LE FIL

Face au coronavirus

Les vignerons indépendants musclent leurs revendications

Mercredi 11 mars 2020 par Alexandre Abellan

Les vignerons indépendants organisent chaque année douze salons ouverts au grand public.
Les vignerons indépendants organisent chaque année douze salons ouverts au grand public. - crédit photo : VIF
Passant désormais par des reports de salons, la multiplication des difficultés commerciales inquiète le syndicat des caves particulières. Ses représentants s’alarment de risques à très court terme sur la pérennité des entreprises de la filière vin faute de soutien de l’Etat.

« En raison des mesures définies par les autorités sanitaires interdisant les rassemblements de plus de 1 000 personnes simultanément » alors que l’épidémie de coronavirus s’étend, les salons des vignerons indépendants de Bordeaux et Paris-Champerret ne se tiennent pas ce mois de mars et sont reportés (respectivement les 19-21 juin et 12-15 juin prochains). « Pour l’organisateur, la nuance entre l’annulation et le report, c’est qu’il n’a pas à prendre en charge tous les remboursements et qu’il peut conserver ses exposants » explique Cédric Coubris, le président de la Fédération des Vignerons Indépendants de Gironde.

Mais pour le vigneron médocain, ce report de trois mois du salon bordelais est loin d’être neutre sur la trésorerie des entreprises participantes. Avec 30 000 visiteurs attendus pour 350 exposants et une moyenne de 1 000 bouteilles vendues par stand, cela représente une perte de plusieurs millions d’euros au total alerte Cédric Coubris, soulignant que les exposants devront trouver de nouveaux hôtels alors que Bordeaux fête le vin se tiendra en même temps (du 18 au 21 juin). « Les salons représentent le cœur de notre métier, le report de charges proposé par le ministère de l’Economie ne sera pas suffisant, il faut une année blanche de cotisations ! » alerte le vigneron bordelais, soulignant que la filière est touchée sur tous ses marchés en même temps. Qu’il s’agisse de l’export (repli chinois, taxes américaines, incertitudes du Brexit…), des grandes surfaces (chute des foires aux vins), de la restauration (avec le coronovirus)… Et maintenant sur ses salons (ceux maintenus par les vignerons indépendants enregistrant des baisses de 20 % du visitorat).

"Electrochoc de soutien"

Constatant dans un communiqué une filière vin où les entreprises ont « les deux genoux à terre et pour beaucoup proches de mesures de licenciement ou de cessation d'activité », Jean-Marie Fabre, le président des Vignerons Indépendants de France (VIF), demande « sans tarder un véritable électrochoc pour soutenir les entreprises […] du secteur : un fond de compensation sur les taxes américaines immédiat (afin de relancer notre export sur ce pays), une négociation rapide avec la Chine sur la pénétration à droits de douanes (équivalents à ceux de l'Australie et du Chili) et, en lien avec les conséquences de la crise sanitaire, des mesures d'accompagnement et de soutien qui doivent aller plus loin que le dégrèvement d'impôts directs. »  Cette dernière demande consistant à une année blanche de cotisations salariales et d’intérêts bancaires, à un report des annuités d'emprunts et à un soutien aux trésoreries.

Ce n'est qu'avec ces mesures que les VIF espérent répondre à cette question : « comment tenir les prochains mois ? » rapporte Cédric Coubris.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé