Accueil / Gens du vin / "Les vins rosés ont une carte à jouer sur des profils plus structurés et colorés"

Guillaume Demoulin
"Les vins rosés ont une carte à jouer sur des profils plus structurés et colorés"

Le président de la nouvelle association internationale des "Rosés de Terroirs" fait le point sur ce nouvel outil de promotion des vins rosés se positionnant sur la consommation gastronomique.
Par Alexandre Abellan Le 01 avril 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
A la tête du château Trinquevedel (32 ha en AOC Tavel), Guillaume Demoulin est également le co-président de la section Tavel de l’interprofession des vins du Rhône (Inter Rhône). - crédit photo : Château Trinquevedel
Q
uelle est la genèse de l’association "Rosés de Terroirs" ?

Guillaume Demoulin : Il y a deux ans, l’AOC Tavel réfléchissait sur une façon de mieux communiquer. Avec l’aide de Jérémy Arnaud, et son cabinet Terroir Manager, nous avons déterminé que nous étions sur le créneau des rosés de terroir et de gastronomie. Il nous a conseillé de nous réunir avec d’autres vignerons pour avoir plus de force et d’impact. Nous avons contacté des vignerons de Bandol, Faugères, des Rosés des Riceys… Notre association marche par cooptation de cuvées, ce n’est pas une réunion d’appellations. Note assemblée générale constitutive du 19 mars a sélectionné 29 cuvées. Elles doivent être millésimées depuis plus d’un an (au moins, un 2016 en Côtes de Toul a été sélectionné).

 

Quel objectif se fixe l’association alors que la tendance actuelle des vins rosés fait primer la couleur et la fraîcheur des cuvées ?

Ces dix à vingt dernières années, la norme des rosés est allée aux typicités de la Provence pour les consommateurs. Cela ne nous dérange pas, mais notre association est là pour faire entendre notre proposition de vins de terroirs. Il n’y a pas que des vins clairs à boire [en apéritif] dans l’année, il y a peut y avoir des rosés plus structurés et pouvant être consommés sur des repas.

 

En AOP, les vins rouges de terroirs semblent actuellement en crise, le développement de rosés de terroir pourraient-ils être une piste de diversification ?

Les consommateurs se lassent des vins rouges trop tanniques et structurés. On voit aujourd’hui le succès des vins du Beaujolais, qui ont le vent en poupe. Les vins rosés ont une carte à jouer sur des profils plus structurés et colorés. On ne se base pas que sur la couleur, ce n’est pas un critère de choix. Notre idée est celle de rosés qui ont une belle culinarité. Nous ne sommes pas bornés et espérons prochainement sélectionner des clairets de Bordeaux et des rosés de Loire… Nous sommes ouverts à toutes les propositions.


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé