LE FIL

Champagne

« Expérimentons ! La Champagne a existé avant l’INAO »

Jeudi 02 juillet 2020 par Aude Lutun

Vincent Malherbe, directeur Vignoble et Approvisionnements de Moët & Chandon : 'J’aimerais tester des cépages résistants italiens'.
Vincent Malherbe, directeur Vignoble et Approvisionnements de Moët & Chandon : 'J’aimerais tester des cépages résistants italiens'. - crédit photo : DR
Vincent Malherbe, directeur Vignoble et Approvisionnements de Moët & Chandon, exhorte la Champagne à expérimenter de nouvelles techniques sur 2 à 3 % du vignoble.

Dans votre revue Partenaires, destinée aux vignerons qui travaillent avec Moët & Chandon, vous invitez la Champagne à expérimenter son futur. Sur quels axes ?

La Champagne va devoir travailler sur trois points essentiels qui sont l’adaptation au changement climatique, les enjeux environnementaux et les coûts de production au vignoble. Le temps s’accélère, notre écosystème évolue plus vite qu’avant. Il faut aller vite !

Que proposez-vous ?

Je propose que chaque viticulteur et chaque négociant qui a des vignes puisse tester de nouvelles techniques sur 2 à 3 % de son vignoble. Sa déclaration de récolte serait la même, mais ces raisins ne seraient pas inclus dans l’AOC Champagne. Pour y parvenir il faudrait que le cahier des charges de notre AOC autorise d’expérimenter sur une surface donnée, identifiée, et en précisant la nature de l’expérimentation. L’idée n’est pas de faire n’importe quoi, mais de faire avancer notre viticulture. Je souhaite la mise en place d’un espace de liberté surveillé par l’interprofession.

La Champagne prend du retard ?

Oui, sous couvert de respect des traditions, on est dans l’immobilisme. Regardez le dossier des vignes semi-larges (VSL). Cela fait vingt ans qu’on cultive des VSL sur plusieurs sites, en relation avec l’interprofession. Les vins issus de ces vignes ne présentent pas de différence gustative. Ce mode de conduite nous permettrait de diminuer significativement nos coûts de production. Pourquoi n’autorise-t-on pas les VSL à ceux qui le souhaitent ? C’est du ressort du syndicat général des vignerons d’avancer sur ce dossier. Le problème, c’est qu’il y a une minorité qui parle fort et qui a le pouvoir. Il ne faut pas attendre d’avoir 100 % de personnes d’accord pour avancer !

Quels sont les principaux freins au changement ?

Pour faire des expérimentations, nous sommes soumis à des autorisations de multiples administrations. Et il y en a toujours une qui refusera l’essai. Il faut faire sauter les verrous. Et aller vite car les italiens, les Suisses ou encore les Allemands sont dynamiques et créatifs. La réforme de l’Inao en 2007 a figé le vignoble. Mais la Champagne, comme d’autres vignobles, existait avant l’Inao ! Libérons les énergies du terrain !

Quels essais aimeriez-vous mener ?

J’aimerais tester des cépages résistants italiens. Nous avons besoin d’expérimenter sur le matériel végétal. On pourrait aussi tester des cépages blancs méridionaux qui ont des maturations plus lentes. En vingt ans, nous avons avancé notre date de vendanges de trois semaines et gagné 1,5 ° de maturité. C’est plutôt mieux pour la qualité mais on va atteindre rapidement notre point de rupture. Il faut rapidement avancer sur ce dossier. Nous allons prochainement inaugurer à Oiry un centre de R&D qui portera sur l’adaptation au changement climatique et sur les attentes des consommateurs. Cela sera un centre de recherche mondial, qui centralisera les expériences réalisées ou observées par le groupe MHCS (Moët Hennessy Champagne et Services) dans les différents pays où nous sommes présents (France, USA, Brésil, Inde, etc).

Et la machine à vendanger ?

Nous sommes évidemment pour des essais de vendange mécanique. Cela ne doit pas être un sujet tabou. Je ne suis pas sûr que nous puissions longtemps assumer des vendanges qui coûtent entre 0.50 et 0,80 €/kg ! La Bourgogne, le Bordelais et la plupart des autres vignobles ont recours à la machine. Pourquoi pas la Champagne ? Rien n’est immuable. Il y a 150 ans, le chardonnay n’existait pas en Champagne. Maintenant, c’est le cépage roi !

Vous semblez critique sur le travail du sol…

Oui, le travail du sol est coûteux, engendre de la pénibilité et détériore le bilan Carbone. Mais je prône le zéro herbicide, qui sera la règle en 2021 sur les 1200 ha cultivés par Moët & Chandon. Nous avons passé beaucoup de temps à travailler sur des outils de travail du sol. Et maintenant, nous allons passer beaucoup de temps à nous en passer ! Nous travaillons depuis deux ans sur l’implantation de couverts végétaux.

 

 

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
MG Le 07 juillet 2020 à 14:32:14
Petit rectificatif : Vincent Malherbe, directeur Vignoble et Approvisionnements de Moët & Chandon, exhorte la Champagne à expérimenter de nouvelles techniques sur 2 à 3 % "de leur" vignoble. Oui car les expérimentation sont tellement compliqué a mettre en oeuvre que cela se feras chez Moët et un petit peu sur le domaine du CIVC.
craoux Le 07 juillet 2020 à 10:54:11
Certes les défis qu'imposent le réchauffement climatique suggèrent la nécessité voire l'urgence à travailler sur la question des cépages "résistants". Et donc, une évolution variétale pourrait toucher rapidement les CDC des productions à IG. Dès lors, ne pourrait-on pas aussi s'interroger sur le sens de continuer à laisser les producteurs se revendiquer de la philosophie initiale, historique, qui a prévalu à la création de nos AOC ? .. Avec l'introduction de nouveaux cépages, je trouverais plus logique voire carrément plus honnête que la (possibilité réglementaire de) se référer à nos "anciennes" AOC en tant qu'AOP soit remise en question. Autrement dit, qu'à terme, un produit serait étiqueté strictement en tant qu'AOP (ou IGP) : exit l'indication équivalente de la mention " Appellation d'Origine Contrôlée " ou " Vin de Pays X ". Le panel des cépages peut évoluer, mais il faut clarifier cette nouvelle donne > elle concernera les CDC de produits à IG, revendiqués et étiquetés en tant que tels.
Loic BRETON Le 06 juillet 2020 à 11:45:49
En tant que directeur de VCR France nous sommes prêts à expérimenter les plants résistants Italiens en Champagne . En effet VCR a inscrit au catalogue Italien et Européen les dernières obtentions variétés résistantes ayant le parent Pinot Noir. Egalement nous allons inscrire l' année prochaine la variété résistante ayant comme parent le Glera ( cépage élaborant le prosseco). Le défi environnemental est notre prochain challenge, la France ne doit pas passer à coté.
Vigneronderions Le 03 juillet 2020 à 17:53:18
Vous avez raison, ça fait plus de 10 ans que je demande 10 ou 15 % de liberté dans les cahiers des charges pour innover, inventer, tester.... La seule réponse c'est: faite le en vin de table. Le jour ou je vais le faire ne vin de table les AOC serons morte, car Darwin nous a expliqué que ceux qui n'évoluent pas disparaîssent. Oui, nous prendrons des gamelles, et alors c'est comme ça qu'on progresse. Et il n'y a que l'INAO d'aujourd'hui qui croit que depuis qu'ils existent rien n'a bougé. C'est complètement faux, il suffit de regarder froidement les faits.
sylvain Le 03 juillet 2020 à 08:41:01
Pourquoi ne pas associer innovation technique sur les cépages, les vendanges, les profils et les modes de conduite avec un élargissement de la zone de production vers des territoires historiques ?
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé