Accueil / Politique / Une feuille de route pour l’avenir du vignoble d'AOC Touraine

Cours, encépagement, désherbage...
Une feuille de route pour l’avenir du vignoble d'AOC Touraine

Le conseil d’administration de l’ODG Touraine vient de valider un plan stratégique d’actions. Au programme notamment, la création d’une commission négoce, la diversification de l’encépagement, des actions pour renforcer la fierté d’être vigneron en AOC Touraine, l’interdiction du désherbage chimique total.
Par Ingrid Proust Le 31 mars 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Une feuille de route pour l’avenir du vignoble d'AOC Touraine
Le plan d’actions stratégique de l’AOC Touraine prévoit notamment une diversification de l’encépagement et l’interdiction d’ici 2025 du désherbage chimique total. - crédit photo : Ingrid Proust
V

oir au-delà de la crise du Covid et prendre de la hauteur pour préparer l’avenir : telle a été la mission du groupe de travail réuni par l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) de l'appellation Touraine en début d’année. Des vignerons, membres ou non du conseil d’administration, la présidente du Vinopôle Centre Val de Loire, Florence Veilex, un œnologue d’une maison de négoce et une sociologue de l’université de Tours ont cogité. « Les discussions ont été sans filtre, et de jeunes vignerons ont apporté des regards différents » », indique Thierry Michaud, président de l’ODG Touraine.

Onze enjeux ont été identifiés, avec en premier lieu, la lutte « contre la baisse et l’instabilité des prix pour assurer la pérennité des entreprises », conduisant à la création d’une commission interne négoce, pour tenter de rééquilibrer le rapport de force entre négoce et production. Sont aussi actés un « recueil des doléances des apporteurs », et une meilleure information économique des vignerons. La réserve interprofessionnelle, mise en place pour la première fois sur la récolte 2020, n’a pas freiné la baisse des cours sur le marché du vrac. Des lots s’échangent à 130 €/hl en Touraine blanc, contre 203 €/hl en 2018-2019. « La situation serait pire encore sans cette réserve, et il n’est pas question de la débloquer prochainement », souligne Thierry Michaud.

Fierté d'être vigneron

Autre point du plan d’action : « renforcer la confiance et la fierté d’être vigneron en AOC Touraine ». « Des viticulteurs vendant au négoce manquent de fierté pour leur appellation. Or nous savons faire de grands vins, les 41 médailles remportées au Mondial du sauvignon 2021 en sont encore la preuve » relève Thierry Michaud. « Nous avons beaucoup d’atouts en main : notre histoire, nos vins fruités et faciles à boire » ajoute Mikaël Bouges, vigneron et membre du groupe de travail. Nous allons lancer une étude sur l’histoire du vignoble. La vigne est présente depuis longtemps dans la région. Si nous voulons avancer dans un projet commun, il faut savoir d’où l’on vient, avoir un socle solide ».

Gamay

La feuille de route de l’AOC Touraine annonce aussi une réorientation « de l’encépagement de l’AOC vers plus de diversité », avec la promotion du gamay, et « l’identification de cépages typiques peu ou pas utilisés ». « Le sauvignon est réputé dans notre appellation, mais il est dommage de mettre de côté des cépages historiques, intéressants comme le menu pineau, le grolleau, le pineau d’Aunis… » commente Mikaël Bouges. « Des vignerons font avec ces cépages ou du chenin des cuvées bien valorisées qu’ils ne peuvent vendre qu’en IGP » constate Thierry Michaud.

Le plan de l’AOC Touraine prévoit également d’interdire le désherbage chimique total au plus tard en 2025 (déjà acté en Touraine Oisly, Chenonceaux, Amboise, Azay-le-Rideau et Mesland), de travailler sur le « vivre ensemble » entre bios et conventionnels, la biodiversité, et la maîtrise de l’urbanisation.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé