Accueil / Commerce/Gestion / Asda revient aux fondamentaux
Asda revient aux fondamentaux
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Royaume-Uni
Asda revient aux fondamentaux

Lorsqu’il s’agit de voyager ou de dénicher de nouvelles tendances musicales ou gastronomiques, les Britanniques sont de grands aventureux. Confrontés au rayon vins, cependant, ils perdent tous leurs moyens.
Par Sharon Nagel Le 25 août 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Asda revient aux fondamentaux
Il ne faut pas surestimer le niveau de connaissances des consommateurs - crédit photo : Asda
L
a perplexité tue l’envie de découverte

C’est en tout cas la conclusion d’une étude que vient de faire réaliser la chaîne de magasins Asda. Malgré l’importance du vin dans la vie quotidienne des Britanniques, plus d’un tiers des consommateurs reconnaissent acheter systématiquement le même vin. Par ailleurs, 15% d’entre eux passent moins de 10 secondes pour choisir une bouteille, se disant pris d’angoisse devant le rayon, et 42% des personnes interrogées* restent perplexes face au jargon spécialisé, comprenant mal des termes couramment utilisés.  « Sachant qu’un peu plus de 15% des Britanniques passent moins de 10 secondes pour choisir un vin, il ne faut pas s’étonner que le classement des meilleures ventes a peu changé au cours des dix dernières années », note l’enseigne, qui fait partie du groupe américain Wal-Mart. En rouge, il s’agit des cépages merlot, cabernet-sauvignon et shiraz, et en blanc, le sauvignon blanc, le pinot grigio et le chardonnay.

 

Des connaissances plus que superficielles

Cette résistance au changement tranche avec les habitudes alimentaires des Britanniques. En effet, ces derniers se sont montrés particulièrement téméraires ces dernières années en matière de gastronomie, devenant de véritables « globetrotters culinaires » : des données publiées par Asda montrent qu’un tiers d’entre eux préfèrent les mets internationaux à la cuisine nationale. Les plats mexicains ont désormais remplacé le curry cher aux anciens colons, tandis que les mets typiques du Moyen Orient, du Pacifique et des campagnes italiennes ont délogé le canard laqué et autres plats chinois, entraînant une mutation profonde du choix des aliments proposés en grandes surfaces et de la physionomie de la restauration. Malgré cette envie de découverte culinaire, 22% des personnes interrogées dans le cadre du sondage Asda affirment se sentir intimidés par la multitude de produits proposés dans le rayon vins et ne savent pas où donner de la tête. De plus, 39% d’entre elles sont dans l’incapacité de citer le moindre cépage et 17% supplémentaires pensent qu’il n’en existe que trois – rouge, blanc et rosé…

 

S’inspirer des pratiques commerciales d’Amazon

Pour un marché mature, ces chiffres ont de quoi étonner et ont incité l’enseigne à faire appel à son sommelier maison, Ed Betts, pour revenir aux fondamentaux et créer un guide des vins ultra simple – le « Sommeasier » –  afin de faciliter le choix de ses clients. « Nous avons lancé le guide pour encourager nos clients à découvrir des choses nouvelles », explique Ed Betts. Pour ce faire, l’enseigne s’appuie sur une méthode employée avec succès par des géants comme Amazon : les clients ayant déjà acheté cet article ont également vu…, des recommandations basées sur des historiques d’achat. « Le guide explique très clairement les vins et offre des conseils du type, si vous aimez le pinot grigio, vous allez peut-être aimer le muscadet, ou bien, si vous aimez le sauvignon blanc, vous aimerez éventuellement l’albarinho d’Espagne. Cette méthode constitue un très bon moyen de favoriser la découverte, avec la garantie d’un profil gustatif proche du style de vos vins préférés », estime le sommelier d’Asda.

 

Les consommateurs refroidis par les discours d’experts

L’omniprésence des vins à la télévision – à travers des documentaires, émissions de dégustation et virées dans les régions viticoles du monde – n’a pas permis de les démystifier aux yeux du Britannique lambda. Bien au contraire. La succession continue de critiques spécialisés sur le petit écran a laissé une empreinte durable sur la manière dont les consommateurs abordent le vin. Résultat : plus de la moitié (53%) d’entre eux estiment que le monde du vin est plutôt snob et 42% trouvent la terminologie employée pour décrire les vins déroutante. Enfin, un cinquième d’entre eux se sentent mal à l’aise lorsqu’ils sont en présence d’amateurs qui font tourner le vin dans le verre et le hument. Si certains descriptifs courants sont désormais bien acceptés – sec (76%), frais (52%) et corpulent (56%) par exemple – d’autres laissent les consommateurs bien plus perplexes. Il s’agit notamment de termes employés pour désigner la structure du vin – dense (12%) ou complexe (15%) – mais aussi des mots comme élégant ou flamboyant. Le nouveau guide explique des notions et des profils organoleptiques de base, dont certains pourraient même se révéler favorables aux vins français : « L’élaboration du Prosecco coûte moins cher que celle du Champagne parce qu’elle s’effectue dans de grandes cuves en inox – et non pas en bouteille – et nécessite deux mois contre plusieurs années pour le Champagne ».

Waitrose prévoit un retour en force des BIB

Outre le guide, Asda élargit sa sélection « Wine Atlas », des vins accessibles positionnés en entre de gamme destinés à inciter ses clients à découvrir des produits du monde entier grâce à des repères simples. Dans le même temps, la chaîne rivale Waitrose mise, quant à elle, sur la premiumisation du marché avec le lancement de BIB premium déclinés pour l’heure en six références, dont deux françaises. En fer de lance de la nouvelle gamme se trouve la Côte Bleu Méditerranée Rosé, positionnée à 14,99 £ le BIB de 1,5 litre. Les ventes de vins rosés ont fait un bond de 35% cette année par rapport à 2016 dans les magasins Waitrose, progression qui atteint 97% pour les rosés de Provence ; c’est la première fois que l’enseigne lance un rosé pâle sec en Bag-in-Box®. La chaîne prévoit un retour en force du format cet été, grâce notamment à son blason écologique et sa praticité. Avec un positionnement prix compris entre 15,99 £ et 20,99 £ les 2,25 litres (Les Dauphins Côtes du Rhône Villages), la nouvelle gamme cherche à répondre à une demande de vin de qualité dans un packaging respectueux de l’environnement mais qui offre aussi un design contemporain.

*Le sondage auprès de 1 500 Britanniques a été réalisé les 13 et 14 juillet 2017 par OnePoll.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé