LE FIL

Bordeaux

Jean-Marie Garde conserve la présidence de la Fédération des Grands Vins

Mercredi 09 septembre 2020 par Alexandre Abellan

La FGVB réunit vingt-quatre Organismes de Défense et de Gestion, réunissant les 60 AOC de Bordeaux.
La FGVB réunit vingt-quatre Organismes de Défense et de Gestion, réunissant les 60 AOC de Bordeaux. - crédit photo : FGVB (archives 2019)
L’intérim se pérennise, le vigneron de Pomerol étant élu pour un an supplémentaire à la tête des 60 AOC du vignoble bordelais, en pleine tempête commerciale.

« Mes collègues ont souhaité que je prolonge [mon mandat] » rapporte Jean-Marie Garde, réélu pour un an à la présidence de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux (FGVB), par son dernier conseil d’administration. Ayant pris ses fonctions à la suite de la démission d’Hervé Grandeau fin octobre 2019, Jean-Marie Garde devait assurer une présidence de transition, jusqu’en juillet 2020. La crise structurelle des vins de Bordeaux et les incertitudes conjoncturelles liées à la pandémie de coronavirus changent la donne.

Alors que la distillation de crise aura été très sollicitée à Bordeaux, « nous sommes au milieu du gué » explique Jean-Marie Garde, qui ajoute ne pas savoir « si dans un an nous serons sortis de la crise de la pandémie, mais j’espère que nous aurons remis à plat l’ensemble des problématiques. Nous avons déjà tout mis à plat à la FGVB et au CIVB (Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux), il faut voir comment tout ça va se mettre en place. »

Baisse des rendements

Ressentant un frémissement commercial, Jean-Marie Garde se félicite de l’approche de vendanges qualitatives : « le millésime 2020 s’annonce bon, c’est important pour en faciliter la commercialisation ». Si les vignerons bordelais ont dû se mobiliser contre une pression mildiou historique, le président de la FGVB salue actuellement leurs efforts pour baisser leurs rendements. Le dernier comité national des vins d’appellations d’origine de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) a ainsi validé des conditions de production en repli pour la récolte des appellations Bordeaux, Côtes et Médoc.

Diminués de 10 %, les rendements des AOC Bordeaux rouge et Bordeaux supérieurs sont également impactés à hauteur de 10 % par une réserve interprofessionnelle (cliquer ici pour en savoir plus). Les Côtes de Bordeaux réduisent leurs volumes de 4 % en un an, de 54 hl/ha en 2019 à 52 hl/ha en 2020 (pour l’appellation régionale, mais aussi Blaye, Bourg, Cadillac, Castillon, Francs et Sainte-Foy). En chute de 15 %, le potentiel de production des AOC Médoc et Haut-Médoc passe de 55 à 47 hl/ha en un an. A noter que le rendement du Bordeaux blanc sec se réduit également de 65 à 60 hl/ha en un an (-8 %).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Dominique Le 11 septembre 2020 à 16:50:40
Cher Semillon40, l'incapacité d'un organisme vivant à renouveler ses cellules scelle son sort. C'est une loi du vivant. Oui le vivant, ça vous dit quelque chose ? Par ailleurs, je n'ai pas parlé de parité puisqu'elle n'existe pas sur le terrain. J'ai évoqué l'idée ( saugrenue ? ) de faire de la place pour les femmes. Faites deux minutes un exercice intellectuel. Regardez nos journaux professionnels, et tout particulièrement les photos. Ce ne sont qu'alignement de vieux mâles blancs en costume-cravatte règlementaire. Ça fait plus cérémonie commémorative à la sous-préfecture que dégustation sympa entre amies et amis. Quelle image cela véhicule-t-il vers les amateurs de vins? Cela renvoie à la pyramide des âges de Bordeaux, légèrement bombée sur le haut. Mais aussi à la captation de tous les postes par une génération de responsables, tous plus indispensables les uns que les autres, qui se cooptent sans fin les uns les autres. Quand l'Union Girondine, journal de la FGVB, titre un édito "Réinventer Bordeaux" avec Jean-Marie Garde en photo, ça prête à sourire. Avec toute la sympathie et le respect que je lui porte, il n'en reste pas moins qu'il est président de son appellation depuis des décennies, mais aussi Secrétaire du CIVB et de la FGVB de mémoire d'homme. C'est donc bien significatif d'un problème structurel. Le non-renouvellement c'est le signal que le corps ne vit plus.
Semillon40 Le 10 septembre 2020 à 17:25:04
"Il y a une incapacité à renouveler les hommes. Je ne parle même pas de féminiser tout ça, ça serait quasiment une faute de goût dans ce milieu" Y avait-il d'autres candidats en face ? Le renouvellement c'est bien, mais faut-il encore qu'il y ai des personnes qui veulent cette place. Quand à la question des femmes dans la profession, c'est également un faux problème. Cette histoire de parité ne tient pas la route, je pense qu'il faut mettre une personne au pouvoir pour ses compétences et non pas pour respecter un ratio d'équilibre. Donc si une femme bordelaise souhaite s'investir, je pense qu'elle ne sera nullement freinée, il faut seulement qu'elle en ai l'envie.
Dominique Le 10 septembre 2020 à 08:54:51
" Mes collègues ont souhaité que prolonge mon mandat" : on a connu des présidents prenant leurs fonctions avec plus d'enthousiasme, plus d'envie. On croirait que, aucun accord ne s'étant fait jour autour d'un nouveau nom, et l'heure tournant, la FGVB a reconduit la situation pour pouvoir clôturer l'AG à l'heure. On garde un candidat de consensus, c'est à dire qui ne gêne aucun clan. On vient de connaître la même situation dans l'appellation Bordeaux. Le président Marc Médeville étant impliqué dans une affaire où il reconnaît de toute façon des torts, il y a eu la volonté de le remplacer. Au final, pas de candidat et il est reconduit. On était au départ sur une logique du "Pas vu, pas pris". Maintenant, même "pris", on reste en place à l'image de Philippe Casteja impliqué dans de multiples affaires, mais toujours au bureau du CIVB. Il y a une incapacité à renouveler les hommes. Je ne parle même pas de féminiser tout ça, ça serait quasiment une faute de goût dans ce milieu. Il y a une incapacité à regarder la situation en face, et a fortiori à changer d'orientations stratégiques. A-t-on fait un électro-encéphalogramme de la filière viticole bordelaise ?
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé