Accueil / Oenologie / Une cuve passerelle inédite pour le château Fleur de Lisse

Saint- Émilion
Une cuve passerelle inédite pour le château Fleur de Lisse

Dévoilant un cuvier sous le signe du parcellaire, le château Fleur de Lisse n'est pas peu fier d'appuyer son modernisme sur une innovation inédite.
Par Alexandre Abellan Le 07 décembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Une cuve passerelle inédite pour le château Fleur de Lisse
Les cuves présentent une couleur bronze pour rappeler la terre de Saint-Émilion. - crédit photo : DR
I

nauguré en grande pompe cette fin novembre à Saint-Hippolyte par un ancien premier ministre (Édouard Philippe) et un actuel président de Région (Alain Rousset), le nouveau cuvier du château Fleur de Lisse (32 hectares de vignes conduits en biodynamie à Saint-Émilion) ne compte que des « équipements de pointe » sur 115 mètres de long indique Caroline Teycheney, la présidente des Vignobles Jade (châteaux Fleur de Lisse, l’Etampe et Fontfleurie). Celle-ci évoque « un outil du XXIème siècle » avec « son système de refroidissement des cuves, une table de tri… Tout pour gagner en précision. »

Misant sur des vinifications parcellaires pour monter en qualité, cet outil technique ajoute 2 500 hectolitres de cuverie inox pour monter à une capacité totale de 3 500 hl (avec la conservation de cuves béton originelles). Certaines cuves sont elles-mêmes compartimentées pour abriter plusieurs parcelles (trois propriétés étant vinifiées en un cuvier). « Première mondiale, nous avons réalisé une passerelle intégrée directement sur les cuves. Nous gagnons en traçabilité et en ergonomie, avec un côté sécuritaire et hygiénique » souligne Caroline Teycheney. Breveté par le fabricant Defranceschi, cette passerelle reliant les cuves présente le même granit que le sol du cuvier. Si les travaux extérieurs n’ont été finis qu’en 2021, la cuverie a été livrée pour de premières vendanges en 2020.

Redimensionner

Ayant quitté en 2015 l’horlogerie de luxe pour s’impliquer dans le vignoble bordelais avec l’appui de son père, Patrick Teycheney (ayant fait fortune dans le BTP et les maisons de retraite), Caroline Teycheney finalise la structuration technique des domaines rachetés à partir de 2016 sur la rive droite bordelaise. Issu du rachat du château Gaillard (17 ha), le chai de Saint-Hippolyte de 115 mètres de long a été réhabilité pour redimensionner l’outil de production et « regrouper de manière rationnelle, en un seul lieu l'ensemble de la chaîne de production : la halle de vendange, le cuvier, le chai d'élevage, ainsi que le stockage des bouteilles, leur conditionnement et les salons de dégustation ouvert au public » souligne un communiqué.

Les propriétaires ne souhaitent pas communiquer sur le coût de ces travaux.


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé