Accueil / Politique / Les baisses de rendements 2021 votées en Alsace

Prochaines vendanges
Les baisses de rendements 2021 votées en Alsace

L'assemblée générale de l'Association des Viticulteurs d'Alsace approuve, à une très large majorité, le compromis sur la baisse des rendements négocié entre les familles professionnelles.
Par Christophe Reibel Le 08 juillet 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les baisses de rendements 2021 votées en Alsace
Jérôme Bauer présidait l’Ava depuis 2012. Il va désormais se consacrer à la présidence de la CNAOC. - crédit photo : Christophe Reibel
D

écider d’un rendement 2021 qui n’alourdisse pas des stocks, qui atteignent déjà trois ans de vente chez maints opérateurs : telle est la ligne directrice des instances dirigeantes du vignoble alsacien qui a été rappelée aux délégués à l’assemblée générale de l’Association des Viticulteurs d’Alsace (Ava). Les services du Conseil Interprofessionnel du Vin d'Alsace (Civa) ont fait le calcul. Le sylvaner peut par exemple supporter 70 à 72 hl/ha, le riesling autour des 60 hl/ha mais le gewurztraminer seulement 45 hl/ha. Le compromis, préparé en amont de l’assemblée, fixe le curseur à 70 hl/ha pour le sylvaner, le pinot blanc, l’auxerrois, à 65 hl/ha pour le riesling, le pinot gris et le muscat et à 55 hl/ha pour le gewurztraminer.

« Il nous faut réguler l’offre si nous ne voulons pas descendre en prix. Remonter le rendement peut se faire en un claquement de doigts, remonter les prix demanderait des années. Si nous n’avions pas baissé le rendement 2020 [Ndlr : à 65 hl/ha], le vignoble serait aujourd’hui dans une situation catastrophique » justifie Jérôme Bauer, président de l’Ava pour sa dernière assemblée à un poste auquel il ne se représente pas. La meilleure santé des ventes qui pourraient revenir entre 890 et 900 000 hectolitres fin 2021 (mais sans égaler les 930 000 hl de 2019) peut faire envisager un rendement plus élevé en 2022.

Le négoce opposé au VCI

Le vote de l’assemblée de l'AVA est confirmé ce 7 juillet par le Comité Régional de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (CRINAO). Lors de cette réunion, le négoce, minoritaire en voix, a une nouvelle fois souligné son opposition au Volume Complémentaire Individuel (VCI), dont sont assortis tous les rendements 2021. Son niveau a été remonté de 5 à 8 hl/ha. « Le VCI est une usine à gaz et un encouragement à tous les producteurs ayant des visées productivistes » coupe sèchement Pierre Heydt-Trimbach président du Groupement des producteurs négociants du vignoble d’Alsace (GPNVA). « Le relèvement du niveau a été préconisé en raison des épisodes de gel qui ont affecté la plupart des vignobles en avril. C’est un outil de stabilisation de la production qui ne pèse pas sur le marché tant qu’il n’est pas revendiqué » argumente Jérôme Bauer, en souhaitant que le négoce revoit son analyse.

Le débat sur le rendement 2021 s’est également déplacé dans les vignes. La forte pression du mildiou inquiète. S’il est impossible d’extrapoler la situation sur l’ensemble des 15 500 hectares du vignoble, des viticulteurs rapportent des pertes potentielles dans leurs parcelles. Début juillet, elles s’échelonnent déjà entre 30 et 50 %. Ils impactent notamment pinots noir et gris.

 

Le rouge en grand cru

Les pinots noirs sont candidats à l’appellation grand cru depuis plusieurs années déjà. Leur cahier des charges est ficelé, mais se heurte à un dernier obstacle. La Répression des fraudes (DGCCRF) s’oppose à leur accorder son feu vert, car leur dossier fait référence à ce qu’elle considère être une recommandation de prix de vente. Un élément interdit par le droit européen de la concurrence. Jérôme Bauer indique qu’un arbitrage sur ce point est prévu entre le ministère des Finances et la direction générale de la DGCCRF.

Trois grands crus actuels prétendent à ce titre pour leur pinot noir : le Hengst de Wintzenheim, le Kirchberg de Barr et le Vorbourg de Rouffach. Les dégustations par la commission d’enquête ont permis de valider les deux premiers. Le troisième a été ajourné. Jusqu’à présent, l’appellation grand cru était uniquement accessible aux quatre cépages blancs que sont riesling, pinot gris, muscat et gewurztraminer.



 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé