LE FIL

Plan de filière

Lionel Gosseaume préside l’interprofession et la régulation des vins de Loire

Mardi 15 décembre 2020 par Alexandre Abellan

A 51 ans, Lionel Gosseaume est vigneron depuis 10 ans en Touraine. Précédemment il a été commercial pour Baron Philippe de Rothschild, conseiller en chambre d’agriculture…
A 51 ans, Lionel Gosseaume est vigneron depuis 10 ans en Touraine. Précédemment il a été commercial pour Baron Philippe de Rothschild, conseiller en chambre d’agriculture… - crédit photo : INterloire (Stevens Frémont)
Le vigneron de Touraine prend la tête d’InterLoire avec la volonté d’ouvrir à tous la boîte à outils permettant d’équilibrer l’offre et la demande des vignobles déstabilisés par la crise sanitaire.

Même si commercialement « la situation est difficile », avec une baisse prévue de 10 % des ventes en de vin ligériens en volumes sur 2020*, « Il n’y aura pas de virage à 180° » pose Lionel Gosseaume, lors de la visioconférence de presse du 15 décembre faisant suite à son élection à la présidence de l’interprofession des vins du val de Loire (InterLoire). Précédemment trésorier d’Interloire (pour la Fédération des Associations Viticoles du Loir et Cher, FAV41), le vigneron de Touraine succède à Jean-Martin Dutour, vigneron-négociant de Chinon. Se plaçant dans sa continuité, Lionel Gosseaume axe son début de mandat sur les priorités du plan de filière, lancé en 2018 et désormais rentré dans une phase opérationnelle. L’un des objectifs de cette feuille de route est ainsi de passer de 20 à 30 % des parts de ventes ligériennes à l’export en dix ans.

Avec ce cap, la première urgence du nouveau président d’InterLoire est la « création de valeur ajoutée ». Ce qui nécessite pour lui de stabiliser les volumes produits et ceux mis en marché. Ce qui passe par le déploiement d’outils limitant les pertes de récolte liées aux aléas climatiques, mais aussi le recours à des réductions de rendements, mises en réserve interprofessionnelle, créations de Volume Complémentaire Individuel (VCI), développements de Volume Substituable Individuel (VSI) et de Gestion Prévisionnelle des Stocks (GPS).

GPS

Ayant lui-même 80 % de ses 35 hectares de vignes dédiés au sauvignon blanc, Lionel Gosseaume connaît bien les déséquilibres entre l’offre et la demande des vins de Touraine. Membre de l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG), il souligne le « courage » du syndicat viticole qui a réduit ses rendements 2020 et mis en place une réserve interprofessionnelle (10 hl/ha, soit 20 % de la production 2020). Dans ce contexte, Interloire peut alimenter le débat souligne son président, indiquant que « toutes les ODG qui le souhaitent peuvent mettre en place des outils de régulation » et que la GPS pourrait être opérationnelle dès les vendanges 2021 (sous réserve d’acceptation par l’interprofession).

La deuxième priorité du mandat de Lionel Gosseaume concerne la transition agroécologique. D’après les indicateurs du plan de filière, moins de 50 % des exploitations et plus de 50 % des surfaces affichent une certification environnementale (bio, Haute Valeur Environnementale…). L’objectif reste d’atteindre 100 % en 2030 indique Jean-Martin Dutour, qui note une avance sur le cap fixé de 50 % en 2025.

ODG absentes

Concernant les syndicats viticoles ayant quitté InterLoire, Lionel Gosseaume indique avoir, « sur les trois ans à venir, à cœur d’échanger et être à l’écoute de nos collègues de Bourgueil, de Montlouis, de Valençay, de Cherverny et des Fiefs Vendéens ». Jean-Martin Dutour note que durant son mandat trois ODG ont rejoint InterLoire : l’IGP Val de Loire, l’AOC Coteaux du Vendômois et l’AOC Haut-Poitou.

 

* : Pour son budget 2021, l’interprofession table sur des commercialisations conformes à la moyenne quinquennale : 1,5 millions hl de vins AOP et 220 000 hl de vins IGP. Sur la campagne 2019-2020, InterLoire enregistrent une baisse de 10 % des sorties chais en volume (-8 % pour rouges, -9 % pour blancs, -9 % pour rosés et -17 % pour fines bulles). Sur les douze mois glissants s’achevant fin octobre, les vins exportés sont en repli de 6 % en valeur et stables en volume.

Mandats

A noter que si Jean-Martin Dutour cède les mandats liés à la présidence d’InterLoire (conseil professionnel du bassin, conseil de bassin Val de Loire et comité régional INAO), il reste impliqué dans l’organisation du salon Wine Paris (Vinexposium).

A noter que le vice-président d’Interloire pour le négoce est François-Régis Fougeroux (Langlois Château).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé