Accueil / Politique / Des vignerons bios refusent l'obligation HVE en Côtes de Bourg
Des vignerons bios refusent l'obligation HVE en Côtes de Bourg
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Opposition à l'imposition
Des vignerons bios refusent l'obligation HVE en Côtes de Bourg

Pour l'appellation bordelaise, ce sera le label Haute Valeur Environnementale sinon rien pour l'obtention de l'appellation à compter de 2025. Un groupe de producteurs certifiés bio n'accepte pas la perspective d'une obligation de certification supplémentaire.
Par Olivier Bazalge Le 06 janvier 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des vignerons bios refusent l'obligation HVE en Côtes de Bourg
Pour les plus pessimistes, les tensions actuelles pourraient mener à une 'scission' de l'appellation si les positions n'évoluent pas. - crédit photo : ODG Côtes de Bourg (Amarante Puget-Vinalys)
E

n Côtes de Bourg, des vignerons bio de l’appellation ne décolèrent pas. Depuis le vote en conseil d’administration (en février 2020) actant l’obligation de label Haute Valeur Environnementale (HVE) pour prétendre à l’AOC des vins produits en 2025, la pilule ne passe pas du tout pour une dizaine d’entre eux rapporte Sud-Ouest.

Ils n’acceptent pas de devoir se contraindre à une certification supplémentaire, « alors que nous nous sommes inscrits dans cette démarche environnementale depuis des années ! », appuie le le vigneron Pierre-Henri Cosyns, du château Grand Launay (certifié AB depuis 2012), qui ne veut par ailleurs relever aucun grief particulier vis-à-vis de la certification HVE. « La HVE est une bonne chose, mais il est impensable d’alimenter une telle confusion pour le grand public en opposant les certifications environnementales», enchaîne Pierre-Henri Cosyns, « je me suis engagé vers le bio depuis 2009, puis en biodynamie, et je trouve totalement injuste que l’appellation décide d’exclure les vignerons bio de cette manière. Ce n’est basé sur aucun socle technique recevable, dans la mesure où le bio va plus loin que la HVE ».

Pas d'opposition bio-HVE

Le vote de 2020 n’est pas remis en question, mais le groupe de vignerons ne s’explique pas cette orientation clivante, alors qu'un consensus ouvrant l'AOC à la HVE et/ou à la bio a été trouvé dans de multiples appellations, comme chez les voisins de Saint-Emilion, ou dans les Corbières (en Languedoc). Ils appuient en outre leur mécontentement par une série d’arguments émanant des institutions nationales. « Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a déclaré que c’est un non-sens d’opposer bio et HVE. De plus, l’incompatibilité avec la réglementation européenne sur les SIQO empêche l’application de cette obligation de certification. L’Inao devrait préciser enfin que le choix final entre HVE ou AB soit laissé à l’agriculteur dans tout cahier des charges », enfonce Pierre-Henri Cosyns, qui ne comprend pas l’objectif d’une telle éviction d’une partie des producteurs de l’appellation.

Scission possible

Alors que 25% des surfaces des Côtes de Bourg sont annoncées en certification en bio, la vigneronne, de Saint-Emilion, Sylvie Dulong, présidente de Bio Nouvelle-Aquitaine (fédération régionale d'agriculture biologique Nouvelle-Aquitaine), n’exclut pas « une scission possible au sein de l’appellation Côtes de Bourg si les choses restent en l’état, alors que les vignerons bio y occupent une place considérable. Les différentes organisations professionnelles bio soutiennent la position de ces vignerons ».

Face à cette montée des crispations, le bureau du syndicat d’appellation annonce se réunir ce jour avant de communiquer officiellement sur le sujet. Une réponse attendue avec impatience par certains.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (8)
Vivi Le 11 janvier 2022 à 02:38:02
Benji, cour des comptes et autorités environnementales...ONG ou lobby ? Pour l empreinte carbone, cela dépend plus des pratiques culturales et d une prise de conscience. Encore démagogique. Aussi la conso Gnr en viti ne représente que 15 à 20% de l empreinte carbone très impactée par les fournitures annexes... bref la vérité est ailleurs...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Benji Le 08 janvier 2022 à 14:52:58
Vivi tout les études que vous citez sont issus du lobby du bio bussiness,l?IDDRI,OFB,Greenpeace,WWF,etc?sont bien souvent les mêmes membres qui veulent faire croire que seul le bio est valable !Ne leurs en déplaise,bien que les traitements soient faits avec des pesticides naturelles et pas toujours encadrées,l?empreinte carbone est loin d?être positive pour les bios vu le nombre de passages annuels ! Mais pour en revenir à cette article on peut s?interroger pourquoi certains bios ne veulent pas également être certifiés HVE si ils sont sur de leurs productions! Peut être que le fait que toute l?exploitation doit être certifiée pour prétendre être certifiés HVE est peut-être la réponse vu qu?en bio ce n?est pas une obligation
Signaler ce contenu comme inapproprié
Johan Le 08 janvier 2022 à 14:41:37
CP BIO NOUVELLE AQUITAINE 7 janvier 2022 L?obligation environnementale du cahier des charges de certaines appellations vire au diktat Afin d?anticiper les exigences de la loi Egalim (art 48) certains ODG (Organisme de Défense et de Gestion des Appellations) révisent leur cahier des charges pour y inclure l?obligation de certification environnementale. Nous nous félicitons de cette évolution vers des pratiques agricoles plus respectueuses de l?environnement au sein de nos appellations. En Nouvelle-Aquitaine certaines appellations ont opté pour un large choix d?engagements dans ces pratiques. En revanche d?autres ODG vont ou pourraient imposer UNIQUEMENT la certification HVE (Haute Valeur Environnementale). Nous rappelons que les Bio n?ont pas attendu une quelconque obligation de leur appellation pour se soucier de l?environnement. La non utilisation de pesticides et d?engrais chimiques de synthèse, le respect des haies, les engrais verts, la préservation de la biodiversité, le respect du vivant font partie des fondamentaux de la Bio depuis plus de 40 ans. Les viticulteurs Bio n?auront-ils d?autres choix que de se soumettre à la certification HVE, ou de quitter leur appellation ? Nous sommes en droit de nous demander qui a intérêt à opposer ainsi HVE et BIO ??? Certains cherchent-ils le retrait des domaines bios des appellations ? Bio Nouvelle-Aquitaine est totalement en accord avec les décisions de l?INAO qui lors de son Conseil Permanent du 7 décembre 2021 a souligné que le choix existait pour atteindre ces objectifs environnementaux. HVE, au-delà de son nom en forme de tromperie commerciale a fait l?objet d?études qui révèlent qu?elle n?est pas à la hauteur de ce qu?elle affiche. Nous nous opposons à ce manque de respect vis-à-vis de l?agriculture Bio, et regrettons ce dogmatisme qui une fois de plus oppose les pratiques plutôt que d?inciter le collectif vers un plus grand respect de l?environnement. Nous demandons aux ODG de Nouvelle-Aquitaine de se conformer aux décisions de l?INAO et de laisser aux opérateurs le choix du label qui corresponde le mieux à leurs valeurs et pratiques.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Le piocheur Le 07 janvier 2022 à 15:01:04
Pour les exploitations en bio pas de soucis pour obtenir HVE, suivi par des auditeurs sérieux et non des gourous ! Sû
Signaler ce contenu comme inapproprié
Vivi Le 07 janvier 2022 à 11:30:25
Dire que l'un où l'autre est plus vertueux sur les traitements effluents est démagogique. La règlementation générale (code rurale...) oblige son respects. In fine, la règlementation européenne AB a les résultats les plus pertinents sur l'environnement, ce qui est souligné : - par une note de l'Office Français de la Biodiversité, rendue fin 2020 aux ministères de l?agriculture et de la transition écologique, mais restée confidentielle, puis rendue publique par le Monde, qui estime, via son évaluation du référentiel, que celui-ci ne donne pas de gage de réelle plus-value environnementale ; - par la Cour des comptes estime que le label HVE ne présente « pas de garantie environnementale suffisante à l'heure actuelle » (note d'octobre 2021 : Accompagner la transition agroécologique les enjeux structurels pour la France) - par l'Autorité environnementale dans son avis délibéré sur le plan stratégique national de la politique agricole commune 2023-202, critique estime que le cahier des charges actuel de la HVE "ne présente aucun bénéfice environnemental supplémentaire par rapport à celui apporté par le simple respect des bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE), qui conditionnent les aides PAC, et que le niveau d?ambition est calibré au niveau de ce qui se pratique déjà dans la majorité des exploitations". - par l?Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) dans sa note "La certification Haute Valeur Environnementale dans la PAC : enjeux pour une transition agroécologique réelle", qui estime "qu'en l'état actuel de son cahier des charges, cette certification ne peut prétendre accompagner une réelle démarche de transition agroécologique". - par une étude Greenpeace, WWF, le BASIC et l?UFC-Que Choisir qui démontre que les effets du label HVE sont d'une part, très faibles, et d'autre part peu avérés.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Aurel Le 07 janvier 2022 à 08:39:58
Les Cotes de Bourg ne sont pas concernés par les soucis de traitement des effluents, puisque c?est deja inscrit dans le cahier des est charges de L?Odg. A eux de contrôler et de faire respecter. Fausse excuse pour imposer une décision idiote.
Signaler ce contenu comme inapproprié
pg Le 07 janvier 2022 à 08:11:44
Un vigneron peut être bio sans respecter les obligations quant aux effluents . A ce titre , je ne vois pas pourquoi ces messieurs auraient un traitement de faveur. Je pourrais citer le cas d' un bio distillant sa production pour le cognac qui balance sans vergogne ses vinasses ( sous produit de la distillation représentant 90 % du volume de vin produit ) dans son village ... Son argument est de dire qu'il est un "petit" et que ça n' a pas d' influence sur l' environnement ( comme le cuivre ). Cerise sur le gâteau, il se trouve sur une zone de captage des eaux pour la consommation... Dans le cas du respect de ces obligations environnementales , ils n' auront plus qu'à enregistrer les données et le tour sera joué. Exiger la HVE pour les bio c' est faire apparaitre qu'ils peuvent polluer. Et ça , ce n' est pas politiquement correct puisque ça va à l' encontre de leur discours vertueux. Relire " le diable et le bon dieu " de Sartre ...
Signaler ce contenu comme inapproprié
aynard Le 06 janvier 2022 à 18:34:07
Cela est tellement incroyable d'avoir des ODG aussi décalées avec la réalité. Elles sont censées représenter les viticulteurs dans leur diversité. Comment osez exclure les Bio et Biodynamistes pour un label HVE qui est très franchouillard, et inconnu à l'étranger. Vraiment cher amis de l'ODG arrêtez d'être crypto victime de votre aveuglement. C'est ainsi que les appellations tombent toutes seules.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé