Accueil / Politique / Les vins AOC s’inquiètent d’une réforme européenne les affaiblissant
Les vins AOC s’inquiètent d’une réforme européenne les affaiblissant
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

"Sous couvert de les renforcer"
Les vins AOC s’inquiètent d’une réforme européenne les affaiblissant

La Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie de vins AOC appelle les eurodéputés à défendre l’intégration des AOP dans la Politique Agricole Commune et la gestion par la Commission de leurs cahiers des charges.
Par Alexandre Abellan Le 21 novembre 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vins AOC s’inquiètent d’une réforme européenne les affaiblissant
« Les outils fonctionnent toujours, il faut les maintenir voire les faire évoluer sans les dénaturer » plaide Jérôme Bauer. - crédit photo : CNAOC (Marie Faggiano)
A

ctuellement étudié par le Parlement Européen, le projet de la Commission européenne de réforme des Indications Géographiques (IG) ne cesse d’inquiéter et de mobiliser la Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie de vins à Appellations d’Origine Contrôlées (CNAOC). Réunissant son assemblée générale ce 15 novembre à Paris, la fédération française des vins AOC maintient ses analyses : « ce projet va affaiblir les appellations d’origine viticoles sous couvert de les renforcer ».

Demandant aux eurodéputés « des gardes fous pour éviter un démantèlement » dans leurs amendements (pouvant être déposés jusqu’au 22 novembre), la CNAOC propose « le maintien d’une règlementation unique concernant la politique viticole » et non une sortie du cadre des AOP des textes réglementant la production vinicole (au sein de la Politique Agricole Commune, PAC). L’enjeu est fort stratégiquement, car si rien n’est fait, « cela peut vouloir dire que le vin sortira de la PAC. Les anti-alcools y sont favorables et ils sont nombreux. Il faut être très ferme sur ce point » indique dans un communiqué Jérôme Bauer, le président de la CNAOC.

Transformer les IG en simples marques

Deuxième proposition, le maintien des cahiers des charges dans le giron de la Commission Européenne et non un transfert à l’Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO). « Sous prétexte de simplification, la Commission propose de transformer les IG en simples marques » alerte la CNAOC. « Plutôt que d’externaliser la gestion de nos cahiers des charges, il faut renvoyer l’essentiel du contenu à la responsabilité des Etats membres et laisser au niveau européen le seul enregistrement des noms géographiques » propose Jérôme Bauer. Un discours déjà porté par les vins européens AOP à Bruxelles, et repris par le rapporteur de la Commission de l’Agriculture auprès du Parlement européen, Paolo de Castro (eurodéputé italien). Ce point fait également partie des sujets d’attention du ministère de l’Agriculture en France.

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé