Accueil / Politique / La " guéguerre idéologique" est déclarée entre bio et HVE
La " guéguerre idéologique" est déclarée entre bio et HVE
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Contre-attaque
La " guéguerre idéologique" est déclarée entre bio et HVE

Après l’annonce de l’attaque devant le Conseil d’État du label Haute Valeur Environnementale, ses défenseurs répliquent pour faire valoir le bien-fondé de leur certification.
Par Alexandre Abellan Le 25 janvier 2023
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La
« Oui le bio a toute sa place de segment premium dans notre alimentation pour ceux qui le peuvent, mais non, on ne peut pas attaquer systématiquement toutes les initiatives qui visent à valoriser et faire monter raisonnablement en gamme notre agriculture conventionnelle » réplique l’association HVE. - crédit photo : Alexandre Abellan
R

éponse du berger à la bergère. Après le communiqué au vitriol de sept associations (Générations Futures, Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique…) attaquant devant le Conseil d’État le label Haute Valeur Environnementale (HVE) sur la base d’une tromperie du consommateur, la contre-attaque n’est pas moins vive pour défendre les 30 000 certifiés actuels (à 70 % des domaines viticoles). « Arrêtons cette guéguerre idéologique suicidaire déconnecté de la consommation réelle des français » réplique Association Nationale pour le Développement de la Certification HVE, décriant une tentative d’organisations promouvant l’agriculture biologique « de trouver un bouc émissaire au déclin du marché du bio ». Et d’embrayer que « là comme ailleurs, il est temps de se réveiller et de mettre de côté l’idéologie avant qu’il ne soit trop tard. Quand on dénigre systématiquement 90 % de l’agriculture française, ce n’est pas le Bio que l’on favorise, ce sont les importations. »

Pas moins outrée dans un communiqué de presse, la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles « tient à s'insurger contre ce qu'elle considère être un manque total de considération pour l'engagement des agriculteurs dans des démarches de progrès environnementales ». Alors que les 7 associations plaignantes critiquent un label au cahier des charges trop léger après sa révision de la fin 2022, le syndicat agricole rapporte que « les exigences ont été revues largement à la hausse et sont loin d'être indolores pour les agriculteurs. Les 4 indicateurs du label (stratégie phytosanitaire, biodiversité, gestion de la fertilisation et gestion de l'eau) ont fait l'objet d'un durcissement, pour à la fois répondre à certaines recommandations de l'OFB, mais aussi à toutes les demandes de la Commission européenne en cohérence avec la nouvelle Politique Agricole Commune (PAC). »

Risque phytosanitaire

Faisant aussi dans le fact-checking, l’association HVE dément la déclaration des ONG selon laquelle « l’utilisation d’intrants chimiques comme des engrais et pesticides de synthèse particulièrement néfastes pour l’environnement ou pour la santé humaine reste autorisée ». Pour les défenseurs de HVE, « le dispositif contraint très fortement le recours aux intrants de synthèse aussi bien sur le plan quantitatif que sur leur classe de risque. Quant à systématiquement assimiler les produits de synthèse à des produits particulièrement néfastes, c’est oublier que les pesticides et engrais autorisés et utilisés en bio peuvent présenter des classes de risques similaires aussi bien pour l’utilisateur que pour l’environnement. »

Autre phrase reprise aux associations plaignantes : « il existe un modèle, certes perfectible, mais qui a l’une des plus hautes performances environnementales : ce modèle s’appelle l’agriculture biologique ». Pour l’association HVE, « sans doute, mais… Le modèle bio bénéficie depuis plus de 40 ans d’un soutien fort des pouvoirs publics. Or ce modèle couvre toujours moins de 10 % de la Surface Agricole Utile française, son marché recourt pour un tiers aux importations intra et extra-communautaires, il propose aux consommateurs des produits plus chers pour des paniers moyens pouvant être jusqu’à 80 % plus élevés que le panier de produits issus de l’agriculture conventionnelle et les producteurs ayant investi dans cette filière sont désormais confrontés à un marché en crise arrivé à saturation. »

Engagement dans les transitions

Ce positionnement intermédiaire de la HVE, entre conventionnel et bio, est validé par la FNSEA : « le label HVE est un exemple d'engagement des agriculteurs dans les transitions, qui doit être encouragé par tous les maillons de la filière, jusqu'au consommateur. Il est ce sens essentiel qu'il se traduise par une juste rémunération. La transition d'un plus grand nombre d'exploitations dans des démarches de progrès ne pourra pas être favorisée si ce n'est pas le cas. »

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (23)
viti 84 Le 31 janvier 2023 à 19:31:31
Albert on peut discuter sur le terme tapageur HVE, mais ces associations souhaitent la disparition d'une certification environnementale sous prétexte que seul leur Label peut se drapper de vertu, alors qu'en AB on utilise des pesticides des neurotoxiques des métaux lourds... aucun levier d'action sur la biodiversité aucune obligation de moyen et de résultat sur l'impact environnemental. la seule règle c'est utiliser des produits dits naturels ( provenant tout de même de l'industrie ) Si vous avez une migraine vous pouvez mâcher 500g d'écorce de saule ou prendre une aspirine de 0,5g faites votre choix.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 31 janvier 2023 à 15:10:39
Sauf à ce que je sache plus lire, il me semble clair que la critique portée contre le label HVE par le collectif d'asso. dont FNAB concerne ce qu'on pourrait appeler comme "tromperie" sur la marchandise : la certigication " HVE " suggère qu'un très bel et louable objectif est atteint alors que fertisation peu ou prou classique et recours aux phytos .. tout ça en utilisation "raisonnée", bien sûûûr ! .. se perpétuent. Donc, soyons et soyez honnêtes, ce n'est pas le cahier des charges HVE qui est critiqué, mais la TROMPERIE inhérente au nom même du label HVE, porteur de promesses vertueuses. On ne me fera pas croire que ceci n'aura jamais effleuré l'esprit des accoucheurs de cette certification.
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 31 janvier 2023 à 08:43:31
@albert quand le sage montre la Lune les imbéciles regardent le doigt... Ce que je dit, c'est que les agriculteurs BIO traînent en justice par l'intermédiaire de leur Fédération nationale (FNAB) les agriculteurs en HVE. Si ça n'interpelle que moi c'est que nous sommes bien mal barré. Je n'aurais pas aimé être le voisin de ces paysans là en 1940, c'est tout. Alors après on peux tergiverser sur le CO2 émis en Bio/HVE, sur l'innocuité de consommer 2 ou 3 fois plus de Gazole pour le même résultat (le GO c'est pas bien en ville, ZFE, mais en BIO 'est no limite) bref on peux parler de tout.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 30 janvier 2023 à 15:30:19
Salut à VigneronsdeRions au passage ... ce qui est éminemment contestable c'est, comme le pointe "pg'" juste avant, la terminologie choisie pour le label "HVE" (" haute valeur environnementale" .. ah bon ? ..) car ces 3 mots suggèrent un haut niveau d'exigence à respecter, or le recours aux intrants n'y est pas bani puisqu'on reste dans le "raisonné". Une guéguerre Bio - HVE n'a pour moi aucun intérêt En revanche, je persiste à contester la "communication subliminale" portée par ce logo HVE. J'aimerais que le MinAgri nous révèle le nom du consultant en com qui a proposé HVE.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Bourchet Julien Le 30 janvier 2023 à 14:19:17
Les Défenseurs du BIO se sentent dépassés par la certification HVE, je leur fait une proposition: Que l'agence BIO réforme la certification AB en intégrant strictement le nouveau référentiel HVE au seing du label BIO et vous enverrez un signal autrement plus vertueux aux consommateurs et à la nature... En adaptant le cahier des charges bio à l'HVE vous comblerez les défaillances de l'actuel label AB d'une manière beaucoup plus crédible que les guides de préservation de la biodiversité que le synabio publie à l'usage de la filière bio dans lequel je cite : " le SYNABIO considère qu?il est essentiel pour le secteur de se fixer des objectifs de progrès complémentaires aux exigences du règlement bio européen en cohérence avec la progression des connaissances scientifiques et des attentes de la société civile. La bio doit rester un modèle pionnier et exemplaire en matière de biodiversité." C'est un aveux de la faiblesse du cahier des charges BIO dans certains domaines. De la même manière la FNAB à elle aussi créée sont propre "label fnab" au seing du label bio : https://www.fnab.org/un-label-paysan/ C'est quand même curieux de la part de ces acteurs d'être ensuite à l'origine des attaques contre HVE qui pousse certaines exigences environnementales un peu plus loin. Pour conclure je cite encore un extrait du guide du synabio: "Dans ce contexte, il est primordial pour les acteurs de la bio de s?emparer de la thématique de la biodiversité. D?une part, afin d?être capable de réaffirmer la corrélation positive entre les engagements actuels de l?agriculture biologique et les résultats produits sur la biodiversité. D?autre part, afin de continuer à faire progresser les engagements de la bio en prenant en compte les avancées de la recherche et rester ainsi pionnier de la protection du vivant." Quant on lis ça on comprend ce qui les motives à allumer des contre feu un peu partout...
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 30 janvier 2023 à 10:41:42
Je crois que le terme guéguerre est largement sous estimé. Quand la Fédération des vignerons Bio attaque les vignerons HVE, nous avons réellement basculé dans un autre monde. Je suis toujours poli et bienveillant vis à vis de mes voisins, mais étant en HVE, mes copains/voisins BIO financent le procès du système HVE dans lequel j'ai investi du temps, de l'argent, donc ils attaquent mon système de production. C'est top comme comportement. Quand ils sont venus chercher les Juifs j'ai rien dit, je ne suis pas Juif, quand ils sont venus chercher les Homosexuels, j'ai rien dit, je ne suis pas homo, quand ils sont venus chercher les Tsiganes, et les autres j'ai rien dit non plus, et quand ils sont venus me chercher, il n'y avait plus que moi, donc personnes n'a rien dit.... Voilà ou ça nous conduit, une honte pour les viticulteurs BIO, qui soutiennent ça.
Signaler ce contenu comme inapproprié
pg Le 29 janvier 2023 à 18:05:02
Ah , enfin des tas de commentaires ! J' adore ! Je les préfère presque plus que les articles. J' exagère un peu... Ca donne la tendance du moment. Alors , je ne vais pas résister à l' envie de ramener mon grain de sel. Je pense que la terminologie " haute valeur environnementale" est trompeuse et surinterprète le niveau d' exigence. L' angle d' attaque des détracteurs est le bon . Je suis convaincu qu'il vont obtenir satisfaction. C' est à ce demander ce qui est passé par la tête de ceux qui ont pondu ce label. Une boite de communication fort chère payée qui a bien fait son boulot puisqu'on ne parle que de ça... ? Pour ce qui est du cahier des charges, affirmer qu'il ne suffit que d' avoir 2 ruches pour être labélisé est caricatural. Pour ne pas dire mensonger. Il y obligation de réduction des phytos en comparaison avec ce qui se pratique localement. Il y a obligations de surfaces écologiques . Les quantités d' engrais chimiques sont limitées. Les haies et bordures de bois sont comptabilisées. La collecte et le traitement de tout effluent, phyto, de chai, comme de lavage des engins, est obligatoire. Etc, Etc... Ce label est la preuve que des viticulteurs ( et autres agriculteurs ) font de réels efforts. Peut-être serait-il temps de concevoir un label environnemental qui comptabiliserait tous les efforts des uns et des autres, bio et non bio. Une note sur 100. Et , là, surprise...! Si la vérité ( l' honnêteté ) était de mise , peut-être aurions nous la surprise de constater que des non-bio pourraient avoir de meilleures notes que des bio . J' en fais le pari ! Je suis convaincu que ne nombreux bio seraient fort bien notés. Mais , tout aussi convaincu que des "conventionnels" feraient mieux que certains bio . Petit exemple prêt de chez moi. Un bio de mes voisins ( et ami ) ayant le bio chevillé au corps , depuis toujours , a traité 6 fois en 2022 ( mildiou ) quand je me suis contenté de 3 fois. j' avoue être équipé de 2 stations météo avec OAD. Pas lui. La totalité de ses effluents sont rejetés aux caniveaux. Les miens sont intégralement collectés et épandus selon un plan d' épandage agréé. Ses malo on toutes les peines du monde à se faire en raison du Cu ( au printemps suivant la récolte ). Depuis que j' évite la BB je n' ai plus de problème de malo . Nous sommes tous 2 en zone flavescence. Lui c' est contenté pendant des années des prospections ( avec ses copains bio à juste titre , anti insecticides bio ...) . Jusqu'au jour où il c' est vu infliger un contrôle où il a frôlé l' arrachage sec parce qu'il c' est retrouvé avec des taux de pieds atteints , très importants... Bilan de l' opération bio/ non bio ? Cette note sur 100 , je la veux , je la réclame !!! Je suis HVE parce que j' aime ma terre , mes vignes , la nature et l' humanité. Et , je veux que mes clients sachent le niveau de mes efforts. Si HVE passe à la trappe, un autre label devra le remplacer pour quantifier l' impacte environnementale de chacun. Tout comme j' ai hâte de pouvoir faire mon bilan carbone. Et vous , les amis qui commentez Vitisphere, vous en pensez quoi de la note environnementale sur 100 ?
Signaler ce contenu comme inapproprié
VIGMIC Le 27 janvier 2023 à 21:10:49
La Bio est un marcher de niche pour des consommateurs avec un certain pouvoir d'achat. Avec 40% des surfaces en conversion qui vont arriver sur le marcher, il y a de quoi se faire du souci...
Signaler ce contenu comme inapproprié
renaud Le 27 janvier 2023 à 12:47:48
pensez vous sincèrement que de se déchirer au sein même de nos filières nous soit utile? Bio ou HVE sont des choix propres suivant les possibilités ou perception de chacun. Aucun système n'est parfait. quant à la perception du consommateur, elle est tellement éloignée de la réalité que l'on lui fera dire tout est sont contraire. la majorité pensent que les bio ne traitent pas et qu'il en serait +/- de même pour les HVE. D'où les bulletins tapageurs régulièrement dans la presse. il est indéniable que l'amélioration est en marche mais les réalité économiques donnent un certain tempo. Serait il envisageable que tous les automobiliste passent à la bicyclette ? pas sûr! le problème est que la déconsommation mondiale réduit le marché comme peu de chagrin..... Alors dans cette période trouble ce n'est pas la fraternité qui s'exprime en premier.... la croyance populaire incite à penser que la mort de l'autre nous sauvera. PAS SUR !
Signaler ce contenu comme inapproprié
LaGlive Le 27 janvier 2023 à 12:15:17
On prend le commentaire d'Albert, on remplace HVE par BIO et ça marche tout pareil ! Avant de regarder la paille dans l'oeil du voisin... J'ai un véritable souci avec le BIO pour toutes les raisons invoqués contre HVE dans les différents commentaires ci dessous. C'est malheureux d'opposer les 2 alors qu'il y aurait tant à gagner a les valoriser a leur juste valeur. Mais bon, il est plus facile de détruire la maison du voisin que de construire la sienne...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Jj Le 26 janvier 2023 à 19:14:03
Réponse a babouin 27. Parlez de tout mais de grâce, ne prenez pas comme référence ou argent comptant les stupidités de ces reportages en carton de Lucet ou du Clement.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Baboun27 Le 26 janvier 2023 à 10:24:24
Comment comparer le hve et le bio non mais franchement le hve inventer par le lobbie conventionnel c?est de la merde reportage France 5 le contrôleur vient dans la vigne , ha oui les renards peuvent passé , c?est bon pour le hve vin testé ds le reportage le hve avait le plus de pesticide lamentable
Signaler ce contenu comme inapproprié
Juju89 Le 26 janvier 2023 à 09:09:53
Ce qui est débile.... C est qu en ce qui concerne l onglet fertilisation le bio est est plus souple, L onglet biodiversité n apparait même pas en bio. Donc sur les 3 grands Items de l hve en viti (pas concerné pour l irrigation au moins dans les vignobles septentrionaux) le hve est largement plus contraigant.... Mais surproduction en bio, prix trop cher alors vaut mieux taper sur les non bio.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Zorro Le 26 janvier 2023 à 08:22:57
Il ne s'agit manifestement plus d'une guéguerre, mais d'une bataille de tranchée. Le communiqué des ASSO attaquant le HVE qui se permet de dire qu'il faut interdire les pesticides est suicidaire. Puisque même les BIO utilisent des Pesticides. Ils ont dû l'oublier dans leur aveuglement idéologique. Cet espèce de réflexe de vouloir tuer son voisin qui serait à l'origine de notre malheur sans jamais se remettre en question. Ce fascisme ambiant devient puant, l'accusation systématique des "Grands de la Chimie" dont le seul objectif serait de nous anéantir au nom du profit. Il faut juste regarder comment c'était avant que la chimie moderne n'existe et comment c'est maintenant. Les mêmes qui s'indignent pour la pénurie de médicaments dans les pharmacie, et vouloir la fin de la Chimie. Une contradiction populiste de plus. Ce n'est définitivement ce n'est plus une guéguerre.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 26 janvier 2023 à 07:10:36
Je ne vois pas que le problème posé soit celui d'une hiérarchie des labels ! .. je ne suis pas perso impliqué dans l'agri Bio,cnin, mais ce qui m'apparaît comme hautement contestable c'est ce que laisse accroire ce label "Haute Valeur .. ", car oui, il y a bien une intention très claire en utilisant cet adjectif "Haute" de marquer notre inconscient collectif ! .. alors, merde, est-ce qu'il convient de de valoriser aussi hypocritement l'implication des exploitations qui pommadent leur business tradi avec queques astuces cosmétiques mais sans renoncer à l'utilisation des intrants qui polluent les nappes et les eaux ? .. Selon moi, non
Signaler ce contenu comme inapproprié
Jpix Le 25 janvier 2023 à 23:20:30
Bio, pas bio ... HVE ou pas ? Étant producteur de fruit à pépins, je ne suis pas certifié et j utilise à la fois des produits chimiques et au maximum des techniques biologique pour lutter contre maladies et ravageurs... Auparavant mon verger était bio, résultat, après analyse de terre, celui-ci saturé de cuivre... Soyons moderés dans notre façon de produire. La culture pérenne est une harmonie entre auxiliaires et ravageurs et que nos arbres fruitiers puissent se défendre le sainement possible . Prenons le meilleurs des différentes chartes (HVE, bio ou autres) et avançons ensemble. Le bio paye sa charte, le HVE paye sa charte... Pour qui? Vous! Ou le distributeur ? Et se donner bonne conscience ? Moi, j aime la terre et mon verger... Je suis persuadé que des solutions existent sans aller vers l extrémisme...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Lolive Le 25 janvier 2023 à 23:09:23
Il est indéniable que le bio pollue beaucoup plus que le conventionnel. Point à la ligne.
Signaler ce contenu comme inapproprié
chmlp Le 25 janvier 2023 à 21:32:11
Pourquoi remettre en cause la hiérarchie des labels, chacun a normalement son espace pour commercialiser ses produits. On dirait, vu les commentaires, que certains ont perdu confiance dans leur label, notamment les producteurs Bio.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 25 janvier 2023 à 20:52:18
Le CDC HVE n'oblige effectivement à aucun résultat quantifiable. C'est surtout une hyper-valorisation "marchande", un .coup de bluff pas possible ! .. franchement, exemple : mettre quelques ruches ça et là sur son exploitation, n'est-ce pas risible comme "contrainte" ? .. je suis bien triste pour ceux qui jouent la carte de ce Label car je suis certain qu'ils ne cherchent qu'à préserver leur CA sans se soucier de l'état dans lequel ils laisseront leur exploitation.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Manoverde Le 25 janvier 2023 à 19:12:08
Soyons sérieux, arrêtons le greenwaching et se mettre des médailles vertueuses alors que notre modèle agricole est destructeur et destructeur . Haute valeur environnementale comme l'agriculture raisonnée c'est de chewing-gum qui bouche le petit trou alors qu'il faut remplacer la coque pourrie La bio est loin d'être parfait, mais il est de très loin plus contraignant, basé sur du concret et du factuel. Avec un modèle agricole sur lequel on peut se basée
Signaler ce contenu comme inapproprié
levotomo Le 25 janvier 2023 à 18:14:32
Une seule constatation . Les bouteilles HVE sont sur les mêmes rayons des supermarchés que les bio... Cherchez l'erreur...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Olivier Le 25 janvier 2023 à 17:12:34
La HVE est de l'intox(dans les 2sens du terme)....il y a obligation d'un minimum de moyens alors que la bio il y a obligation de résultat.....les associations de consommateurs n'ont qu'à analyser tous les aliments bio et non bio et révéler les teneurs en résidus de pollution chimique afin que les consommateurs achètent en connaissance de cause.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 25 janvier 2023 à 13:34:34
Ce qui est discutable est le nom du label HVE, "Haute Valeur Environnementale". Il est difficile de définir et de savoir ce qui peut être mis derrière "environnement" car l'Homme, qui n'a pas hésité à bouleverser voire saccager son milieu naturel, veut surtout et avant tout crédibiliser les quelques efforts auxquels il veut bien consentir tout en en tirant un bénéfice "marchand" en affichant cette pastille HVE qui, faut-il le repréciser, est un vecteur d'information assez trompeuse puisque le consommateur n'est pas alerté sur le recours possible aux intrants. Le nom de ce label HVE n'offre aucune indication claire et univoque sur ce qu'il soutend, voire même entretient à mon sens une désagréable confusion.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé