Accueil / Viticulture / La nouvelle certification HVE décrétée… et déjà décrochée du vignoble ?
La nouvelle certification HVE décrétée… et déjà décrochée du vignoble ?
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Arrêté publié
La nouvelle certification HVE décrétée… et déjà décrochée du vignoble ?

Les nouvelles exigences du label Haute Valeur Environnementale sont désormais arrêtées par décret, faisant craindre un coup d’arrêt dans l’élan de conversion du vignoble.
Par Alexandre Abellan Le 22 novembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La nouvelle certification HVE décrétée… et déjà décrochée du vignoble ?
Pour les représentants de la filière vitivinicole, l'avenir du label HVE est désormais posé. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
D

u virage agroécologique au décrochage technico-économique, il y a un pas qui pourrait être franchi par la nouvelle mouture de la certification Haute Valeur Environnementale (HVE). Dont les nouveaux « seuils de performance environnementale relatifs à la certification » sont désormais définis par le décret n° 2022-1447 et l’arrêté du 18 novembre 2022. À première lecture, force est de constater qu’il n’y a pas de bonnes surprises pour les vignerons s’inquiétant de nouvelles exigences ardues à respecter : notamment en termes d’engrais azotés, d’Indices de Fréquence des Traitements et de biodiversité. À partir du premier janvier 2023, le nouveau plan de contrôle sera opérationnel, alimentant les craintes d’un blocage du développement ininterrompu des certifications HVE (+24 % en 6 mois, au premier janvier 2022). Une croissance largement portée par la filière vin (74 % des 18 300 domaines agricoles certifiés d’après le dernier pointage) grâce à la notation de ses performances agroenvironnementales (89 % d’exploitations certifiés par la voie A agroécologique et 11 % par la voie B comptable, supprimée dans le nouveau référentiel).

« À ce stade nous sommes très inquiets car une partie des exploitants risque de perdre la certification par la difficulté à attendre les seuils. Et ceux qui vont y arriver, vont avoir des surcoûts notables par rapport à la certification antérieure et cela sans rémunération du marché » explique Anne Haller, la directrice des Vignerons Coopérateurs, notant qu’avec la durée de trois années pour la certification HVE, si « les exploitants certifiés en 2022 auront jusqu’en 2025 avant de refaire une certification, par contre les exploitants certifiés en 2020 doivent refaire une certification en 2023 avec les nouvelles règles. Donc les difficultés commencent dès janvier 2023. »

Certifier l’agriculture conventionnelle et permettre la transition agroécologique

Après des années de croissance de la démarche et d’amélioration des pratiques, la déception d’un possible coup de frein est partagée par Jean-Jacques Jarjanette, le président de l'association pour le développement de la HVE : « seule la dimension environnementale a été prise en compte, en perdant de vue les enjeux agricoles du prix de revient et les enjeux commerciaux du positionnement médian de la HVE. On est en train de créer une deuxième démarche élitiste à côté du bio. » Indiquant que ce regret est partagé par les autres cultures certifiées en HVE (maraîchage, arboriculteurs…), le président de HVE souhaite rester positif : « il faut se bagarrer, ça sera dur et long, mais il faut revenir au paradigme de base. La démarche HVE a pour objectif de certifier l’agriculture conventionnelle et permettre la transition agroécologique. Sa proposition est de créer de la valeur sur le conventionnel. »

Reste désormais à mobiliser les pouvoirs publics pour faire évoluer la situation esquisse Jean-Jacques Jarjanette. Ce qui ne s’annonce pas être une mince affaire, malgré l’ouverture à la dicussion avec la filière vin  exprimée il y a un mois par le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau. Dans un courrier envoyé par le 8 novembre 2022 au sénateur Laurent Daniel Laurent (Charente Maritime), le ministre explique que ce nouveau référentiel « apparaît à la fois ambitieux tout en restant équilibré, y compris pour la filière viticole, pour laquelle un certain nombre d’aménagements ont été prévus » (voir encadré). Et de fermer la porte à une révision en notant que « le projet de référentiel a reçu l’accord de la Commission Européenne […] et que pour cette raison, les ambitions environnementales présentées ne peuvent être revues à la baisse ».

Enjeux européens et nationaux

Une évolution qui serait désormais crantée, mais le ministre justifie dans son courrier cette réforme par le choix « que HVE soit une voie d’accès à l’écorégime [et vérifier] que référentiel était parfaitement cohérent avec les obligations environnementales prévues pour la future PAC » (Politique Agricole Commune, 2023 à 2027) et par l’objectif d’aller plus loin « notamment pour répondre à certaines critiques qui estiment que l’utilisation de la dénomination HVE tromperait le consommateur »*. Cette lettre a de quoi alimenter la déception de ceux ayant cru, et investi, dans la certification, puisqu’il semble au final que les évolutions arrêtées pour HVE sont d’abord liées à des enjeux européens et nationaux qui ne sont pas des priorités pour les certifiés HVE.

La réforme HVE serait d’abord liée aux enjeux européens de la PAC afin d’intégrer la certification dans les écorégimes. Ce qui reste globalement un non-sujet pour la viticulture, le maraîchage, l’arboriculture… Et va désormais faire rentrer Bruxelles dans les négociations sur le devenir de la certification. Cette évolution HVE est également liée à des débats français, avec des détracteurs demandant une révision à la hausse des exigences, mais indiquant déjà ne pas trouver leur compte dans les évolutions. Tout ça pour ça, donc.

Plus-value environnementale

Pour les certifiés actuels de HVE, le défi principal reste la reconnaissance des efforts liés à ce label. Même si le ministre écrit au député qu’il est capital de « préserve sa capacité à créer de la valeur grâce à un logo reconnu et auquel le consommateur attribuerait durablement une plus-value environnementale », il se trouve que face à la multiplication des labels environnementaux, les consommateurs connaissent à 96 % l’Agriculture Biologique (d’après un récent sondage en ligne), contre 25 % pour HVE. Haute, la marche de la reconnaissance et de la valorisation demande déjà de ne pas déraper avant pour être atteinte.

 

* : Le courrier ministériel note « certaines critiques contre la certification environnementale […] fondées notamment sur une série de notes (Office Français de la Biodiversité, Institut du Développement Durable, qui, bien que souvent peu documentées, estiment que le référentiel de certification est insuffisamment ambitieux, voire qu’il permet à une exploitation d’être certifiée sans changement de pratiques. »

 

Évolutions

Dans sa lettre, le ministre note que pour la biodiversité, doivent être distinguées « les exploitations certifiées HVE des autres ». Pour les phytos, « les autorités françaises [ont écouté] les remarques des professionnels de la filière viticole, via la création d’un item valorisant la surveillance active des parcelles dans l’indicateur "stratégie phytosanitaire" ». Pour les Indices de Fréquence de Traitement (IFT), il y a eu révision « afin de renforcer la cohérence avec la nouvelle méthode de calcul utilisée pour les Mesures Agro-Environnementales et Climatique dans le Plan Stratégique National ».

« Il importe en outre de regarder au niveau global de l’indicateur les évolutions apportées et non item par item, puisqu’il ne s »’agit pas d’obtenir le maximum de point sur chaque item, mais d’obtenir d10 points par indicateur en s’appuyant sur chaque indicateur sur les items de son choix. »


 



 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (6)
Vigneron Le 28 novembre 2022 à 17:47:09
@André: Il est intéressant de justifier ces propos plutôt que de critiquer sans arguments
Signaler ce contenu comme inapproprié
André Le 28 novembre 2022 à 13:20:58
Hve= foutage de gueule
Signaler ce contenu comme inapproprié
Vigneron Le 28 novembre 2022 à 09:53:46
Je ne suis pas d'accord avec les propos de Jean-Jacques Jarnette qui défend mal le label HVE alors qu'il est pourtant président de l'association. Enlever la voir B, une approche comptable qui n'a rien à voir avec l'environnement est une bonne mesure. Le label HVE ne peut pas être un "fourre tout" pour certifier l'agriculture conventionnelle, avoir une certification agroécologique pour répondre aux standarts de Bruxelles, et plaire aux consommateurs avec un prix médian. Le HVE doit vraiment être un label apportant une plus value environnementale et économique aux agriculteurs, faisant reconnaître le bien fondé des exploitations au travers des 4 thèmes. Reconnaissant aussi le travail de la chimie pour préserver la vigne sans provoquer de dégâts pour l'homme et l'environnement, quand les doses sont respectées. L'agriculture Bio utilise aussi de la chimie entre parenthèse, et peut faire de dégât avec le cuivre. S'ils sont si fiers de leur label, qu'ils n'embêtent pas les autres!
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 27 novembre 2022 à 10:39:35
@albert, très drôle le couplet sur le bilan carbone de la HVE, à tout hasard vous en parlez un peu du bilan carbone pour le label BIO ???
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 23 novembre 2022 à 23:09:51
Je n'attache aucun intérêt à ce label essentiellement mis en avant comme "accroche" pour les gammes de MDD (IGP Oc est un grand pourvoyeur de volumes HVE) alors que les lieux d'embouteillage sont à cent mille lieues des zones de production. C'est se foutre du consommateur : qui se soucie du bilan carbone pour le transport et le conditionnement loin de la zone de production, alors qu'on voudrait nous "vendre" d'assez maigres contributions agro-environnementales à l'amont (l'agriculture "raisonnée" par exemple est un concept d'une hypocrisie sans nom .. le béotien peut être grugé mais le consommateur un tant soit peu éclairé comprend qu'il n'y a aucun frein au recours à la chimie).
Signaler ce contenu comme inapproprié
Luo Le 23 novembre 2022 à 16:53:33
Du coup j'ai une question... A quoi ça sert un label si tous les viticulteurs l'ont ? À part la subvention de la pac qui était à l'origine prévu pour le bio (la France c'est fait condamné par l'UE sur ce sujet) Aucun ne se démarquera !? Ça va faire comme les médailles d'or ! Aucun intérêt pour le consommateur, il n'y aura pas une bouteille qui aura une "meilleur qualité environnementale" bullshit..
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé