Accueil / Oenologie / A la cave du Pouget, fini les erreurs de tuyaux grâce au QR code
A la cave du Pouget, fini les erreurs de tuyaux grâce au QR code
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Innovation
A la cave du Pouget, fini les erreurs de tuyaux grâce au QR code

Dans cette coopérative de l’Hérault, tous les circuits de vendange, de vin, d’eau et de gaz sont identifiés par un code couleur et un QR code. Les cavistes ne peuvent plus se tromper et la maintenance est simplifiée.
Par Michèle Trévoux Le 06 septembre 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 A la cave du Pouget, fini les erreurs de tuyaux grâce au QR code
la coopérative Les Trois Grappes du Pouget dans l'Hérault a identifié tous les circuits de vendange, de vin, d'eau et de gaz grâce à un QR code et une signalétique visuelle - crédit photo : Michèle Trévoux
P

lus question de s’y perdre dans les multiples canalisations qui sillonnent la cave des Trois Grappes, au Pouget. Cette coopérative héraultaise vient de rénover de fond en comble ses installations. À cette occasion, elle s’est équipée d’un système de repérage visuel et par réalité augmentée de toute sa tuyauterie. « C’est une technologie qui est couramment utilisée dans d’autres secteurs, comme l’industrie pharmaceutique. Dans la filière vinicole, c’est une première », assure David Roussel, directeur du bureau d’études Sovini, le maître d’œuvre de ce chantier.

Onze flux circulent dans la cave

En tout, onze flux circulent dans cette cave : vendange, moût, vin, air comprimé, eau alimentaire, eau glacée, eau glycolée, eau chaude, eau chaude sanitaire, gaz carbonique et eaux usées. À chaque poste d’intervention du personnel (vanne, raccordement…), les tuyaux sont marqués par un autocollant indiquant en toutes lettres et par un code couleur la nature du flux qui passe à cet endroit et la direction vers laquelle ce flux circule.

Autre information sur l’autocollant : un QR code qui affiche le plan de l’ensemble du réseau en question lorsqu’on le flashe, détaillant l’emplacement de l’outil qui produit le fluide. « Grâce à ce plan, les opérateurs peuvent identifier instantanément où se situent les postes de puisage afin de se raccorder sur les bons tuyaux. C’est également une aide précieuse pour le service de maintenance qui peut facilement repérer les vannes d’isolement pour intervenir plus rapidement », poursuit David Roussel.

Une aide précieuse pour la maintenance

Ce dispositif permet en outre de stocker et d’archiver quantité d’informations relatives à chaque circuit et à ses composants : la fiche technique, une photo ou la fiche de maintenance d’un groupe de froid, d’un générateur d’azote ou de tout autre matériel. Et toutes ces informations peuvent être mises à jour en cas de modification ou d’extension du réseau.

David Reverbel, le directeur de la coopérative, qui testera cet outil lors de ces vendanges, en attend plusieurs avantages : « C’est tout d’abord une sécurité pour notre personnel comme pour nos installations. Pour les saisonniers, il n’est pas toujours évident de se repérer parmi tous ces tuyaux. Cela permettra d’éviter les erreurs de raccordement, qui peuvent être dangereuses avec la tuyauterie sous pression. »

David Reverbel espère aussi des économies. « Lors d’un investissement, on se focalise souvent sur les coûts de conception et de réalisation. Mais il faut également s’intéresser aux coûts d’exploitation et de maintenance. Désormais, toute l’information sur la maintenance du matériel est centralisée et stockée sur le Cloud. Nos équipes devraient y gagner en efficacité, en intervenant plus rapidement et au bon endroit », affirme le directeur.

 

Une goutte d’eau dans un gros investissement

La coopérative du Pouget vient de rénover ses installations pour montant total de 3,6 millions d’euros. Elle a entièrement revu sa réception de vendange, automatisé son atelier de macération préfermentaire à chaud et augmenté sa capacité de traitement de la vendange de 700 t/jour à 900-1 000 t/j. C’est à cette occasion qu’elle a marqué tous ses circuits pour la modique somme de 1 500 €. « Ce qui a coûté le plus cher, ce sont les autocollants car ils sont résistants à la chaleur, au froid, à l’humidité et aux UV », indique David Reverbel, le directeur de cette coopérative qui compte 260 adhérents pour 1 300 ha de vigne et qui vend toute sa production en vrac au négoce, soit 110 000 hl par an.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé