Accueil / Commerce/Gestion / Le premier salon Hopwine en ligne avec ses objectifs

Rencontre offre/demande
Le premier salon Hopwine en ligne avec ses objectifs

Proposant une alternative aux annulations de salons suite à l'épidémie de coronavirus, l'évènement numérique a rassemblé 150 stands et 3 800 visiteurs.
Par Alexandre Abellan Le 26 mai 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le premier salon Hopwine en ligne avec ses objectifs
100 % online, le premier salon Hopwine reste accessible sur son site (seules les commandes d'échantillons ne sont plus disonibles). - crédit photo : Hopwine
D

u 18 au 25 mai, le premier salon Hopwine s’est tenu en ligne, rompant avec la tradition des évènements commerciaux de la filière vin. Pas de parc des expositions, mais un site internet dédié. Pas de file d’attente pour s’enregistrer à l’entrée, mais une inscription en ligne rapide. Pas de déambulations dans des halls, mais un moteur de recherche sur les offres et attentes des exposants. Pas de torpeur et de démontage en douce des stands à quelques heures de la fin du salon, mais la montée en pression pour l’organisateur avec la préparation d’échantillons en petits formats à envoyer aux visiteurs intéressés.

En une semaine, cette nouvelle façon d’organiser un salon professionnel a réuni en ligne 150 stands (dont 123 français et 23 italiens) pour 3 864 visiteurs de 80 nationalités (à 60 % étrangers) ayant commandé 3 864 coffrets dégustations (composé d’échantillons en petites bouteilles de 2 cL, les Vinottes). « Sans bug, cette semaine de salon a été calme. Maintenant commence le travail logistique du prélèvement des échantillons, du reconditionnement en Vinottes par Vinovae et les expéditions » rapporte Mathieu Lojkiewiez, le gérant de l’agence de communication Tyméo, qui co-fonde le salon virtuel HopWine (avec la start-up Vinovae). Réservé aux professionnels, le salon a écrémé 20 % de ses demandes d’inscription pour garantir un cadre d’affaires.

Semi-virtuel

« Bravo aux organisateurs, c’est une très bonne idée de jouer la carte du virtuel, ou semi-virtuel comme il y a l’envoi de mignonettes, comme tous les salons internationaux sont annulés (London Wine Fair, Prowein…) » souligne Carine Rezé, du vignoble de la Jarnoterie (26 hectares en AOC Saint-Nicolas-de-Bourgueil). Séduite par le tarif attractif du salon Hopwine (290 euros de frais d’inscription et une facture au coffret d’échantillons envoyés), la vigneronne ligérienne attend d’avoir le bilan des commandes de son stand pour faire un bilan. En l’état, le salon Hopwine « ne sera pas forcément la solution quand tout reprendra, mais dans la situation où l’on est, il faut tester de nouvelles façons [de rencontrer des acheteurs] » estime Carine Rezé.

« Le numérique ne suffira pas, il faudra retrouver la convivialité du vin avec des salons de business physique. Peut-être avec d’autres formules pour s’adapter aux gestes barrières » renchérit David Michelis, le directeur de la fédération Terra Vitis. Avec un pavillon de 15 exposants, le label environnemental tire un « bilan de fréquentation positif. Nous avons eu beaucoup d’acheteurs internationaux, ce qui particulièrement intéressant dans la période actuelle » explique David Michelis, qui prédit un bel avenir à Hopwine avec son offre de rencontres numériques et d’envoi d’échantillons à bilan carbone réduit.

Prochaine édition

Entre fermetures administratives et annulations des salons majeurs, « nos visiteurs cherchent du sourcing. Avec beaucoup de CHR et de cavistes en France, et d’importateurs étrangers » rapporte Mathieu Lojkiewiez. « Ça valide notre concept de salon virtuel, même si tout n’est pas parfait » reconnaît l’organisateur, qui évoque comme points d’améliorations le développement de contacts plus directs entre acheteurs et exposants (discussion en ligne, visioconférence…) et l’animation de la semaine en ligne (conférences, masterclasses…). La deuxième édition de Hopwine est envisagée fin 2020 ou début 2021, avec « au moins le double » d’exposants et de visiteurs.

En contact avec des interprofessions, françaises et internationales, pour développer des partenariats, les organisateurs de Hopwine compte pérenniser leur modèle innovant. « On préférerait ne pas être copié et on reste sur nos gardes. Mais en tant que premier salon virtuel, on conserve un coup d’avance » souligne Mathieu Lojkiewiez. Dans un format hybride, physique et virtuel, le salon World Bulk Wine Exhibition Asia (WBWE Asia) se tiendra les 12 et 13 juillet prochains à Yantai, en Chine, et sur son site, en ligne.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé