Accueil / Politique / Réserve interprofessionnelle pour 8 % des vins blancs de Touraine
Réserve interprofessionnelle pour 8 % des vins blancs de Touraine
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Récolte 2022
Réserve interprofessionnelle pour 8 % des vins blancs de Touraine

Une réserve interprofessionnelle sur le Touraine blanc a été votée par l’ODG. Elle portera sur 8 % des volumes revendiqués, avec des exemptions pour les producteurs victimes de la grêle. Objectif : fournir les marchés pour maintenir les prix.
Par Ingrid Proust Le 29 juillet 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Réserve interprofessionnelle pour 8 % des vins blancs de Touraine
L’ODG Touraine et InterLoire prévoient en blanc une récolte de 130 000 hl, et des sorties de chais de 112 500 hl sur 2022/2023. - crédit photo : Ingrid Proust
C

onstat sans appel. « Sur la campagne qui vient de s’achever, nous avons manqué de Touraine blanc, on a raclé les stocks. Les prix ont progressé. Pour 2022/2023, les perspectives de commercialisation sont bonnes.  Des vignes de sauvignon ont été grêlées en juin. Mais celles qui ont des raisins sont belles. Il nous faut une régularité des approvisionnements, et donc des prix pour que chacun soit gagnant ». Pour Thierry Michaud, président de l’Organisme de Défense et de Gestion de l'AOC Touraine, faire une réserve interprofessionnelle sur la prochaine récolte est une évidence. Et les vignerons et vigneronnes présents lors de l’assemblée générale de l’ODG l’ont approuvé à une large majorité ce 21 juillet .

Les opérateurs devront mettre en réserve 8 % de leur volume revendiqué en Touraine blanc, mis à part ceux ayant des parcelles grêlées en juin et qui auront un rendement de moins de 50 hl/ha, et les producteurs dont le volume à constituer en réserve serait inférieur à 20 hl. « Les volumes de cette réserve collective ne seront libérés qu’après accord de la production et du négoce, et probablement avant la récolte 2023 », a précisé Thierry Michaud.

Expérience 2020

L’ODG Touraine avait déjà mis en place en 2020 une réserve interpro, sur les volumes de blanc au-delà de 50 hl/ha en AOC. « Suite au gel 2021, elle avait été rapidement libérée et vendue, et les opérateurs qui avaient mis en réserve ne l’ont pas regretté. Mais ils n’avaient été que 28 % à participer à cette réserve, les autres avaient déclaré, au-dessus de 50 hl/ha, leurs vins en IGP ou VSIG, qu’ils ont vendu à vil prix. Or on détourne ainsi le consommateur du Touraine blanc », explique Thierry Michaud. En 2020, la réserve avait concerné environ 6 000 hl. Sur la dernière campagne, le Touraine blanc s’est vendu en moyenne à 247 €/hl selon les chiffres d’InterLoire.

Pour la récolte 2022, l’ODG Touraine prévoit en blanc un potentiel  de 130 000 hl, pour des sorties de chais estimées par InterLoire à 112 500 hl sur 2022/2023. Le rendement de base (65 hl/ha) est maintenu en Touraine blanc, mais sera complété d’un Volume Complémentaire Individuel (VCI) de 7 hl/ha, sous réserve de l’accord de l’Institut National de l'Origine et de la Qualité (Inao). En Touraine gamay et rosé, le rendement sera poussé à 66 hl/ha. « La nature nous prive trop souvent de tout ou partie d’une récolte, souligne Thierry Michaud. Avec le changement climatique, il faut rentrer tous les volumes, et ensuite gérer la commercialisation ».

 

Réserve champenoise : un système « inspirant »

Invités par les responsables de l’ODG Touraine, le président du Syndicat général des vignerons de Champagne, Maxime Toubart, et le directeur du comité Champagne, Charles Goemaere, ont présenté lors de l’AG Touraine la réserve à la champenoise. En Champagne, les volumes produits au-delà du rendement (fixé selon les perspectives économiques) sont obligatoirement mis en réserve. « Les producteurs acceptent le risque de ne pas avoir assez de volumes pour tous leurs marchés. On se fait parfois insulter, mais les opérateurs respectent les décisions prises », indique Maxime Toubart. Le déblocage de la réserve est collectif et obligatoire, à une date fixée par la production et le négoce. « Le marché est ainsi stable et profitable pour tous », souligne Charles Goemaere. Les vins mis en réserve sont rafraîchis régulièrement, et des volumes partent en distillation, a reconnu Charles Goemaere.

Pour Thierry Michaud, président de l’ODG Touraine, « ce système exceptionnel n’est pas dupliquable dans notre AOC mais on peut s’en inspirer ».

« Il y a des idées à tirer de ce dispositif pour notre intérêt individuel et collectif », a renchéri Lionel Gosseaume, président d’InterLoire et vice-président de l’ODG Touraine.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé