LE FIL

Consommation

Les vins AOC repartent (enfin) à la hausse en grande distribution

Vendredi 18 septembre 2020 par Alexandre Abellan

Si la croissance revient sur quasiment toutes les catégories, les tendances du confinement se confirment pour les BIB, les rosés, les IGP, les ventes en ligne…
Si la croissance revient sur quasiment toutes les catégories, les tendances du confinement se confirment pour les BIB, les rosés, les IGP, les ventes en ligne… - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Retour en infographies sur les dernières tendances commerciales en grandes surfaces, qui donnent le ton des opportunités et des risques pour les prochaines foires aux vins d’automne.

Rebond généralisé des ventes de vins tranquilles

Du 27 avril au 21 juin 2020, les ventes de vins tranquilles dans la grande distribution affichent une croissance de 9 % par rapport à la même période l’an dernier. Après un confinement en demi-teinte, le rebond est aussi fort que généralisé. « Comme tous les produits de grande consommation, les vins en profitent en grande distribution des difficultés du canal hors domicile (CHD) » note Eric Marzec, le directeur d’unité vins de l’agence IRI. Qui note que ce que la filière vin perd en restauration n’est pas totalement regagné en linéaires.

Parmi les tendances du confinement qui se maintiennent, on note un maintien de la croissance dans les enseignes de proximité (+17 %) et pour le e-commerce (+107 %). « Il y a en partie un retour à la normale, mais le drive continue de bien se porter. Les hypermarchés ne sont plus négatifs en valeur (+9 %), mais ils ne sont toujours pas revenus au niveau d’avant crise » rapporte Eric Marzec, qui souligne des parts de marché des hypers désormais à 35 % (contre 40 % avant la crise du coronavirus). Cette tendance pourrait avoir un impact sur les foires aux vins d’automne, qui sont très théâtralisés en hypermarchés, et seraient moins visibles si les consommateurs s’y déplacent moins.

 

 

Les AOP renouent avec la croissance

S’il y a toujours une prime aux Marques De Distributeurs (+9 % pour les MDD), aux cubis (+15 %) et les vins rosés (+12 %), on note surtout la fin de la chute des ventes pour les vins rouges (+2 %) et la nette croissance des AOC (+7 %). « C’est une bonne nouvelle, les AOP repartent à la hausse sur les deux mois de mai et juin. Ça faisait longtemps ! » reconnaît Eric Marzec. Après des décroissances sur les deux dernières années, le segment des vins d’appellation rebondit, ce qui « tire le marché vers le haut. A la veille des foires aux vins, c’est une bonne nouvelle que les offres plus valorisées se portent bien » note l’expert.

 

 


 

 

Le Rhône conforte son leadership

Sur le premier semestre 2020, l’appellation Côtes du Rhône reste en tête des ventes d’AOP (avec 10,1 % des parts de marché en volumes), devant Bordeaux (9,9 %). Si ces appellations enregistrent des baisses de leurs ventes, « les IGP confirment qu’elles ont le vent en poupe. Leur positionnement qualité/prix répond à une demande. A un créneau qui n’est pas pris par les AOP » souligne Eric Marzec.

 

 

 

Seules les bulles étrangères pétillent

Du 25 mai au 19 juillet derniers, tous les vins effervescents restent orientés à la baisse. A l’exception des vins étrangers. « Les champagnes ont beaucoup souffert pendant le confinement (Pâques étant un moment important). Si les mois de mai, juin et juillet redeviennent positifs, la période est creuse, marché se fait novembre décembre » analyse Eric Marzec. Ajoutant que « le Prosecco a limité les dégâts pendant le confinement, grâce à la force commerciale importante à l’échelle nationale ses principales marques. Ce qui fait du bruit local et se voit dans les chiffres. »


RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé