LE FIL

Joël Forgeau

"Les Français n’ont jamais aussi peu bu de vin"

Vendredi 15 mai 2020 par Alexandre Abellan

« Ce constat ébranle le stéréotype du Français buveur de vin. Nous faisons face à une tendance structurelle de déconsommation de vin » souligne Joël Forgeau.
« Ce constat ébranle le stéréotype du Français buveur de vin. Nous faisons face à une tendance structurelle de déconsommation de vin » souligne Joël Forgeau. - crédit photo : Vin & Société
Le président de Vin & Société recoupe les dernières données de la consommation nationale pour alerter sur la déconsommation qui touche la filière vitivinicole en cette période de crise sanitaire.

Pendant le confinement, « les Français n’ont jamais aussi peu bu de vin. Ce constat ébranle le stéréotype du Français buveur de vin. Nous faisons face à une tendance structurelle de déconsommation de vin » pose Joël Forgeau, le président de Vin & Société dans un communiqué. Rappelant l'arrêt du tourisme et s’appuyant sur les signes peu rassurants des achats en grande-distribution (s’érodant malgré la fermeture des réseaux de consommation hors domicile), le vigneron nantais souligne les derniers résultats d’un sondage en ligne de Santé Publique France*.

D’après les réponses de 1 344 consommateurs de boissons alcoolisées, « 11 % déclarent que leur consommation d'alcool a augmenté depuis le confinement, 65 % qu'elle est stable et 24 % qu'elle a diminué » annonce l’agence publique. « L'ennui, le manque d'activité, le stress et le plaisir sont les principales raisons mentionnées par les fumeurs ou usagers d’alcool ayant augmenté leur consommation. On note également que l’augmentation aussi bien pour le tabac que pour l’alcool est corrélée au risque d'anxiété et de dépression » précise dans un communiqué Viêt Nguyen Thanh, le responsable de l’unité addictions à la direction de la prévention de Santé Publique France.

"Achats de première nécessité alimentaire"

« Ces chiffres attestent d’une relation globalement responsable des Français avec l’alcool dans un contexte général anxiogène » analyse pour sa part Vin et Société, qui ajoute que « les professionnels estiment que le confinement devrait représenter une baisse de ventes de vin de l’ordre de 40 à 50 % minimum pendant cette période ». Pour Joël Forgeau, « les Français se sont concentrés sur les achats de première nécessité alimentaire, se détournant de la consommation plaisir, faute de moments de convivialité et de partage entre amis ou en famille ».

 

 

* : L'enquête CoviPrev, réalisée avec BVA auprès de 2 000 personnes représentatives de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé