Accueil / Politique / Pression diplomatique maintenue pour sécuriser Champagne et Cognac en Russie

Protection des AOC
Pression diplomatique maintenue pour sécuriser Champagne et Cognac en Russie

Gagnant du temps, le quai d'Orsay demande des modifications de la réglementation russe pour préserver l'usage des indications géographiques des vins et spiritueux sur ce marché export.
Par Alexandre Abellan Le 28 octobre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Pression diplomatique maintenue pour sécuriser Champagne et Cognac en Russie
Aperçu de rayons russes de vins effervescents. - crédit photo : Comité Champagne
A

yant remporté une première manche, avec l’obtention d’un moratoire de deux mois sur l’application de la récente loi russe sur les boissons alcoolisées, le quai d’Orsay reste mobilisée pour obtenir la modification définitive de cette réglementation encore peu lisible. Publié ce 26 octobre, un décret russe suspend jusqu’au 31 décembre toutes les mesures de contrôles et de sanction pour non-conformité de la loi russe promulguée ce 2 juillet. Véritable sécurité juridique pour les stocks présents en Russie et les nouvelles expéditions y arrivant, ce moratoire ne suspend que l’application de la loi russe, pas ses principes, qui entreraient en vigueur dès le premier janvier 2022.

L’étiquetage des bouteilles de Champagne interdirait donc l’usage de l’appellation retranscrite en cyrillique aux seuls vins effervescents russes (shampanskoye, soit шампа́нское). « Notre objectif est d’obtenir d’ici décembre des modifications de la loi russe pour régler cette question des champagnes – ou à défaut une extension du moratoire » indique une source diplomatique française. Après des contacts franco-russes nourris, avec le relai de la Commission Européenne, de nouveaux échanges bilatéraux sont attendus en décembre à l’occasion du Conseil Economique Financier, Industriel et Commercial Franco-Russe (CEFIC). Tout l’enjeu étant de bien saisir les impacts de ce texte russe, encore nébuleux.

Коньяк

« L’enchevêtrement des dispositions de lois russes rend compliquée l’interprétation de ce nouveau texte » indique-t-on au quai d’Orsay. Ainsi, les effets de la loi russe sur l’AOC cognac, et sa traduction koniak (Коньяк), sont incertains, pouvant limiter son utilisation aux eaux-de-vie russes d’ici 7 ans, sans que ce ne soit sûr et certain. Nécessaires, des clarifications sont donc attendues de la part des autorités russes ces prochaines semaines.

Pour les représentants champenois, la reconnaissance en Russie de l’indication géographique Champagne reste une priorité. Un objectif partagé par la diplomatie française, mais pas à court terme.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé