsi que la possibilité de corriger les demandes, sous des conditions qui restent à définir. »

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (8)
vincent Le 24 janvier 2022 à 07:16:12
finis les aides
Signaler ce contenu comme inapproprié
robi 02 Le 22 janvier 2022 à 10:43:31
cela c'est passer avec le sur amortissement macron ,les tracteurs emjambeurs viticoles ont pris 10 000 euros d'augmentation et cela a été justifié " par la mise aux normes des moteurs "
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 18 décembre 2021 à 07:51:43
Il y a toujours un formulaire qui n'est pas à la bonne date, etc... Mais quel enseignement devons nous tirer de cela? Les aides Agricole sont la plaie de nos métiers, que ce soit la viticulture ou les autres secteurs de l'agriculture. Plutôt que d'imaginer des filières viables, on enfonce volontairement l'agriculture dans une forme "d'assistanat" qui permet à énormément de gens de bien vivre de nos subventions. In finé, pour certains, nos subventions représentent l'intégralité de leur activité ou de leur chiffre d'affaires. Cela permet à ceux qui octroient les dites subventions de se considérer comme des seigneurs distribuant l'aumône, de vous rappeler sans cesse qu'ils vous aident, alors que la réalité c'est que ce sont les lois qu'ils votent, les règles qu'ils établissent qui coulent l'agriculture de notre pays. Cela permet aussi aux fournisseurs de vendre quelques bouts de ferraille au prix de l'or, puisqu'on nous en paie une partie. Sans compter le pire, c'est que les incompétents peuvent prendre les décisions stratégiques sur nos métiers puisqu'ils en sont, dans leur vision, les financeurs. Quand je disais à mes collègues de ne pas tomber la dedans, on m'a pris pour un fou, et pourtant il suffisait de regarder l'état dans lequel se trouvait il y a 25 ans les filières Agricoles subventionnés, pour comprendre que ce n'était pas une voie d'avenir. Le fonctionnement sain des entreprises, c'est que leurs activités soit financé par le fruit de leur travail, par la vente de leur produits (matériels ou immatériels), parce que cela répond à une demande, à un besoin. Le reste étant un paradis artificiel.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albator Le 18 décembre 2021 à 04:39:35
Le fonctionnaire français applique les textes à la lettre prêt....comme ça il est couvert...et de plus il peut assouvir sa Jalousie maladive....une date sur un devis qui plombe un dossier ??? De qui se moque t on ???
Signaler ce contenu comme inapproprié
Alexis Sabourin Le 17 décembre 2021 à 21:48:24
Les motifs de rejet de la part de cette administration sont quand même fallacieux et de mauvaise foi. Ce sont des peccadilles. Le mal français, c?est la bureaucratie? Les enjeux sont trop importants pour être méprisés ainsi. Quelle honte !
Signaler ce contenu comme inapproprié
Deuxnids Le 17 décembre 2021 à 19:33:40
Je ne comprends pas que tous ces vignerons aient besoins de ces milliers d'euros pour investir dans leur entreprise. Je suis patron de pme et je n'ai droit à rien quand j'investi du matériel de production. Qu'ils fassent comme nous et nous paierons moins d'impôts.
Signaler ce contenu comme inapproprié
JLBM Le 17 décembre 2021 à 19:22:59
L'administration Française ainsi que les structures affiliées sont un rouleau compresseur qui fait en sorte de devenir indispensable et s'imposent en agriculture grâce aux aides européenne. Ils justifient ainsi leur existence avec des salaires confortables et une sécurité d'emploie sur le dos des agriculteurs. De par la majoration des prix effectuée par les fournisseurs de matériels qui connaissent bien la présences des aides, ce sont eux au final qui bénéficient le plus du coup de pouce. Les prix sont libres mais en fait tous majorés. Les investissements effectués sans dossiers de demande d'aides subissent cette majoration. C'est la double peine: Pas d'aides et tu paye plus cher ton matériel. Par contre tu gardes ta liberté car toutes ces aides sont soumises à contre parties..
Signaler ce contenu comme inapproprié
JPB Le 17 décembre 2021 à 17:18:57
en effet c'est scandaleux. ces fonctionnaires sont la pour justifier qu'ils existent pas pour aider la filiere au contraire. Ils n'ont aucune considération pour les vignerons.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé