LE FIL

Bonne nouvelle

Les vins bénéficieront de la ruée des clients en terrasses

Vendredi 07 mai 2021 par Alexandre Abellan

« Il y a un début de frémissement et une remonté en stock des établissements qui prévoient la réouverture. Je ne peux bien sûr pas vous parler encore des ventes. Cette remonté en stock me semble encore timide » confie Raphaël Herbert.
« Il y a un début de frémissement et une remonté en stock des établissements qui prévoient la réouverture. Je ne peux bien sûr pas vous parler encore des ventes. Cette remonté en stock me semble encore timide » confie Raphaël Herbert. - crédit photo : Alexandre Abellan (restaurant fermé ce printemps à Bordeaux)
La réouverture progressive des bars, cafés et restaurants devrait s’accompagner d’un flot conséquent de consommateurs, dont la filière vin serait également bénéficiaire après des mois de confinement.

Avec la réouverture des terrasses ce 19 mai puis des salles ce 9 juin, la relance des bars, cafés et restaurants sera graduelle. Mais même progressive, cette réouverture devrait tenir de l’« hystérie » prévient Bernard Boutboul, le président du cabinet spécialisé Gira Conseil. L’expert de la consommation hors domicile prévient ainsi les restaurateurs « attention, quand ça va rouvrir, ça va être l’émeute ! Il faut du personnel et des frigos pleins ». S’appuyant sur le souvenir du déconfinement 2020, Bernard Boutboul souligne que ce printemps 2021, « ça va être pire. Plus on prive les gens de dîners et de coups en terrasses, plus on verra des queues et de l’attente. Il va y avoir une forte croissance en 2021, le vin va suivre. »

Pour les distributeurs de vins en Cafés, Hôtels et Restaurants (CHR), « nous allons gérer une montée en puissance graduelle » estime Cédric Laniel, le chef de groupe vins et champagnes du fournisseur Metro France. Voyant dans cette reprise progressive l’occasion de prendre en compte les nouvelles tendances (notamment pour les produits locaux), le grossiste est résolument confiant : « les restaurateurs ont vécu sur leurs stocks. Ils n’ont pas besoin que de blancs et rosés, ils auront forcément un besoin de réapprovisionnement et d’achats à partir de ce mois. »

"Belle saison pour l’été"

Plus pondéré, Raphaël Herbert, le responsable du pôle vins de C10, estime que « la réouverture progressive va engendrer une reprise du business tout aussi progressive. Au moins dans un premier temps, le temps que les terrasses soient les seules à être ouvertes. Ça implique pour certains restaurateurs d’attendre encore jusqu’en juin. » Le distributeur « espère néanmoins une belle saison pour l’été, tout du moins sur les côtes et si le temps est au beau fixe. Néanmoins on peut craindre une attitude encore prudente de la part des consommateurs. »

« Il faut une conjonction de terrasses remplies, de beau temps, de confiance… Mais je suis plutôt optimiste dans le rebond » souligne pour sa part Cédric Laniel, qui fait face à une autre interrogation : la solvabilité des restaurateurs à la sortie de cette nouvelle fermeture administrative liée à la pandémie de Covid. « Il est difficile de connaître la fragilité réelle des restaurants. Les mesures du gouvernement ont été efficaces pour tenir à flot les clients, mais il y aura de la casse. Dans quelle proportion ? » pose le distributeur.

Bilans comptables rassurants

« En avril 2020, en pleine crise premier confinement, je pronostiquais la fermeture d’un restaurant sur trois à la sortie de la crise. En novembre 2022, au deuxième confinement, je tablais sur la fermeture de la moitié du parc. Mais maintenant, si 10 à 15 % des restaurateurs ferment, ce sera le bout du monde » rassure Bernard Boutboul. En contact avec des cabinets d’expertise comptable, ce fin connaisseur de la restauration note que nombre de bilans de restaurateurs n’ont jamais été aussi bons. « L’État français a aidé ses restaurateurs comme aucun autre État. Des restaurants gagnent plus d’argent fermés qu’ouverts » rapporte Bernard Boutboul, pour qui la crainte des restaurateurs est de manquer de main d’œuvre à la reprise. « La moitié de leurs équipes en chômage partiel ne voudrait pas revenir. Après la crise sanitaire, les restaurateurs pourraient vivre une crise de croissance » esquisse l’expert.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé