Accueil / Oenologie / Le cahier des charges des "vins de volcans" se dessine

Etude
Le cahier des charges des "vins de volcans" se dessine

D'après les premiers résultats de l'étude scientifique portée par l'association Vinora, les vins de volcans présentent des marqueurs chimiques et organoleptiques clairement identifiables.
Par Marion Bazireau Le 09 septembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le cahier des charges des
Les vignerons de l'association lancent une 2ème séquence de l'étude sur le millésime 2021. - crédit photo : Fédération viticole du Puy-de-Dôme
L

’association Vinora est ravie des premiers résultats de son étude scientifique. Ses vignerons ont confirmé la typicité des vins issus de terroirs volcaniques et commencent à voir se dessiner un cahier des charges pour leurs vins.

Entre août et décembre 2020, ces derniers ont mandaté un groupe d’experts français, canadiens, et américains, pour travailler sur du gamay cultivé par quatre vignerons en Côtes-d’Auvergne, soit sur des sols argilo-calcaires, soit sur des sols basaltiques.

Les analyses de sols ont révélé des profis géochimiquement distincts, « avec un déficit hydrique encore plus faible pour les quatre parcelles basaltiques. »

Dans chaque vignoble, les experts ont ensuite réalisé 8 prélèvements sur raisins à maturité, 8 sur moûts débourbés, et 8 sur vins finis. Les deux producteurs ont gardé leurs propres techniques œnologiques, avec débourbage, ensemencement de levures Saccharomyces et de bactéries.

Des notes poivrées et de la salinité

« Lors des dégustations à l’aveugle, les vins issus des terroirs basaltiques ont dévoilé des notes poivrées intenses, de la salinité, de la rondeur, et une teinte rouge rubis tirant davantage sur le jaune » expliquent-ils.

Les vins ont révélé des différences de pH, d'acidité volatile, de teneurs en acide lactique, sodium, strontium, et en manganèse. Les scientifiques vont poursuivre leurs essais sur le millésime 2021 en procédant à des micro-vinifications parcellaires afin de gommer autant que possible l'effet "vinificateur". « Ils doivent en outre réaliser un travail de caractérisation du matériel végétal et intégrer d'autres types de sols volcaniques à l'étude : pépérites, pierres ponces... »

 

* : Le comité d’experts était composé de John Szabo, Master Sommelier, journaliste et écrivain canadien, Christian Coelho, Maître de conférences en sciences des aliments et du vin (VetagroSup, campus agronomique Lempdes ; Maître de conférences à l'Institut Universitaire de la Vigne et du Vin Jules Guyot (IUVV Dijon), des scientifiques Charley Merciecca, Abdelmouhcine Gannoun et Yvan Vlastelic des laboratoires Mamas et Volcans, à Clermont-Ferrand, et de Benoit Marsan, Professeur à l'Université du Québec à Montréal, spécialiste en chimie du vin

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé