LE FIL

Machine à vendanger

Grégoire lance la machine à vendanger compacte GL6 à 200 000 €

Lundi 07 septembre 2020 par Vincent Gobert

La nouvelle machine à vendanger Grégoire GL6.4 remplace la G7200 sur le segment des compactes d'entrée de gamme
La nouvelle machine à vendanger Grégoire GL6.4 remplace la G7200 sur le segment des compactes d'entrée de gamme - crédit photo : Vincent Gobert
Le constructeur charentais comble le vide laissé par l’arrêt de la production de la G7200. Il lance ce 4 septembre la commercialisation de la « GL6.4 ».

Le moment est tout trouvé : après deux ans d’essais, et en ce lendemain de St Grégoire, le spécialiste charentais de la machine à vendanger lance à Sainte-Cécile-les-Vignes, dans les Côtes du Rhône, la commercialisation de la GL6.4. Cette machine compacte complète la série GL par l’entrée de gamme. Elle comble aussi le vide laissé depuis deux ans par l’arrêt de production de la G7200, dû au changement sur les normes antipollution des moteurs.

« Ces machines correspondront aux besoins de petites Cuma et de viticulteurs exploitant entre 50 et 120 hectares, notamment en zones méditerranéennes, cherchant de l’indépendance sur la vendange avec une machine automotrice » décrit Mathieu Tabardel, chef produit. « La GL6.4 est conçue pour évoluer dans les vignobles à partir d’1,5 mètre de largeur de plantation. Elle est compacte avec 4,82 m de longueur hors-tout, et le rayon de braquage n’est que de 3,7 m » garantit-il.

Moteur Deutz 4 cylindres de 143 chevaux

Comme il se doit, la GL6.4 répond aux exigences de la norme antipollution sur les gaz d’échappement Stage V. Le bloc moteur reçoit pour cela tout un attirail supplémentaire : Vanne EGR, système « Eat » qui mêle filtre à particule et catalyseur, et réduction catalytique sélective SCR demandant l’adjonction d’Adblue. Pour le reste, le constructeur reste fidèle à Deutz avec un 4 cylindres de 3,6 litres développant 143 chevaux. C’est 20 ch de plus que la G7200. « La capacité de franchissement est supérieure, affirme Mathieu Tabardel. Par ailleurs, le mode éco incite la machine à toujours chercher le régime moteur le plus bas pour la puissance nécessaire aux vitesses d’avancement, de tapis, de fréquence de secours demandées. La MAV tombe vite à 1 600 voire 1 500 tours/minutes. Ça fait baisser la consommation ainsi que bruit. »

On retrouve justement la cabine centrale de la gamme GL. Elle reçoit de base l’écran iMonitor de 8,4 pouces et le joystick rétroéclairé, ainsi que l’écran de caméra. La visibilité est améliorée par la suppression du palonnier, remplacé par un vérin double tige. Une aide au recentrage est prévue par la présence à l’avant de tateurs qui, lorsqu’ils sont actionnés, font allumer des LED en cabine. Désormais l’échelle d’accès est électrique et inclinée. Elle se replie dès que la machine est en mouvement. L’écran en cabine s’allume dès que l’échelle s’ouvre : le temps, c’est précieux !

 

Une tête bien pensée

La tête de récolte est pendulaire et suspendue sur silent blocs. Cela doit procurer moins de vibrations pour la récolte et pour le chauffeur. Sa largeur est de 65 cm, « la plus large du marché » se félicite-t-on chez Grégoire : cela doit faciliter la conduite. La largeur des tapis convoyeurs est de 32 cm. La longueur d’étanchéité atteint elle 2,4 m contre 2 m précédemment. « Avec cette conception, on va pouvoir avancer plus vite et faire du rendement. Un client est arrivé à faire jusqu’ à 200 hl/ha rapporte, enthousiaste, Christophe Baron, responsable de la communication, mais en ralentissant quand même la machine ! »

Pour rigidifier le train d’écailles, Grégoire les monte sur boudins d’air pneumatiques dont la pression se règle de 0 à 2 bars. Côté nettoyage, deux aspirateurs inférieurs sont installés de série à l’arrière du convoyeur. Le volume des bennes est de 18 hectolitres chacune. Il est de 13 hl chacune pour les petits inter-rangs d’1,5 m. La MAV sera alors sur une monte étroite.

Options de confort

Si Grégoire souhaite offrir une machine efficace, avec un prix tarif inférieur à 200 000 €, elle ne reste pas moins une entrée de gamme. Ce sont donc les équipements dits « de confort » que l’on retrouve plutôt en options. Il s’agit par exemple de la commande déportée et de la colonne d’eau pour le lavage, le graissage centralisé et automatique, l’écran iMonitor de taille 12 pouces, la vision par caméra à 360 degrés, le GPS Neotrack ou encore la pesée Neomass.

La gestion de dévers automatique, le relevage, c’est-à-dire la gestion de la hauteur, automatique, la cabine de catégorie 4, le tri EasyClean et deux aspirateurs de nettoyage supérieurs au niveau de la chute de raisin dans la benne sont aussi en option.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé