LE FIL

Pays d’Oc

Castel mise sans réserve sur les vins effervescents de cépage

Vendredi 27 octobre 2017 par Alexandre Abellan

Sur les dix références de vins de cépage de Roche Mazet, trois sont actuellement pétillants.Sur les dix références de vins de cépage de Roche Mazet, trois sont actuellement pétillants. - crédit photo : SVF
Plus de pincettes pour le premier négociant français : sans attendre la publication officielle du décret officialisant le retour en grâce de Pays d’Oc IGP mousseux, Roche Mazet rentre en campagne pour les fêtes de d’année.

Les ventes de la fin d’année approchant à grand pas, l’heure ne semble plus à la mesure et à la réserve pour la Société des Vins de France (filiale du groupe Castel). « Sur le marché ultra-dynamique des vins pétillants, Roche Mazet souhaite apporter une réponse 100 % française en mariant les bulles aux cépages du Pays d’Oc » pose un communiqué du 25 octobre. Parue six jours après la validation par l'INAO du cahier des charges revisité pour Pays d’Oc IGP mousseux, cette prise de position stratégique n’attend pas davantage la validation de son décret par le ministère de l’Agriculture.

Il faut dire que les opérateurs languedociens sont à bout, entre les promesses de développement des marchés de consommation des effervescents et les multiples rebondissements judiciaires qui ont entravé le déploiement de Pays d’Oc IGP effervescents. La Fédération Nationale des Producteurs et Élaborateurs de Crémant attaquant sans relâche les vins mousseux IGP depuis leurs premiers décrets fin 2011 (cliquer ici pour en savoir plus).

5,95 €/col

Après un premier lancement en grande pompe en 2014, brisé dans son élan par les attaques de la FNPEC, Roche Mazet compte de nouveau créer la surprise cette fin d’année 2017. Depuis sa présentation à la presse parisienne ce 18 octobre, le discours est inchangé : proposer une alternative française concurrençant directement les proseccos et autres cavas. Trois références sont aujourd’hui disponibles en grande distribution : chardonnay bru, muscat demi-sec et syrah brut (en rosé). Chacune est vendue à 5,95 euros/col (prix de vente conseillé).

Pour s’imposer dans les linéaires, Roche Mazet ne change pas la recette qui en a fait le vin le plus acheté en France (plus d’une bouteille par seconde en moyenne) : la mise en avant de cépages emblématiques. Ici couplés avec des bulles, et même des recettes de cocktails avec des thés (muscat et infusion de camomille, syrah et thé fruits rouges…).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé