LE FIL

Innovation ou trahison ?

Le premier vin français au cannabis est produit à Bordeaux

Mardi 02 février 2021 par Alexandre Abellan

Après la mode du vin bleu, celle du vin à la beu ?
Après la mode du vin bleu, celle du vin à la beu ? - crédit photo : Burdi W.
Deux entrepreneurs lancent une gamme de vin rouge aromatisé au CBD. De quoi intéresser le grand public, et... mettre en pétard une partie plus traditionnaliste du vignoble.

Si le cannabis est connu pour ses effets relaxants, il semble tendre une partie du vignoble. Lancée ce premier février sur la plateforme de levée de fonds KissKissBankBank, la cuvée « Burdi W » a dépassé en un jour son premier palier (3 500 €), vendu son premier tirage (500 bouteilles) et reçu son premier article dans la presse nationale (20Minutes). Pour un château de Bordeaux, lancer une cuvée "Burdigala Wine" passerait inaperçu, mais comme il s’agit ici de lire "Burdigala Weed", l’effet est tout autre. Intéressant les consommateurs, cette innovation tend déjà les nerfs de certains opérateurs du vignoble qui voient d’un mauvais œil cette nouvelle Boisson Aromatisée à Base de Vins (BABV).

Ne sentant pas le soufre (sans sulfites ajoutés oblige), le premier vin français aromatisé au cannabis sent bien la fumée. La cuvée étant produite à partir d’une cuvée de petit verdot venant du vignoble bordelais, « j’ai déjà reçu des appels qui n’étaient pas sympathiques. Il faut dire ce qu’il en est : il s’agit de vin au cannabis. L’étiquette précise bien qu’il s’agit d’un BABV » indique Raphaël de Pablo, qui lance la marque Burdi W avec un autre entrepreneur (souhaitant rester anonyme, comme le château bordelais ayant fourni ses vins).

"Monde du vin fermé"

Exploitant du chanvre en Gironde (la Ferme Médicinale, dont l’adresse n’est pas communiquée par crainte de vols), Raphaël de Pablo n’a aucune difficulté à expliquer son travail sur des semences réglementées, dont les concentrations en cannabidiol (CBD) et tétrahydrocannabinol (THC) sont inférieures à 0,2 % (conformément à la législation). Mais Raphaël de Pablo sait bien qu’il va être montré du doigt, « entre le monde du vin qui est très fermé et celui du cannabis qui a une mauvaise image… Certains peuvent dire que l’on donne une mauvaise image aux vins de Bordeaux, mais on ne peut pas dire que c’est de notre faute si les vins de Bordeaux ne se vendent pas… Nous arrivons au contraire au bon moment pour dynamiser leur image. »

Pour apaiser les critiques (et l’incrédulité, certains pensant à un poisson d’avril), la gamme « Burdi W » s’appuie sur la dégustation de sa première cuvée par les célèbres consultants Alain Raynaud et Michel Rolland. L’enjeu étant de retirer la mauvaise image qui colle au cannabis pour évoquer les effets relaxants du chanvre (ou cannabis en latin). « C’est une bouteille à partager, du jamais vu pour ceux qui n’ont jamais goûté de CBD. Avec un effet relaxant et un goût, une odeur qui sont peu communs dans leur complexité » rapporte Raphaël de Pablo, qui a le souvenir de dégustations à l’aveugle particulièrement surprenantes.

Cible commerciale

Préparant une commercialisation essentiellement en ligne (la construction d’un site de e-commerce étant un objectif du crowdfunding en cours), l’entrepreneur cible les « personnes ne connaissent pas cannabis, où celles le connaissant (comme 30 % des Français) et voulant le faire découvrir à leurs parents (et grands-parents). Cette bouteille permet d’ouvrir la discussion » souligne Raphaël de Pablo.

Soumise à un secret de fabrication, la recette de cette première cuvée serait issue d’une « ancienne recette, qui n’est pas si facile que ça en termes de dosages » esquisse l’entrepreneur, qui indique que l’idée de cette cuvée est née à la lecture d’un article de Science et Avenir sur la consommation de vin au cannabis par des tribus gauloises. « Si on l’a fait avant, pourquoi ne pas le faire maintenant ? Il y a un énorme marché » indique Raphaël de Pablo. Une vision partagée par la bodega espagnole Santa Margarita, qui a lancé sa cuvée Winabis en 2019 (cliquer ici pour en savoir plus).

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
goyo Le 08 février 2021 à 12:03:50
Pauvre de nous, alors que nous luttons corps et âmes contre cette cochonnerie de cannabis, voilà le vin au cannabis que l'on vente haut et fort. Je ne souhaite à personne d'avoir des enfants dépendants de cette plante toxique des neurones, les résultats détruisent leur vie et celle de leur entourage bienveillants en même temps. Alors s'il vous plait, réfléchissez avant de mettre de la destruction dans une bouteille.
Alarev Le 03 février 2021 à 08:14:06
Rien que le titre ça me fait gerber tout est bon pour ce faire de l'argent sur la santé des gents pauvre France
AV Le 02 février 2021 à 12:59:10
arrêtez de parler de vin c’est tout. Que ce soit aromatisé au cannabis, au pamplemousse ou je ne sais quoi, arrêtons de dire que c'est du vin. c'est une boisson aromatisé au CBD... si ce château veut faire du buzz, lancez une innovation, et bien pourquoi pas, cela ne mange pas de pain, mais de grâce, arrêtez de parler de cette boisson comme du vin. ca évitera déjà des problemes
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé