Accueil / Viticulture / Faire recycler les ceps de vigne arrachés en pellet et ne plus les brûler à l'arrachée

Service innovant
Faire recycler les ceps de vigne arrachés en pellet et ne plus les brûler à l'arrachée

Une start-up bordelaise développe une offre gratuite de ramassage des bois viticoles pour les transformer en faire des pellets commercialisés par d'autres opérateurs énergétiques. Objectif : « décarboner l'arrachage ».
Par Alexandre Abellan Le 07 décembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Faire recycler les ceps de vigne arrachés en pellet et ne plus les brûler à l'arrachée
Un camion à grappin récupère dans une benne de 40 m3 les ceps (rassemblés et sans fils de fer, avec d’un côté les pieds de vigne et de l’autre les piquets de bois). - crédit photo : Vinea Énergie
«

 Avant, quand on arrachait, on se posait la question de savoir quand et comment l’on avait le droit de brûler les ceps » se souvient Laurent Mauvillain, viticulteur sur 30 hectares de vignes bio à Braud-et-Saint-Louis (Gironde). Une question qu’il ne se pose plus depuis qu’il fait appel à la start-up bordelaise Vinea Énergie, qui lui a déjà ramassé les bois de trois parcelles pour en faire du bois d’énergie. Soit deux biocombustibles : des plaquettes et « des pellets à 100 % de pied de vigne, sans additif et aussi calorifiques que le chêne » indique Romain Guillaument, le cofondateur et président de Vinea Énergie, qui opère actuellement dans les vignobles bordelais et charentais.

« Ça reste dans une idée de recyclage des ceps de vignes au lieu de les brûler pour rien, on leur donne une deuxième vie » indique Laurent Mauvillain, que salue la simplification apportée par l’entreprise : « il suffit de se connecter sur leur site, de récupérer une feuille d’intervention, d’indiquer la position GPS, de préparer le tas de bois (retirer les piquets de bois et de fer), à proximité d’un chemin accessible par un camion » pour que les ceps soient réceptionnés et utilisés comme sources d’énergie. Le tout gratuitement.

Décarboner l’arrachage

« Nous proposons un service simple et gratuit : nous sommes les concurrents de l’allumette » pose avec humour Alice Shaw, la cofondatrice et directrice générale de Vinea Énergie. Conseillant d’anticiper un maximum les rendez-vous pour pouvoir tenir les délais d’intervention, l’ancienne caviste précise qu’un certificat de collecte est remise aux vignerons pour chiffre le tonnage de CO2 non dégagé grâce à ce recyclage (notamment pour les certifications Haute Valeur Environnementale, HVE, et ISO 14 000). « L’enjeu est de décarboner l’arrachage » souligne Alice Shaw, qui chiffre à 80 000 tonnes* les vignes arrachées en Nouvelle Aquitaine et à 120 000 tonnes les quantités de CO2 libérés dans l’atmosphère. Le recyclage réalisé par Vinea Énergie permettrait une réduction de 60 % du CO2 dégagé entre le brûlage et la production de biocombustible (ramassage des pieds de vigne, transformation, livraison, brûlage…).

Depuis novembre 2020, la start-up a réalisé 90 ramassages, pour 3 093 tonnes de ceps récoltés. Une centaine de demandes ont été reçues pour la nouvelle saison dans les vignobles charentais et bordelais. Venant d’ouvrir une usine à Saint-Aubin-de-Blaye, la start-up compte produire dès la fin 2023 des agropellets (qu’on ne peut appeler des granulés de bois, comme la matière est d’origine agricole). Pour l’instant les bois ramassés sont broyés pour produire des plaquettes d’énergie pour chaudières industrielles. D’autres projets sont à l’étude, comme la production de biochar, un charbon pouvant servir d’amendement agricole produit à partir des ceps arrachés (qui fournissent plaquettes d’énergie, résidus de paillage et compost). « Nous sommes dans la phase de dimensionnement du four. Nous attendons les résultats cette fin d’année pour un développement en 2022 » indique Romain Guillaument

Développements

Vinea Énergie se déploie dans le vignoble aquitain via trois plateformes : à Saint-Michel-de-Rieufret (pour les vignobles de Sauternes et d’Entre-deux-Mers), à Saint-Christoly-de-Blaye (côtes de Bourg et de Blaye) et à Saintes (pour le Cognac). Un terrain est actuellement recherché pour se développer dans le Médoc. Des développements dans d’autres bassins viticoles sont actuellement à l’étude. « Le but est de créer un modèle duplicable. Des travaux sont en cours avec des chambres d’agriculture en Val de Loire, Occitanie et Provence » conclut Alice Shaw.

 

* : Avec une hypothèse d’un renouvellement de 3,5 % des surfaces viticoles régionales.

 

Producteur de combustible, la start-up a démontré la faisabilité de son projet avec l’appui de la cave coopérative de Tutiac, dont Laurent Mauvillain est vice-président.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (6)
pat5984 Le 07 février 2022 à 03:45:27
bonjour , ici aussi ont en brulent des hectares . patrick cotes du Rhône
Signaler ce contenu comme inapproprié
pg Le 11 décembre 2021 à 18:47:24
La combustion du bois de souche mélangé à d' autres essences , n' aura jamais le dixième d' impact qu' a le parc automobile français. Quoi qu'il fasse, l' homme aura toujours un impact sur son milieu. Alors , si on peut le minimiser en brulant dans des chaudières nos souches de vigne, ce sera quand même mieux que de les bruler en bout de parcelles. je rappelle qu'il y a obligation de les bruler ( ce qui est fait ) pour des raisons prophylactiques. Il ne s'agit pas de lubies de préfets en manque d' autorité ( il s' en donnent à c?ur joie avec le coronavirus). Dit simplement , pour éviter la propagation de maladies. Donc , pour moins traiter... Petite anecdote. Un de mes confrères souhaitant commercialiser des sarments de vignes bio pour barbecue , les a fait analyser comparativement avec des non-bio. Résultat : teneur en métaux lourds supérieure au maximum toléré pour.... je vous le donne en mille : les sarments bio ! Vive la bouillie bordelaise ! Rassurez vous , il suffit de laisser les sarments dehors pendant tout l' hiver pour que tout rentre dans l' ordre . Pour ce qui est du sol , c' est une autre histoire. Vivement les Vitis vinifera génétiquement résistants... Je garde espoir. les faucheurs d' OGM vieillissent. Ils vont finir par se retrouver en maison de retraite. Avec un peu de chance ils seront atteints d' Alzheimer faute d' avoir consommé du vin à tous les repas. Et là , la recherche française pourra se mettre au travail ( avec 30 ans de retard ) et nous concocter des Merlots , Ugni blancs et autres ... résistants à ces satanées maladies que nous sur-traitons avec tellement de plaisir...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Sergey Le 09 décembre 2021 à 15:33:15
Bonjour les produits systémiques es traitement fut sont nocif, cancérigène, donc se sera toujours une source de pollution avec un profit pour certains
Signaler ce contenu comme inapproprié
pg Le 09 décembre 2021 à 07:53:53
Faire en sorte que toutes nos souches soient valorisées , ne peut qu' être positif. J' ai toujours trouvé absurde de perdre une telle quantité d' énergie. Cependant , encore une fois , nous ne tirons aucun gain financier de nos sous produits . Nos lies dont certaines font des alcools valorisés , nous sont payées au lance-pierre. Les rafles qui ont une richesse agronomique indéniable , nous sont payées trois francs six sous . Même pas de quoi compenser la perte de fertilisation. Et maintenant , les souches.... Par contre , si nous souhaitons récupérer ces fameux "granulés" pour nous chauffer ou alimenter un alambic ( ce qui me trotte dans la tête ), faudra-t-il payer le prix du consommateur lambda ? Je croyais savoir que les granulés issus de la vigne devaient impérativement être mélangés à d'autres essences de bois , en raison des métaux lourds. Soit dit en passant , j' épands au pied de mes rosiers , les écorces des souches qui me chauffent une partie de l' hiver. Je peux vous certifier une chose , cela a un effets extraordinaire sur leur pousse. Ils n' on jamais été aussi beau . A mon avis , c' est justement en raison des métaux lourds , appelés aussi oligoéléments...!
Signaler ce contenu comme inapproprié
sharlo44 Le 08 décembre 2021 à 20:35:52
très bonne idée, en revanche les pieds de vignes arrachés sont les plus vieux, ceux qui ont pris des produits atroces et sales type glyphosate, arsenic,... et vont se retrouver dans les cheminées? je ne parle même pas de la factice décarbonisation associée a la collecte, au traitement, etc...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Pol Le 08 décembre 2021 à 02:20:24
Cette info est bidon car les pellets ne sont fabriqués qu?avec des bois résineux.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé