Accueil / Politique / Les vins AOC ne veulent, toujours pas, d’une sous-traitance européenne de leur gestion
Les vins AOC ne veulent, toujours pas, d’une sous-traitance européenne de leur gestion
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Réforme IG
Les vins AOC ne veulent, toujours pas, d’une sous-traitance européenne de leur gestion

Rappelant son attachement à une intégration des Indications Géographiques dans la Politique Agricole Commune, la filière du vignoble d’appellation demande une modification de la réforme portée par Bruxelles.
Par Alexandre Abellan Le 25 juillet 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vins AOC ne veulent, toujours pas, d’une sous-traitance européenne de leur gestion
La filière européenne des AOP viticoles demande un traitement intégré à la PAC pour simplifier sa gestion. - crédit photo : EFOW
P

ubliée fin mars, la proposition de révision de la politique des Indications Géographiques (IG) avancée par la Commission Européenne continue de mobiliser la Fédération Européenne des Vins d'Origine (EFOW), qui ne veut pas d’un transfert de responsabilité à l’Office de l'Union Européenne pour la Propriété Intellectuelle (EUIPO). Mobilisée ce 5 juillet au parlement européen de Strasbourg avec l'Association des vignerons allemands (DWV), EFOW alerte les eurodéputés sur les forces du modèle actuel et les risques amenées par les propositions de Bruxelles.

« L'objectif de cette nouvelle réforme doit être de renforcer le système des appellations, et non de l'affaiblir » pose dans un communiqué Bernard Farges, le président d'EFOW, ajoutant que « pour ce faire, les appellations ne doivent pas être considérées comme un simple droit de propriété intellectuelle et la politique de qualité de l'Union Européenne comme la simple protection du nom d'un produit ». Rappelant que les IG vitivinicoles sont intégrés dans la Politique Agricole Commune (PAC), le viticulteur bordelais souligne que « la Commission européenne, et plus particulièrement la Direction Générale de l’Agriculture, doit rester au cœur de la gestion de nos cahiers des charges. Pour lui permettre de mieux travailler et de remplir cette mission, nous devons réfléchir aux moyens de réduire sa charge de travail. Cela est possible en introduisant plus de subsidiarité dans la gestion des cahiers des charges. »

Système simplifié

« Contrairement à d'autres secteurs, le secteur vitivinicole européen est composé en majorité de produits sous IG. Sans appellations viticoles, on peut dire qu'il n'y a pas de viticulture européenne » alerte Klaus Schneider, le président de DWV, confirmant que « les règles et spécificités du secteur vitivinicole sont définies dans un règlement, celui de l’Organisation Commune de Marché (OCM). Il s'agit de dispositions relatives à l'étiquetage, aux mesures de marché, aux règles de concurrence, aux autorisations de plantation de vignes, aux pratiques œnologiques, aux mentions traditionnelles. C'est pourquoi il est essentiel pour nous que les règles relatives aux IG viticoles ne soient pas détachées de la PAC, car cela complexifierait le système. »

« La réforme des IG doit être l’occasion de renforcer leur protection et de rendre le dispositif encore plus efficace. Nos entreprises n’ont pas besoin d’un renforcement de la bureaucratie mais de simplification des procédures » déclare Jérôme Bauer, le président de la Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à Appellations d'Origine Contrôlées (CNAOC), ajoutant qu’« à ce stade, la proposition de la Commission européenne ne va pas dans le bon sens en faisant entrer un nouvel acteur dans la gestion des cahiers des charges au niveau de l’Union européenne. Nous n’avons aucun problème pour que l’EUIPO participe à la protection des appellations d’origine, en revanche il serait temps que nos politiques se décident à mettre en œuvre le principe de subsidiarité qui veut qu’on ne doit traiter au niveau de l’Union que ce qui doit l’être. Laissons la gestion des cahiers des charges au niveau national c’est déjà bien assez complexe comme cela. »

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé