LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

20 ans de marché chinois

Castel face à la concurrence des vins australiens et chiliens

Lundi 28 mai 2018 par Alexandre Abellan

« Il faut savoir respecter les usages de consommation locaux. Le ganbei ne me choque pas, et je ne connais pas un vendeur de vin qui s’en plaigne… ça fait aussi des volumes ! » plaisante Xavier Pignel-Dupont.
« Il faut savoir respecter les usages de consommation locaux. Le ganbei ne me choque pas, et je ne connais pas un vendeur de vin qui s’en plaigne… ça fait aussi des volumes ! » plaisante Xavier Pignel-Dupont. - crédit photo : Conseiller du Commerce Extérieur
Avant l’ouverture du salon Vinexpo Hong Kong, échange avec Xavier Pignel-Dupont, le directeur de Castel Chine sur vingt ans de développement en Chine où le groupe revendique le leadership des vins français.

Élu homme le plus influent de la filière chinoise des vins par la China Food and Drinks Fair de Chengdu, Xavier Pignel-Dupont connaît bien ce marché, le parcourant depuis 17 ans. D’abord à la Sopexa, dont il a été directeur de la section chinoise*, avant de diriger le pôle Asie-Pacifique du groupe Castel Frères. « À mon arrivée, les Chinois buvaient leur vin avec du Sprite » se souvient l’expert, qui note depuis « une évolution colossale du niveau de connaissance du consommateur moyen. Il connaît maintenant les pays de production. Et en France, il ne se limite pas qu’à Bordeaux. »

Ayant signé ses premières expéditions vers la Chine en 1998, lors du premier salon Vinexpo Asie-Pacifique à Hong Kong, Castel revendique désormais le leadership des marques françaises en Chine. S’appuyant notamment sur son partenariat de 2001 avec le groupe Changyu : « beaucoup de publicité a été réalisée sur le château Changyu-Castel, ce qui a ancré auprès des consommateurs notre image. Au-delà des vins importés nous contribuions à l’effort de montée en gamme des vins chinois » souligne Xavier Pignel-Dupont.

Réajustement

Ayant créé une filiale Castel Chine pour suivre le développement rapide du marché, le groupe bordelais a dépassé le seuil des 100 millions de cols vendus en 2014. Alors même que la politique anti-corruption du gouvernement chinois mettait un coup d’arrêt au boom des importations. « Quand la consommation ostentatoire s’est arrêtée, on est revenu au niveau des consommateurs. Ce qui est très positif, car cela permet de construire un développement plus solide et durable » explique Xavier Pignel-Dupont.

Si ce réajustement du marché a marqué les esprits, c’est surtout l’arrivée d’une concurrence internationale soutenue par des accords de libre-échange qui inquiète l’expert. L’Australie, le Chili, la Nouvelle-Zélande, et même la Géorgie, bénéficiant en effet de droits de douane nuls. « Je vis très mal cette concurrence déloyale légale. Les écarts de prix que cela implique nous désavantagent. C’est ma bête noire, on est obligé de se battre davantage » regrette Xavier Pignel-Dupont. Qui souligne cependant l’importance des accords de libre-échange européen avec la Corée du Sud et le Japon, tandis que les négociations avec le Vietnam se poursuivent.

"Émergence d'une classe moyenne"

« Quand je vais au Vietnam, je revois la Chine d’il y a 6 ans… L’émergence d’une classe moyenne asiatique donne du dynamisme à l’ensemble de ces marchés » souligne le négociant. Ces marchés émergents seront au cœur des intérêts du groupe Castel, qui sera présent en force sur le salon Vinexpo Hong Kong, avec quatre stands (pour les marques Castel Frères, Barton & Guestier, Patriarche/Kriter et Barrières Frères).

 

* : Soit la Chine continentale, Hong Kong et Taïwan.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé