Accueil / Commerce/Gestion / Ce qu’il faut retenir des foires aux vins 2022 en Belgique
Ce qu’il faut retenir des foires aux vins 2022 en Belgique
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Belgique
Ce qu’il faut retenir des foires aux vins 2022 en Belgique

L'évènement commercial du réseau Delhaize débute dans une semaine sur le marché belge. L’occasion pour ses acheteurs de faire le point sur leur stratégie d’achat pour 2022 et au-delà.
Par Sharon Nagel Le 11 février 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Ce qu’il faut retenir des foires aux vins 2022 en Belgique
« Chaque année, l’équivalent de quatorze piscines olympiques remplies de vin sera mis en bouteille à la nouvelle infrastructure vinicole équipée des dernières technologies », se félicite Delhaize sur ses installations à Kobbegem - crédit photo : Delhaize
D

u 17 février au 16 mars, le distributeur belge proposera plus de 200 produits dans le cadre de sa foire aux vins, placée de nouveau sous le thème « Combinez les yeux fermés ». C’est dire à quel point Delhaize entend continuer à promouvoir les alliances mets et vins, mais pas que. En effet, plusieurs thèmes forts ont été retenus cette année, des femmes et le vin au local et transparent en passant par l’innovation. Plus de 80 % des clients en magasin étant des clientes, l’enseigne a décidé en toute logique de mettre en avant, à la fois les vigneronnes, ses acheteuses vins et ses consommatrices. La maison italienne Velenosi dans la région des Marches, fondée et gérée par des femmes, a donc été largement mise en exergue lors de la conférence de présentation virtuelle de la foire aux vins cette semaine. L’exemple est éloquent car Delhaize a créé une marque exclusive – Circum – avec ces productrices italiennes, vendue à plus de 100 000 bouteilles la première année en 2020.

Outre les femmes, l’innovation, notamment en matière de packaging, est devenue un véritable leitmotiv chez Delhaize, et est amenée à prendre encore plus d’ampleur au cours des années à venir. Pour preuve, l’investissement de 25 millions d’euros consacré à une nouvelle usine de mise en bouteille à Kobbegem, qui doit entrer en activité prochainement. D’une capacité de stockage de 2 millions de litres de vins, les nouvelles installations visent à augmenter la cadence de conditionnement de formats comme les bag-in-box, en progression de 15 % en 2021 par rapport à l’année précédente. Mais d’autres formats montent aussi en puissance : en 2021, Delhaize a vendu plus de 500 000 poches d’un litre et demi, ainsi que 120 000 cannettes. Le « local et transparent » dicte aussi la stratégie du distributeur : si les vins bios profitent de cette tendance, les vins belges ne sont pas en reste, avec plus de 70 000 bouteilles vendues en 2021 pour un objectif de plus de 90 000 en 2022. Les « sans » sont également plébiscités : l’enseigne favorise de plus en plus les sans alcool, sans sucres ajoutés et sans sulfites ajoutés, ces derniers représentant désormais 1% des ventes.

Transition des vins blancs de Bourgogne vers des chardonnays argentins

Pour les exportateurs français, deux tendances se dessinent : sur le court terme, pénurie de vins et augmentation des prix obligent, un certain nombre de références se verront détrôner par d’autres origines. « La mauvaise récolte impliquera une transition des vins blancs de Bourgogne vers des chardonnays argentins, par exemple », explique Pieter Jan Cuyvers, responsable filière vins tranquilles et effervescents chez le distributeur. « Nous avions bien anticipé ces pénuries et avons mis en place un plan pour que cela impacte moins nos consommateurs ». A plus long terme, Delhaize compte affiner de plus en plus son offre par secteur géographique. Premier constat : « Près de la moitié des ventes de Delhaize se réalisent dans le nord du pays, où les vins blancs sont privilégiés ». Il en découle que certaines références seront suspendues : « Nous diminuons l’offre France dans le nord pour consacrer plus de mètres linéaires aux vins hors France ». Mais le responsable des achats se défend d’un impact négatif de cette orientation sur la commercialisation des vins français : « Nous avons désormais les résultats de cette stratégie et il s’avère que cela n’a pas d’impact sur les ventes. Bordeaux, par exemple, a moins de métrage en Flandres, mais les vins de Bordeaux ont progressé dans la région ». Même le plan de communication de la FAV est régionalisé.

+32 % des ventes de vins en ligne

Globalement, les vins français se sont taillé une belle place chez Delhaize, plus que chez d’autres distributeurs belges. Les chiffres Nielsen confirment, en effet, que l’enseigne performe mieux en vins rouges français que ses concurrents. Mais à l’avenir, son retard constaté sur les rouges et blancs italiens et espagnols par rapport à la concurrence va influer sur sa politique d’achat. De même, la prédominance des rosés français pourrait s’effriter peu à peu à la faveur des rosés espagnols et sud-africains. Il faut dire que la foire aux vins illustre à quel point le rapport qualité prix de ces deux dernières origines est imbattable, à l’instar d’un verdejo espagnol bio à 3,99 €. Enfin, dernière grande tendance sur laquelle Delhaize compte appuyer sa croissance : les ventes en ligne. « Nous allons continuer à booster nos ventes en ligne », affirment ses acheteurs, pointant une hausse de 32 % de ses ventes dans ce circuit en 2021, à comparer à une hausse globale de 3% de ses ventes de vins en 2021 (+12% en 2020).

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé