Accueil / Oenologie / Pas de surprises réglementaires en vue pour les vignerons en bio au 1er janvier 2022

Vinifications bio
Pas de surprises réglementaires en vue pour les vignerons en bio au 1er janvier 2022

Le nouveau règlement européen de vinification bio qui entre en vigueur dans 2 mois ne va pas changer la vie des vignerons, alors qu'ils demandent toujours l'utilisation des enzymes en macération ou la création d'une filière naturelle pour l'acide malique.
Par Marion Bazireau Le 08 novembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Pas de surprises réglementaires en vue pour les vignerons en bio au 1er janvier 2022
Les vignerons demandent encore une utilisation des enzymes en macération et la création d’une filière naturelle pour l’acide malique. - crédit photo : Vitisphere
D

écalée au 1er janvier 2022 par la Commission Européenne, l’entrée en vigueur du règlement européen 2018/848  ne devrait pas chambouler le quotidien des vignerons bio.

Hormis la possibilité de chauffer les moûts à 75°C pour flash-pasteuriser, ils n’auront pas plus de technologies à leur disposition. « Et aucun trilogue Commission, Conseil des Ministres et Parlement ne devrait être réouvert avant plusieurs années » indique Stéphane Becquet, animateur conseil du Syndicat des Vignerons Bio de Nouvelle-Aquitaine.

Seules les annexes risquent d’être modifiées au fil de l’eau. « A la demande des Etats Membres, les experts de la Commission peuvent se prononcer sur l’ajout ou la suppression de produits phytosanitaires ou œnologiques » rappelle Stéphane Becquet. Ce fut le cas en 2014, les experts ayant retoqué la demande de l’Allemagne d’autoriser les phosphonates, pour pallier la baisse des doses de cuivre autorisées.

Des évolutions en oenologie

En œnologie, la réglementation a déjà évolué pour faire passer les autolysats de levures, les levures sèches inactivées, les protéines de pommes de terre, les extraits protéiques levuriens, le chitosane dérivé d'Aspergillus niger et les mannoprotéines de levures.

« Les professionnels demandent encore une extension de l’utilisation des enzymes à la macération en plus de la clarification, et la création d’une filière naturelle pour l’acide malique » ajoute le consultant. Un dossier doit en outre être validé pour faire passer la cellulose microcristalline de la case adjuvant à celle d’intrant.

Les vignerons seront enfin prochainement interrogés sur les produits de nettoyage à soutenir dans le cadre de la mise en place de listes propres aux différentes filières agricoles.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé