Accueil / Gens du vin / Avec « Huangding », Bernard Magrez veut changer la perception du vin chinois
Avec « Huangding », Bernard Magrez veut changer la perception du vin chinois
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Chine
Avec « Huangding », Bernard Magrez veut changer la perception du vin chinois

Bernard Magrez, propriétaire de quatre Grands Crus Classés à Bordeaux, s’est aventuré vers l'est de la Chine pour lancer des cuvées ultra-premium qui visent à « faire évoluer la perception du vin chinois par les consommateurs étrangers ».
Par Vinojoy Le 24 août 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Avec « Huangding », Bernard Magrez veut changer la perception du vin chinois
La collaboration de Bernard Magrez avec Legacy Peak, domaine viticole familial dont certaines vignes figurent parmi les plus vieilles de la région de Ningxia, a débuté en 2019. - crédit photo : DR
N

ée d'un projet de collaboration sur trois ans avec le domaine chinois Legacy Peak dans la région de Ningxia, cette nouvelle gamme de vins a été baptisée « Huangding » et se décline en deux cuvées : Huangding 9 et Huangding 5.

Le premier est un mono-cépage cabernet alors que le second est un assemblage de cabernet et de merlot. Le positionnement prix, particulièrement élevé, a été fixé respectivement à 3 800 RMB (566 €) et à 1 800 RMB (266 €) la bouteille.

Contrairement à la plupart des vins chinois, qui ne sont destinés qu'à la consommation locale, ces cuvées seront également exportées grâce au réseau de distribution du groupe français en France et au-delà. « Notre objectif est de conseiller aux consommateurs des vins chinois très qualitatifs appuyés par la signature Bernard Magrez », explique Jean-Clément Casse, directeur commercial Asie auprès de Bernard Magrez, interrogé sur le projet.

« L'objectif initial de ce projet est de faire découvrir aux amateurs de vin situés en dehors de la Chine des vins chinois de qualité exceptionnelle. Ces deux cuvées feront l’objet de campagnes promotionnelles d’envergure en France de manière à valoriser les vins chinois et de faire connaître au monde entier la qualité du terroir de Ningxia », ajoute-t-il.

Voyage en Orient

Le multimillionnaire français emboîte le pas à d’autres entreprises telles que LVMH, DBR Lafite et l'australien Penfolds, toutes impliquées dans l’élaboration de vins chinois destinés à un marché de plus de 50 millions de consommateurs.

Même si les importations de vins en Chine régressent depuis 2019, un phénomène exacerbé par la pandémie, l'intérêt manifesté vis-à-vis des vins élaborés dans le pays progresse, soutenu par la tendance du « Guochao » et la renommée croissante des marques de vin chinoises sur la scène internationale.

Ningxia, la région viticole chinoise la plus connue au niveau mondial, bénéficie d’un soutien important du gouvernement local. A telle enseigne qu’un plan élaboré par le gouvernement central à Pékin prévoit de faire passer sa production à 300 millions de bouteilles d'ici 2025, et à 600 millions d'ici 2030.

Bernard Magrez, l'entrepreneur viticole âgé de 86 ans qui possède 42 établissements vinicoles dans 11 pays, n’a pas attendu le récent boom du vin en Chine pour alimenter ses ambitions dans le domaine du vin.

Dans une vidéo enregistrée à l’occasion du lancement de ses nouvelles cuvées à Shanghai ce mois-ci, il raconte ses premiers pas dans l’élaboration du vin à Qingdao, dans la province orientale du Shandong, il y a plus de 20 ans. À l'époque, Bernard Magrez avait investi dans un vignoble à Qingdao pour y élaborer des vins blancs secs, qui ont été plébiscités par des consommateurs en Europe.

Vingt ans plus tard, il qualifie la collaboration avec Legacy Peak de « nouveau chapitre qui s’ouvre. Le potentiel du marché chinois du vin est indéniable. Les consommateurs chinois sont de plus en plus sensibilisés aux vins de qualité », assure-t-il.

Prémices d’une installation plus durable ?

La collaboration avec Legacy Peak, domaine viticole familial dont certaines vignes figurent parmi les plus vieilles de la région de Ningxia, a débuté en 2019. Au cours des trois années suivantes, l'équipe de Bernard Magrez, y compris son directeur technique, s'est rendue à de multiples reprises à Ningxia pour mettre au point le protocole de vinification et la sélection des fûts avant que ne soit lancé le millésime 2020.

Il est peu probable que cette collaboration en reste là. Le groupe français n'a d’ailleurs pas exclu la possibilité d'installer à terme une cave en Chine. « Nous voulons évidemment aller plus loin en Chine. Au fur et à mesure que les restrictions de voyage entre la Chine et la France s'assouplissent, nous envisageons d’envoyer notre équipe de vinification en Chine dans un avenir proche, pour poursuivre nos projets de développement et consolider le marché », conclut Jean-Clément Casse.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
Gnouf-Gnouf Le 29 août 2022 à 19:23:12
entièrement d'accord avec Albert, les prix demandés sont beaucoup trop élevés.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Albert Le 26 août 2022 à 18:30:09
Monsieur Magrez, aux prix auxquels seront accessibles ces deux vins, nul doute que le consommateur "étranger" que vous espérez toucher, voire séduire, ne pourra se trouver ailleurs que dans le cercle restreint de vos amis millionnaires. Le monde fonctionne vraiment à deux vitesses .. je trouve dommage que vous n'ayez pas conscience de l'indécence de votre ambition.
Signaler ce contenu comme inapproprié
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente / Charente-Maritime / Deux-Sèvres ... - CDI
Côte-d'Or - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé