Accueil / Viticulture / Martell met les grands moyens pour tester un vignoble sans intrant

Cognac
Martell met les grands moyens pour tester un vignoble sans intrant

Le négociant charentais va dédier ses 450 hectares de vigne à l'expérimentation de nouvelles modalités de semis, de fertilisation, de protection sanitaire...
Par Alexandre Abellan Le 11 août 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Martell met les grands moyens pour tester un vignoble sans intrant
« L’idée c’est d’être autonome et d’avoir des plantes les plus résistantes possibles aux aléas climatiques de demain » explique Adeline Loizeau. - crédit photo : Martell
P

lus de résilience et moins d’impact sur l’environnement, c’est l’objectif du programme d’agriculture lancé par les cognacs Martell (groupe Pernod Ricard) partagé par les vignobles Martell Mumm Perrier-Joüet (MMPJ). Sur l’intégralité des 450 hectares des trois domaines en propre Jean Martell, le négociant charentais va déployer des essais conséquents pour réduire ses intrants. « On ne fait pas trois rangs d’essai. C’est une surface importante, qui permet de récupérer des données pour avoir l’expérience et l’expertise pour en parler [aux partenaires viticulteurs] et être prêt pour demain » explique Adeline Loizeau, la directrice des approvisionnements et des relations avec la viticulture Martell

Lancé en 2021, le programme s’articule autour de trois axes d’action : la vie du sol (pour être plus autonome), la nutrition et la santé de la vigne (pour développer ses facultés de résistances et nécessiter moins de protection) et le travail sur l’environnement global (biodiversité du paysage pour augmenter la résilience du système) explique Adeline Loizeau. Structurant ses initiatives de R&D, la maison Martell fait appel depuis ce printemps à un prestataire, Sébastien Roumegous (Biosphere), pour enclencher l’état des lieux sur la vie des sols.

Semis
Cette année, des études microbiologiques ont été menées sur une quinzaine de profils déterminés, avec des « analyses plus poussées que les classiques C/N, pour analyser finement la microbiologie des sols » rapporte Adeline Loizeau. Ayant déployé des couverts végétaux sur tout son vignoble en 2021, les domaines Jean Martell vont désormais mettre en place trois modalités de semis. Prévus pour septembre, ces semis se déclinent en trois modalités, selon trois zones. En cours de finalisation, ces semis seront marqués pour l’un par la présence de plantes pérennes (comme trèfle), pour l’autre par des protéagineux (selon disponibilité en eau) et pour le dernier par des graminées (pour les sols très actifs). 15 hectares de vignes seront suivis pour étudier les résultats sur la vie des vols, les vins obtenus seront également étudiés.

D’autres modalités seront incluses à l’avenir, portant sur la fertilisation, la protection phyto, l’apport d’autres intrants… En matière de phytos, Martell compte actuellement présenter à ses apporteurs les résultats de ses essais sans Cancérigènes, Mutagènes et Reprotoxiques (CMR), de ses tests de produits de biocontrôle et sa plateforme de désherbage.

Agriculture résiliente

Le travail de recherche d’une agriculture régénératrice n’en est actuellement qu’à ses prémices souligne Adeline Loizeau, pour qui « l’objectif premier, c’est de favoriser une agriculture résiliente où l’on réduit au maximum ce qui vient de l’extérieur ».


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé