Accueil / Commerce/Gestion / La cave coopérative de Saint-Émilion recycle le papier support de ses étiquettes

Glassine
La cave coopérative de Saint-Émilion recycle le papier support de ses étiquettes

En ce début d'année 2021, l'Union des Producteurs de Saint-Emilion annonce recycler le papier siliconé appelé « glassine » que l'on retrouve au dos des étiquettes de ces bouteilles.
Par Laurie Andrès Le 01 février 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La cave coopérative de Saint-Émilion recycle le papier support de ses étiquettes
- crédit photo : UDPSE
P

lus vertes les étiquettes ! Si la tendance gonfle, elle doit néanmoins reposer sur des actes concrets parfois invisibles pour le consommateur.

C’est le cas de la glassine, papier siliconé, largement utilisé en support pour les étiquettes de bouteilles de vins mais aussi dans les secteurs de l’agro-alimentaire, de la santé et du colisage.

Autant dire des tonnes de glassines qui finissent brulées, ou pire, enfouies.

Jusque-là, peu se sont vraiment souciés du devenir de la glassine, selon Avery Dennison, fabriquant de matières adhésives et leader mondial du secteur, l’estimation du gisement de glassine s’élève à 43 000 tonnes rien qu’en France (chiffres 2019).

Un constat environnemental alarmant dont s’est saisi l’Union des Producteurs de Saint-Émilion (UDPSE), en s’appuyant sur l’expertise de Cycle4Green (C4G) pour leur donner une seconde vie.

Un défi de taille tant au niveau de la collecte que de son recyclage car le silicone que contient la glassine est littéralement une plaie à extraire, sans compter sa « contamination » qui complique les opérations de recyclage.

S’inscrire dans un modèle de production durable et qualitatif

Ce procédé d’extraction du silicone requiert une technicité dont C4G, entreprise autrichienne, s’est fait une spécialité, et qui a le mérite par rapport à ses concurrents d’être doublement vertueux puisque le papier d’étiquettes recyclé redevient..du papier d’étiquettes.

Pour la cave coopérative, c’est une avancée majeure qui permet d’afficher des résultats encourageants : « Grâce à C4G, nous avons recyclé 5,4 tonnes de glassine soit l’équivalent en CO2 de près de 65 400 kilomètres en voiture diesel que nous ne rejetterons pas en 2020 » indique le communiqué. Un point  de plus vers la neutralité du bilan carbone et qui s’accompagne pour l’UDPSE de mesures environnementales fortes prises en amont : diminution des intrants, désherbage mécanique, protection de la biodiversité, viticulture responsable… et qui viennent naturellement s’associer à une volonté de montée en gamme de la part de la coopérative.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé