Accueil / Viticulture / La sécheresse remet déjà en cause les vendanges de nombreux vignerons

Manque d'eau
La sécheresse remet déjà en cause les vendanges de nombreux vignerons

Rares sont les régions épargnées par la sécheresse. Dans le Sud-Est ou en Alsace, la vigne pousse déjà au ralenti. A Bordeaux ou dans le Val de Loire, les vignerons ont anticipé la destruction de leur enherbement pour limiter la concurrence hydrique.
Par Marion Bazireau Le 11 mai 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La sécheresse remet déjà en cause les vendanges de nombreux vignerons
Les sols de plusieurs régions n’ont pas pu se recharger cet hiver. En Provence ou en Alsace, la pousse de la vigne est ralentie. - crédit photo : DR
E

tonnement, le seul vignoble épargné par la sécheresse est le Languedoc. Les 200 à 400 mm de pluie tombée sur les reliefs dans l’Aude et dans l’Hérault depuis janvier ont considérablement amélioré la situation hydrique.

« Les précipitations ont été continues mais pas trop intenses. L’eau a bien pénétré les sols » assure Matthieu Chazalon, ingénieur conseil pour la société de recherche et de développement viticole (SRDV). Le consultat a constaté un débourrement très homogène et une forte sortie de grappes des Pyrénées-Orientales à l’Ouest du Gard, où la floraison approche pour les secteurs et cépages les plus précoces.

« La situation est plus compliquée dans le sud des Côtes-du-Rhône, avec 85 mm depuis le début de l’année autour d’Orange, et à peine 70 mm dans certaines régions de Provence ou de Corse ». L’hiver avait déjà été très sec dans le Sud-Est, privant la vigne de réserves. « Malgré le travail du sol réalisé par les vignerons pour limiter la concurrence hydrique, les rameaux poussent au ralenti. On risque de voir des vignes bonsaï comme l’an passé si la fin du mois n’est pas pluvieuse » alerte Matthieu Chazalon.

Les racines se réinstallent dans le sol mais peinent à trouver des éléments minéraux. « Il faut tenter de décompacter les sols tassés pour favoriser l’accès à l’eau par capillarité ».

Manque d’azote

La disponibilité de l’azote est également réduite. Plusieurs vignerons ont réalisé des pulvérisations foliaires pour faciliter l’induction florale et la croissance des futures baies. « Mais si le feuillage manque, elles resteront petites ».

Le consultant sait également que le manque d’eau aura des conséquences sur le millésime 2023 des vignes non irriguées. « Une mauvaise induction florale va réduire le nombre de grappes et la taille des baies. Cela risque de poser problème dans les parcelles destinées à la production de vin blanc ou rosé » prévient-il.

A Bordeaux, sa consoeur Delphine Preterre compare pour l’heure le millésime à celui de 2017. « Les vignes ont reçu 150 à 200 mm de moins qu’au printemps 2021, mais l’année passée était particulièrement humide ». Les nappes phréatiques ne se remplissent plus depuis février malgré une alternance de périodes chaudes et sèches et de périodes pluvieuses et plus fraîches.

« Mais la végétation pousse encore normalement. Et des orages sont prévus. Le tout est qu’ils ne s’accompagnent pas de grêle ». Le dernier Bulletin de santé du végétal (BSV) témoigne lui aussi d’une pousse toujours « très activée : de +6 cm à +21 cm, et un gain de 2 à 3 feuilles en une semaine ».

Travail du sol compliqué

Delphine Preterre note toutefois que les viticulteurs ont déjà du mal à travailler le sol avec les disques émotteurs. « Ceux qui alternent les passages de disques avec des lames s’en sortent mieux. Beaucoup utilisent aussi le rotofil en intercep ». Pour limiter la concurrence hydrique, certains ont fait le choix de casser leur enherbement un rang sur deux plus tôt. « Ils attendent généralement juin, voire juillet » témoigne la consultante.

En Bourgogne, le rythme de pousse reste le même que les semaines précédentes avec 1 à 2 nouvelles feuilles apparues au cours des 7 derniers jours. Les rédacteurs du BSV anticipent une floraison la semaine prochaine dans les parcelles les plus précoces mais voient aussi, « dans certaines situations, des feuilles présentent une teinte jaunissante », reflétant soit une moindre assimilation d’azote en lien avec la sécheresse soit une conséquence d’une mauvaise mise en réserve fin 2021.

Dans le Val de Loire, où il n’a pas plu depuis un mois, la Chambre d’Agriculture s’inquiète des dégâts qu’elle constate sur céréales. « La vigne devrait atteindre le stade « boutons floraux séparés » en fin de semaine et bien pousser jusqu’à la floraison car elle vit sur ses réserves. Mais s’il ne pleut pas bientôt nous allons avoir des soucis, notamment dans les secteurs du Layon ou du Muscadet aux côteaux particulièrement séchants » pose Guillaume Gastaldi.

Orages à venir

Le conseiller viticole a préconisé un binage dès la fin du risque gel, « avant que les sols ne sèchent trop ». Dans cette région, les vignerons implantent souvent des couverts végétaux sur tous les rangs. « En prévision du manque d’eau, beaucoup sont repassés à un rang sur deux ». Des orages sont prévus pour la fin de semaine. « Reste à voir si tout le monde est bien servi ».

L’Alsace espère également de la pluie en quantité suffisante pour relancer la croissance, pour l’heure très ralentie.

 

Le gouvernement réabonde le guichet d'aides pour des équipements économes en eau

À l’issue d’une réunion avec les agences de l’eau et les organisations professionnelles agricoles, les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture ont décidé ce 9 mai d’abonder de 20 millions d’euros le guichet « Troisième révolution agricole » ouvert en avril dernier. Ce financement fait partie des 100 millions d’euros annoncés en clôture du Varenne de l’eau pour des équipements et matériels innovants destinés à l’«agriculture économe en eau», comme le rappellent nos confrères de La France Agricole.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Mic Le 13 mai 2022 à 08:33:20
Je l'avais prédit, toujours quelque chose, tout les ans, c'est devenu une habitude
Signaler ce contenu comme inapproprié
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Seine-Saint-Denis - CDI
Ardèche / Drôme / Isère ... - CDI
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé