LE FIL

Encore un peu d'espoir

Les vignes gelées repartent très timidement

Mardi 18 mai 2021 par Marion Bazireau

En guyot, certaines baguettes ne donneront rien. Il y aura simplement des départs sur les pampres et le vieux bois.
En guyot, certaines baguettes ne donneront rien. Il y aura simplement des départs sur les pampres et le vieux bois. - crédit photo : Régis Domergue
Plus d’un mois après le gel, de nombreux vignerons s’inquiètent de ne pas voir leurs vignes se réveiller. D’ici une semaine, ils sauront s’ils ont encore une chance de vendanger.

« Nous avons été en hiver tout le mois d’avril et une partie de celui de mai » rappelle Carole Dumont, conseillère pour Simonit & Sirch dans les vignobles de Bourgogne et de Provence. Le soleil revient, les températures remontent, et la vigne pourrait se réveiller dans la semaine, explique-t-elle.

En Bourgogne, Carole Dumont voit de tout. « Je pensais que ce serait l’hécatombe en Bourgogne, et ce n’est finalement pas le cas ».

"Je vois de tout"

L’expert relate par exemple que la situation est moins critique en Côte de Nuits, royaume du pinot noir, qu’en Côte de Beaune, où le chardonnay est davantage planté. « A Meursault, la reprise est très timide, mais il est impossible pour autant de généraliser, tant la situation change d’un microclimat à un autre ».

Dans le vignoble de Cluny, elle remarque que les vignes redémarrent mieux chez les vignerons qui ont allumé des feux dès la première nuit de gel.

Mais quand la température est tombée sous les -5°C, même les bourgeons qui n’étaient pas sortis ont gelé. « J’ai vu des yeux de contre-bourgeons noirs il y a 3 semaines, ceux-là ne repartiront pas » regrette Carole Dumont.

L’experte ne veut pas donner de faux espoirs. « Certaines baguettes en guyot ne donneront rien. Il y aura simplement des départs sur les pampres et le vieux bois ».

Carole Dumont constate aussi des phénomènes de filage, les boutons floraux se transformant en vrille. « Ça ne va pas être une grosse récolte, mais il faut encore patienter quelques jours puis travailler l’épamprage et soigner les travaux en vert pour constituer 3 ou 4 grappes par pied et préparer la taille de l’année ».

Les vignes de Camargue s’en tirent bien

Finissant sur une note positive, Carole Dumont raconte avoir vu les vignes taillées en cordon mieux repartir, notamment sur les couronnes et le vieux bois. « C’est le cas en Camargue. Mes collègues bordelais me rapportent aussi que la vigne commence à bien reverdir ».

Elle rappelle aussi que ce n’est pas parce que la vigne redébourre avec un mois de retard que les vendanges auront lieu en octobre. « La maturité peut se faire très vite sur les pieds peu chargés à condition que le soleil revienne et que les sols disposent d’assez d’eau » conclut-elle.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Breton Loic Le 18 mai 2021 à 09:31:48
Egalement les plantations avant le gel ont énormément soufferts et ont du mal à redémarrer. On s'aperçoit que les tissus autour des bourgeons est noir. Le démarrage se fait à partir de bourgeons situés dans le point de greffage tout autant que le liber ne soit pas trop endommagé par le gel. A ce jour ils sont encore endormis et on attend la chaleur pour qu'ils sortent . Il faut rappeler que le mois d' Avril a été le plus froid depuis 20 ans . Il y aura de la casse. Les viticulteurs doivent faire une déclaration auprès des chambres d' Agriculture dans le cadre des calamités agricoles. Les plantiers ne sont pas assurés et le végétal peut être pris en compte par le fond de calamités agricoles. France Agrimer doit informer au plus tôt la viticulture concernant l' aide à la restructuration sachant que des plantiers repartiront partiellement . Le taux supérieur de 20 % de manquants sera atteint dans de nombreuses exploitations viticoles. Loic Breton Pépiniériste Viticole
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé