Accueil / Vidéos/Podcasts / Bol d’air inespéré de la filière vin, le salon Wine Paris & Vinexpo Paris ferme ses portes

Ça repart
Bol d’air inespéré de la filière vin, le salon Wine Paris & Vinexpo Paris ferme ses portes

Sortant de ses vignobles et de ses caves, les opérateurs sont allés pendant trois jours à la rencontre de leurs acheteurs avec le plaisir de retrouver la vie de salon : entre contacts humains et commerciaux.
Par Alexandre Abellan Le 16 février 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Bol d’air inespéré de la filière vin, le salon Wine Paris & Vinexpo Paris ferme ses portes
« Ça fait plaisir de vous voir » : la phrase répétée du salon Wine Paris & Vinexpo Paris du lundi 14 au mercredi 16 février. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)

Il paraît qu’en n’ayant aucune attente d’une chose donnée on ne saurait en être déçu. Si des exposants sont venus avec des semelles de plomb au parc des expositions de la porte de Versailles ce lundi 14 février pour l’ouverture du salon Wine Paris & Vinexpo Paris, ils semblent tous en repartir avec la satisfaction d’un rendez-vous dépassant leurs espoirs (voir vidéo ci-dessous). « Nous n’aurions vu personne pendant trois jours que nous n’aurions pas été surpris... Actuellement, on ne peut rien prévoir. Nous avons vu pas mal de monde, des clients que l’on n’avait pas vu depuis 2 ans » témoigne Pascal Sailley, le responsable export du domaine Alain Geoffroy (Chablis), qui note qu’il est difficile de comparer l’édition 2022 à celle de 2020 : « la conjoncture est différente entre le covid et le manque de vins ».

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.
Lire la vidéo

Participant à son premier salon, le vigneron Philippe Romain (domaine de Montels en AOP Cahors et IGP Coteaux et Terrasses de Montauban) ne cache pas sa satisfaction grâce à de nombreux appels téléphoniques en amont : « tous les gens que l’on a vu sont venus sur rendez-vous. Il n’y a pas de passage par hasard. C’est la préparation avant le salon qui permet de rencontrer les gens pour voir s’il y a des affinités sur la dégustation et les tarifs. » Ayant fixé peu de rendez-vous, Lison Vallet, l’assistante export de Jaillance (Clairette de Die), a reçu de nombreuses visites spontanées, avec « une commande enregistrée par un client allemand venu comme ça ».

Bravo à tous ceux qui y ont cru

« Maintenant que le salon a eu lieu, on va tous se dire que c’était normal que l’évènement se tienne. Mais la réalité est que l’on n’a pas toujours été confiant… Il y avait l’envie, et l’évènement business est à la hauteur des attentes. Bravo à tous ceux qui y ont cru et sont venus » indique Jean-Marie Fabre, le président des Vignerons Indépendants de France. Qui note surtout une présence forte d’acheteurs français et des pays européens limitrophes. Très variable d’un stand à l’autre, le ressenti de la présence de visiteurs étrangers s’accorde sur l’absence d’acheteurs asiatiques. Et sur la présence forte des cavistes et restaurateurs français. « Nous avons eu principalement des acheteurs français cherchant à augmenter leurs portefeuilles de vins italiens » indique Caterina Mori, la responsable marketing du Consorzio Vino Chianti Classico.

Indiquant accueillir « le même niveau de visiteurs qualifiés (acheteurs, hors étudiants, journalistes, etc. » qu’en 2020, Rodolphe Lameyse, le directeur de Vinexposium, vise toujours 18 à 20 000 entrées sur trois jours. Un cap qui semblait ambitieux, pour ne pas dire irréaliste il y a encore quelques semaines. « Faire venir des gens dans un salon de vin, ce n’est pas ce qui est le plus compliqué [NDLA : avec la perspective de dégustations gratuites], mais faire venir les bons acheteurs, avec de vraies commandes, ça c’est extrêmement compliqué » indique Rodolphe Lameyse, glissant que « c’est un doux euphémisme de dire que l’on a eu des vents contraires. Mais je pense que l’on a démontré une chose, le vieil adage : impossible n’est pas français ». Saluant « l’opiniâtreté » de l’organisation, le « courage » des exposants et la mobilisation de ses équipes pour maintenir l’évènement sur le mois stratégique de février, l’organisateur ne se projette pas encore dans le futur concurrentiel des salons commerciaux de la filière vin. « Le juge de paix, ce seront nos exposants. Certains iront à ProWein en mai, ils feront le bilan après » avance Rodolphe Lameyse.

On n’innove pas en période de vaches grasses

« Le salon se créé une réputation à Paris » confirme Jean-Claude Mas, le fondateur des domaines Paul Mas (Languedoc). Qui souligne que si le salon était le dernier à se tenir avant la première vague de coronavirus (en février 2020), il est désormais le premier à marque le redémarrage des grands salons physiques : de quoi amener à la persévérance malgré l'incertitude de la situation pour lui. « Ce n’est pas dans la facilité que l’on créé des choses majeures. On n’innove pas en période de vaches grasses » illustre Jean-Claude Mas.

Le prochain salon Wine Paris & Vinexpo Paris se tiendra du lundi 13 au mercredi 15 février 2023.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé