Accueil / Gens du vin / Róbert Wessman, milliardaire investi dans l’avenir des vins de Bergerac
Róbert Wessman, milliardaire investi dans l’avenir des vins de Bergerac
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Avec les Verdots
Róbert Wessman, milliardaire investi dans l’avenir des vins de Bergerac

Ambitieux, l’entrepreneur islandais passe une étape dans le développement de son offre de vins français avec le rachat du vignoble des Verdots au vigneron David Fourtout, qui reste à proximité.
Par Alexandre Abellan Le 29 octobre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Róbert Wessman, milliardaire investi dans l’avenir des vins de Bergerac
David Fourtout le martèle : il ne vend pas son domaine, il le confie à Róbert Wessman. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
C

hangement de propriétaire ce 26 octobre pour le vignoble des Verdots (40 hectares de vignes à Bergerac et Monbazillac). Quatrième génération à la tête du domaine périgourdin, vigneron David Fourtout le cède au milliardaire islandais Róbert Wessman, à la tête de groupes pharmaceutiques Alvogen et Alvotech, spécialisés dans les médicaments biosimilaires. Une cession qui était tout sauf prévue par le vendeur, mais nécessaire pour l’acquéreur. « Nous allions construire un cave dans les jardins du château Saint-Cernin, que Róbert Wessman possède depuis 20 ans, mais au vu du prix, il m’a dit qu’il pouvait s’acheter un domaine pour la même somme et nous sommes allés faire le tour des voisins » se rappelle James de Roany, le directeur général de Maison Wessman.

Pour un montant confidentiel, les négociations ont duré 15 mois, le temps de convaincre le propriétaire de devenir vendeur. « Quand je les ai vus arriver, je leur ai dit que ce n’était pas à vendre. Mais ils le voulaient et tout a un prix » plaisante David Fourtout, qui va rester consultant pour le domaine (et s’installe à proximité, voir encadré). Affirmé, le choix de ce domaine tient autant du défi que du pari d’avenir : « les sols de cette propriété sont les mêmes que ceux de Saint-Émilion, mais avec moins de pluie. Bergerac est moins connu que Saint-Émilion, mais nous espérons montrer au monde que ses vins peuvent être aussi bons, voire meilleurs, que les grands vins de Bordeaux » indique Róbert Wessman, qui possède depuis vingt ans le château de Saint-Cernin (Dordogne).

Potentiel injustement méconnu

S’il en a visiblement les moyens, l’investisseur islandais n’a pas fait le choix d’un château à Bordeaux, d’un clos en Bourgogne ou d’un mas en Provence, mais opte pour « un terroir dans lequel nous croyons ». En la matière, « le terroir de Bergerac a un potentiel injustement méconnu » souligne Lise Sadirac, la nouvelle directrice d’exploitation des vignobles bergeracois de la maison Wessman, qui souhaite faire monter d’un cran technique les 70 ha en propriété (domaine des Verdots et château Saint-Cernin).

Avec cet investissement conséquent, Róbert Wessman affiche trois objectifs : se doter d'un outil de vinification à Bergerac (en augmentant les capacités des Verdots), créer une expérience œnotouristique au vignoble des Verdots, notamment avec des rénovations « cosmétiques et pas drastiques » de la cave souterraine (photo ci-dessous), puis accentuer l’internationalisation des ventes de sa gamme de Bergerac (sous les marques Verdots et Maison Wessman*). « Cela prendra du temps, mais nous convaincrons le monde de la qualité incroyable des vins de Bergerac »

Casser le plafond de verre

« Une personne comme ça, avec une telle force de frappe commerciale, ça ne peut qu’être positif pour l’AOC. Il a envie de casser le plafond de verre des prix du Bergerac. Ça aidera tout le monde » note David Fourtout, dont la gamme de vin montait jusqu’à 35 €.

Prévoyant de nouveaux investissements cette fin d’année à Bergerac (avec l’acquisition d’un domaine lui permettant à terme de croître de 30 ha de vignes), Róbert Wessman vient d’acquérir à Limoux cinq parcelles de vignes (pour 31,6 ha). « C’est la même histoire à Limoux qu’à Bergerac : croire dans le terroir » conclut Róbert Wessman.

 

* : Les vins tranquilles se déclinent sous les marques "N°1 Saint-Cernin"  et "Petit Cernin", à Limoux pour les vins blancs (100 % chardonnay) et Bergerac (avec d’autres vignes que les vignobles Verdots). Pour les champagnes, l’étiquette est « Wessman One ».

 

Lise Sadirac ce 28 octobre dans les chais souterrains du vignoble des Verdots, qui tire son nom de la rivière éponyme qui traverse cette cave. Un cours d’eau qui permet de maintenir une hygrométrie à 100 % souligne la directrice d’exploitation.

 

 

Création du château le Mondérys

Rappelant être loin de la retraite, David Fourtout n’avait pas prévu de céder le domaine familial, qui a réussi à augmenter son chiffre d’affaires en 2020 malgré la crise covid (grâce au dynamisme des ventes directes, au caveau). « Ce n’est pas un dépôt de bilan, c’est une vente » lance le vigneron, qui reste actif dans le vignoble en lançant le château le Mondérys, qui sera voisin des Verdots. Ayant acheté 10 ha de vignes en février dernier, David Fourtout indique retrouver la surface viticole de ses débuts, en 1992. Prévoyant la construction d’un chai « high-tech », le vigneron veut « revenir au métier de vigneron » avec une production limitée et haut de gamme. « Cela a demandé des négociations [avec Maison Wessman], mais on ne pouvait pas m’enlever mon métier » indique l’enfant du pays.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
totoblaise Le 10 avril 2022 à 10:35:54
sur le Bergerac L"intéret que Mr Wessman me confortent dans ma profonde sensibilité pour ce terroir que j'ai eu l"occasion d"apprécier il y a plusieurs années déjà et que j'ai été fier de mettre sur ma carte des vins et qui rencontre un franc succès. J'éspère tout de même que les prix ne vont pas s'envoler ; sachant qu'un des vignerons (vigneronne) avec qui je suis en relation suivie, le meriterait amplement
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé