Accueil / Commerce/Gestion / La grande distribution adapte ses foires aux vins aux tendances de consommation post-covid
La grande distribution adapte ses foires aux vins aux tendances de consommation post-covid
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Couleurs et profils
La grande distribution adapte ses foires aux vins aux tendances de consommation post-covid

La poussée des vins blancs et le repli des rouges se confirment pour les ventes en grandes surfaces, qui en tiennent compte dans leurs catalogues d’automne.
Par Alexandre Abellan Le 14 septembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La grande distribution adapte ses foires aux vins aux tendances de consommation post-covid
La perte des ventes de vins rouges ne se retrouvent pas sur la consommation de vins rouges d’après les panels d’acheteurs. - crédit photo : Alexandre Abellan (archives 2020)
D

éjà lancées dans quelques enseignes (Aldi, Auchan, Biocoop, Casino, Lidl, Netto…), les foires aux vins d’automne s’adaptent au monde d’après. « Notre parti-pris pour cette foire aux vins 2021 est de prendre en compte les résultats de la foire aux vins 2021 et les évolutions de la consommation actuelle du marché du vin » résume Stéphane Friez, adhérent Intermarché (dont la foire aux vins se déroulent du 7 au 26 septembre) et responsable de la Filière Vins (sur 1 800 magasins, dont 1 600 en foire aux vins). « Le covid a généré beaucoup de modifications dans la consommation de vin, ça nous a obligé à prendre de nouvelles orientations ou accentuer celles prises en 2020, de suivre la tendance de marché vers plus de buvabilité : les clients ne stockent plus de vin » explique Stéphane Friez.

Augmentant le nombre de références (687 étiquettes, +30 % par rapport à l’an passé), l’enseigne restructure surtout son offre en suivant le goût des consommateurs. Les blancs augmentent (+3 points, à 24 % de l’offre), les rosés aussi (+1 point à 5 %), tandis que les rouges diminuent (-4 points, à 72 %). En termes d’origines, alors qu’augment les AOP Bourgogne (+1 point à 10 % de la sélection), les AOP du Languedoc (+2 points à 8 %) et les IGP du Languedoc (+1 point à 3 %) pour répondre à « la demande de vins de copains », les références diminuent pour les Bordeaux (-3 points à 38 % de l’offre) et les vins du Rhône (-1 point à 10 %).

Tendance en fonds de rayon

Cette tendance se retrouve dans les panels IRI : du 20 juillet 2020 au 17 juillet 2021, les ventes de vins tranquilles ont baissé de 2 % en volume et augmenté de 1 % en valeur (à 9,73 millions d’hectolitres pour 4,7 milliards €). Sur l’année glissante, les rouges enregistrent une chute de -5 %, tandis que les blancs sont en hausse de 4 %. Accusée, la météo maussade de l’été expliquerait le baisse de 3 % des ventes de rosés.

« La poussée de l’an dernier se confirme pour les blancs, avec le succès des vins de Bourgogne (+10 %) et d’Alsace (+7 %) » analyse Éric Marzec, le directeur d’unité vins de l’agence IRI, pour qui « il y toujours un effondrement des rouges, ce qui n’est pas nouveau, mais qui se confirme. On voit deux types de vins : les rouges charpentés type AOC Bordeaux (-5 %), Bergerac (-13 %) et Côtes du Rhône (-6 %) qui chutent. Quand des vins plus gouleyants et faciles à boire cartonnent, comme les vignobles de Beaujolais (+6 %) et de Loire (+3 %). » A noter que les volumes perdus en rouges ne se retrouvent pas en blanc, la tendance de la déconsommation de vin se poursuivant (au profit en partie des bières, qui ont également connu un été difficile).

Tensions sur les prix

Si le prix moyen des vins tranquilles augmente de 3 % sur l’année glissante (pour atteindre 4,84 €/litre), cette valorisation est à prendre avec des pincettes. « Cela ne veut pas dire que ça va durer » prévient Éric Marzec,, qui valide la pertinence de la stratégie « d’anticiper les tensions sur les prix ». Pour Intermarché, la gamme des vins à 5-12 € représente 70 % de l’offre en foire aux vins (+7 points en un an). « Notre parti-pris est de baisser les prix : -23 %, à 10,62 € sur prix publicisé, contre 13,98 € l’an passé » rapporte Stéphane Friez, qui indique qu’en 2020 la précédente foire aux vins enregistrait des baisses de 3 % en valeur, mais une hausse de 2 % en volume. « Il y a une baisse du pouvoir d’achat avec la crise covid, et une tendance à demander des vins plus accessibles (IGP, AOP Languedoc…) » note l’adhérents des Mousquetaires, pour qui 2021 sera de toute façon une année de bascule après le gel historique : « les conditions climatiques auront un impact sur les volumes et la typicité des vins. Il y a aura un avant et un après, comme pour le covid » conclut Stéphane Friez.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé