Accueil / Politique / Les pulvérisations de phytos bientôt sous la surveillance des riverains de vignobles ?

Projet ministériel
Les pulvérisations de phytos bientôt sous la surveillance des riverains de vignobles ?

La ministre de la Transition écologique évoque l'arrivée de sites d'informations pour informer les riverains de zones agricoles de l'utilisation de produits phytosanitaires par les exploitations voisines. L'idée heurte dans la filière vin.
Par Olivier Bazalge/Alexandre Abellan Le 12 janvier 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les pulvérisations de phytos bientôt sous la surveillance des riverains de vignobles ?
La ministre Barbara Pompili évoque la possibilité de sites internet dédiés lors de son interview ce 11 janvier. - crédit photo : RMC/BFM TV
L

’annonce n’est pas passée inaperçue et a rapidement fait réagir la filière vin, notamment sur les réseaux sociaux. Au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur BFM TV, la ministre de la transition écologique Barbara Pompili annonce le lancement de sites internet d’information des riverains de zones agricoles des pulvérisations de pesticides. « Nos concitoyens ont le droit d’avoir toutes les informations possibles et il y aura des sites internet dédiés », répond-elle à la demande du journaliste au sujet de l’information des populations riveraines de zones agricoles.

Difficile de voir l’intérêt d’un tel dispositif, « intrusif, avec une forme d’ingérence vis-à-vis des exploitants, attendu que tous les produits utilisés sont validés par l’Anses », indique Jérôme Bauer, le président de Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à Appellations d'Origine Contrôlées (CNAOC), qui ne voit néanmoins aucun souci à la transparence de l'information pour les riverains.

Pression, suspicion, méfiance

« Nous n’avons pas le droit de rester insensibles à ces sujets » pose quant à lui Joël Boueilh, le président des Vignerons Coopérateurs de France, pour qui la question rejoint les sujets de Zone de Non Traitement (ZNT) et d’étude Pestiriv (suivi des résidus phytos auprès d’un panel de riverains de vignobles). « Une forme de pression va s’exercer progressivement sur toutes les régions, même celles qui y sont moins confrontés actuellement. Nous devons aborder franchement et sereinement ces sujets [de proximité des riverains] en réfléchissant avec la tête froide sur notre façon de présenter et expliquer notre métier. Y compris pour recruter de nouveaux vignerons. »

Jérôme Bauer avertit cependant sur les risques de « suspicion et de méfiance » que pourrait apporter cette proposition de Barbara Pompili. « L’information des populations est de toute façon encadrée par la réglementation européenne, mais je ne vois pas ce que cela apporterait de plus au riverain de savoir le détail des pulvérisations. Il n’y a pas de progrès là-dedans, bien au contraire ! », poursuit-il, avant de rappeler que « la CNAOC s’est engagée de longue date en faveur de l’utilisation des biocontrôles cuivre et soufre en périphérie urbaine, dans l’objectif de réduire au maximum les ZNT ».

Au niveau des chartes

Contactés, les cabinets des ministères de l'agriculture et de la transition écologique ont fait part d'une réponse commune, estimant que la ministre n’a pas vraiment annoncé de sites dédiés. Rue de Varennes et boulevard Saint-Germain, on précise qu'"on lui a demandé si l’information passerait seulement par des affiches, elle a expliqué qu’il était aussi possible de passer par des sites. Il est prévu de manière générale que les modalités d’information des riverains soient définies au niveau des chartes, sous l’autorité du préfet. Il sera ensuite chargé de s’assurer que les riverains sont bien informés".

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (9)
nericj Le 15 janvier 2022 à 11:56:46
En toute objectivité, nous sommes astreint à n'utiliser que de bio et bio-contrôle auprès des habitations.. .. Il faudra donc prévenir tous les 7 jours que nous allons pulvériser du cuivre et du soufre .. .. C'est bio, c'est propre et bon !!
Signaler ce contenu comme inapproprié
MG Le 15 janvier 2022 à 08:46:26
La France, ce beau pays qui est l'URSS ayant réussie et qui réinvente les Khmers rouge. Ça donne envie. Il parait qu'on est gouverné par des gens intelligents voir florentins ; imaginez un instant qu'on soit gouverné par des c*ns.
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 14 janvier 2022 à 14:54:30
Ce n'est pas nouveau, il y a une plateforme pour renseigner les travaux fait dans les vignes qui peuvent déranger nos voisins. Par exemple l'appli BVE33, ça marche pour les épandages de produits phyto, mais aussi pour ce qui fait du bruit, ce qui sent mauvais, ce qui fait de la poussière... Et ce n'est que le début. Je suis assez surpris de la manière de traiter les agriculteurs, un pédophile multi-récidiviste demeure libre de ses faits et gestes une fois sorti de prison, à priori nous sommes la seule catégorie de personne qui devra rendre des compte sur ses activités en temps réels. C'est beau le monde moderne et l'avenir que vous nous préparez Madame la Ministre.
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 14 janvier 2022 à 14:40:07
Ce n'est pas nouveau, il y a une plateforme pour renseigner les travaux fait dans les vignes qui peuvent déranger nos voisins. Par exemple l'appli BVE33, ça marche pour les épandages de produits phyto, mais aussi pour ce qui fait du bruit, ce qui sent mauvais, ce qui fait de la poussière... Et ce n'est que le début. Je suis assez surpris de la manière de traiter les agriculteurs, un pédophile multi-récidiviste demeure libre de ses faits et gestes une fois sorti de prison, à priori nous sommes la seule catégorie de personne qui devra rendre des compte sur ses activités en temps réels. C'est beau le monde moderne et l'avenir que vous nous préparez Madame la Ministre.
Signaler ce contenu comme inapproprié
J.Henry DAVENCE Le 14 janvier 2022 à 09:28:48
Depuis quand la législation passe par les plateaux télé des chaines d'info en continu? A-t-on besoin de réagir à ces propos tenus par la ministre alors même que le contenu de l'arrêté n'est pas connu? Cela ressemble étrangement à une poignée de sable jetée en l'air pour voir ce qu'il va en retomber. Nos instances y courent... Il n'en reste pas moins qu'il nous faut trouver des moyens d'informer les riverains tout en permettant aux vignerons concernés de faire leur travail sans contraintes exagérées.
Signaler ce contenu comme inapproprié
voltaire Le 13 janvier 2022 à 18:50:20
Que représente la viticulture dans notre pays? Les néo ruraux sont les électeurs de la classe politique majoritaire et demandent une réglementation très contraignante sur l' utilisation de produits phytosanitaire. Ce problème est identique chez nos partenaires Européens. La viticulture Française s'aperçoit du problème et ne l' a jamais anticipé. La viticulture doit résoudre l'équation suivante produire du vin consommable en quantité suffisante en utilisant moins de produits sanitaires et moins de ressources ( eau, combustible etc...) . C est surprenant que la CNAOC prenne appui maintenant sur la réglementation Européenne quand cet organisme fait valoir la spécificité française contre une réglementation Européenne. "On veut laver plus blanc que blanc". On constate que la superficie viticole française diminue d'année en année au profit des pays viticoles Européens qui ont un développement plus pragmatique de sa viticulture au niveau environnemental et commercial. Il ne faut pas oublié que l' émergeance des vins du nouveau monde a été dopé par notre refus pendant 10 ans de l'utilisation de copeaux .Peut on faire confiance à tous nos organismes viticoles et agricoles qui deviennent plus nombreux que les viticulteurs Français pour trouver une solution aux problèmes sociétales que nous vivons actuellement ?
Signaler ce contenu comme inapproprié
Mic Le 13 janvier 2022 à 04:41:40
Enfin,car du printemps à l'été quelle pollution, odeurs désagréables etc,et zone morte là où la vigne pouce. La vigne d'année en année détruit la forêt et s'approche de nos maisons ( et pas le contraire) . Heureusement certains commencent à changer de mentalité pour cultiver la vigne ( rare), mais il faut le dire. Et que dire de la production.... quand il y en a trop ils jettent le raisin.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Al17 Le 13 janvier 2022 à 01:13:31
Le problème est plus lié à la façon d appliquer les phytos en viticulture la dérive est énorme pulvérisateurs obsolètes utilisés dans n importe quelle condition
Signaler ce contenu comme inapproprié
Vitidurable Le 12 janvier 2022 à 21:47:10
On pourrait mettre de l'eau pure dans nos pulvés, le voisinage et la société en auront peur quand même. Il faut faire comprendre que les maisons se sont rapprochées des exploitations. Les agri et viti font des efforts énormes pour au final être incompris et mal payés... Rééduquons les consommateurs devenus naïfs capricieux et contradictoires
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé