LE FIL

Solidarité commerciale

Deux exemples d’initiatives pour soutenir les restaurants

Mercredi 13 mai 2020 par Colette Goinere

Célèbre Château de l'Hérault, Puech-Haut a choisi de faire don de bouteilles à ses clients en restauration.
Célèbre Château de l'Hérault, Puech-Haut a choisi de faire don de bouteilles à ses clients en restauration. - crédit photo : Puech-Haut
Comment aider le circuit CHR à reprendre des coulteurs ? Exemples avec deux initiatives solidaires dans l’Hérault et en Charente.

Un « énorme » cadeau. Ni plus ni moins. A Saint-Drézéry dans l’Hérault, château Puech-Haut, n’a pas fait les choses à moitié. Cette propriété de 250 ha, IGP OC, AOP Pic Saint Loup et Languedoc, un CA de 20 M€, 2,6 millions de cols, 70% en France dont 60% en CHR, a décidé carrément d’offrir gratuitement à chacun de ses clients (cafés, hôtels, restaurants, cavistes,) un lot de 36 bouteilles, ce qui équivaut pour chaque client du château à 1000 € de chiffre d’affaires, soit un don total pour l’ensemble de ses clients de près de 2M€. « Ce don caritatif solidaire » concerne la cuvée la plus emblématique du domaine, à savoir l’IGP OC rosé « Argali » (1 million de cols écoulés à 95% en CHR).  

"Sans clients, il n’y a pas de château Puech-Haut"

« Face à ce confinement qui a obligé les CHR à fermer leurs portes, nous avons voulu mettre en place une action rapide et efficace. Quoi de mieux qu’un cadeau. Nous avons perdu 40% de notre chiffre d’affaires en mars et autant en avril. Or sans clients, il n’y a pas de château Puech-Haut. Il faut donc être là pour eux. Et ce n’est pas en faisant des remises sur les prix des bouteilles que nous pouvons vraiment les aider, c’est en leur offrant de la trésorerie par le biais de ce don » explique Denis Gigault, directeur général du château. Et d’ajouter : « Mes collaborateurs au début m’ont pris pour un fou. Mais c’est dans l’ADN de l’entreprise de ne rien faire comme les autres » à l’instar des bouchons en verre de la cuvée Argali, les bouteilles atypiques, ou encore les Bib décorés par des artistes.

1,50 € est reversé au GNI 16

En Charente, Emmanuel Bouyer, gérant des Caves Charlemagne- maison des Maines, (45 ha, 2200 hl, IGP Charentais, 60% bouteilles, 40% bag in box), implanté à Segonzac et Angoulême, lui aussi joue solidaire.  « Nous ne pouvions pas rester sans rien faire devant la détresse des restaurateurs. Il fallait trouver le moyen de donner un élan de solidarité et de sensibiliser les consommateurs. Nous comprenons d’autant mieux l’état d’esprit de nos clients professionnels que nous avons perdu, avec le confinement, toute l’activité CHR qui représente 50% de notre activité. Habituellement nous travaillons en direct et par l’intermédiaire de grossistes avec une centaine de restaurateurs essentiellement sur toute la région des Charentes »  indique-t-il. Le 2 mai dernier, il a lancé une cuvée solidaire de 3000 bouteilles distribuées par le biais du site web Charlemagne, mais aussi en grandes surfaces et chez les cavistes. Sur le prix de la bouteille (7, 80 €), 1,50 € est reversé au GNI 16, le Groupement National des Indépendants hôtellerie et restauration de Charente et à l’UMIH 17, l’Union des Métiers de l’Industrie de l’Hôtellerie de Charente-Maritime. Cette cuvée a été réalisée à partir d’une cuvée existante, « Mainart 538 », déclinée en rouge, blanc et rosé, dédiée habituellement à la restauration. Pour la circonstance elle a été habillée avec une autre étiquette sur laquelle est inscrite « Hé ! Don Nous Raisins et Autres ». Un jeu de mot et un appel à la solidarité.  C’est la société rochelaise Puits Vineux qui assure la distribution auprès des restaurateurs sur le territoire de Charente-Maritime.  En Charente, c’est Maison des Maines qui assure cette tâche.

1500 bouteilles écoulées

L’opération semble bien démarrer. Déjà 1500 bouteilles ont été écoulées dans quatre supermarchés d’Angoulême et de cognac. Les bouteilles ont été placées en tête de gondole avec des panneaux explicatifs. 200 cols ont été vendus au travers du site web de Charlemagne. Enfin plusieurs restaurateurs charentais ont manifesté le souhait, lorsqu’ils pourront rouvrir, d’inscrire cette cuvée solidaire à leur carte de restaurant, en gardant l’étiquette crée pour la circonstance. 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé