Accueil / Commerce/Gestion / 2020, année « sur-naturelle » selon le baromètre Idealwine

Tendance marché
2020, année « sur-naturelle » selon le baromètre Idealwine

Comme chaque année, iDealwine, premier acteur des enchères de vin en France, co-leader mondial des enchères on-line de vin, publie son baromètre annuel. Recherche de cuvées rares, demande pressante en vins bio et nature, envolée des spiritueux ont profité de la digitalisation des ventes de vins.
Par Laurie Andrès Le 29 avril 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 2020, année « sur-naturelle » selon le baromètre Idealwine
En 2020, la palme du flacon le plus cher vendu sur Idealwine revient à un « Musigny 2001 » du Domaine Leroy, adjugé 17 499€, le lot le plus cher revenant à une caisse assortie de 12 bouteilles de Romanée-Conti de 1990, adjugée 53 172€, deux domaines emblématiques de la biodynamie et représentants des plus grands vins français. - crédit photo : CC0 Creative Commons
D

ans un rapport de plus de 200 pages, Idealwine, « PME à taille humaine » selon ses dirigeants, leader des enchères de vin en France,  classée dans le TOP 20 des principales maisons d’enchères d’objets d’art et de collection (le vin fait partie des objets d’art) grâce à sa filiale IWA Auction, revient sur les chiffres et les tendances de cette année 2020, mouvementée.

La digitalisation accélérée des ventes a profité à la plateforme, qui depuis 2015 connait une croissance de 12% en moyenne, et, en 2020 , il s’est vendu 176 787 flacons pour 23,4 millions d’euros d’adjudications.

 

Succès pour les vins bio, en biodynamie et nature

 

Parmi les ventes qui ont explosé en 2020, celles concernant les vins bio, biodynamiques et « nature » qui représentent 25% des ventes aux enchères jusqu’à 40% des ventes directes sur la plateforme Idealwine.

Cette demande pressante de vins plus respectueux de l’environnement est une conséquence directe à la mutation des habitudes de consommation et aux considérations de consommateurs plus jeunes et plus alertes sur l’état de la planète.

Comme le souligne Idealwine, « nous constatons l’apparition de groupes hermétiques les uns aux autres. Les tenants du « nature sinon rien » et les amateurs de vins qui ont débuté leur apprentissage du vin avec des flacons classiques, qui cherchent désormais à élargir leur champ de découvertes ».

 

2020 jugée comme « année sur-naturelle » selon Idealwine est aussi avec la crise sanitaire un catalyseur de tendances et il semblerait que le vin n’échappe pas à une forme de « cancel culture » de la part d’une frange de consommateurs, bien décidés à bannir les pontes et les domaines historiques de la filière.

Autre fait marquant, l’appétit croissant des consommateurs de vins bio et biodynamiques qui semble n’avoir pas de prix. En 2020, la palme du flacon le plus cher vendu sur Idealwine revient à un « Musigny 2001 » du Domaine Leroy, adjugé 17 499€, le lot le plus cher revenant à une caisse assortie de 12 bouteilles de Romanée-Conti de 1990, adjugée 53 172€, deux domaines emblématiques de la biodynamie et représentants des plus grands vins français.

 

En quête de rareté

 

Animés par une quête de rareté, les consommateurs se sont rués sur les vins natures. Dans le haut du classement, des signatures emblématiques comme Pierre Overnoy dans le Jura, (Arbois-Pupillin 1990 adjugé 1658€) mais aussi des nouvelles signatures (Domaine des Miroirs, L’Anglore, Domaine des Murmures…) souvent associées à de micro-domaines discrets et à la production ultra-limitée.

 

 

Bordeaux VS Bourgogne

 

Si au début des années 2000, Bordeaux représentaient 80% des volumes échangés sur Idealwine, en 2020, la Bourgogne représente 37% des ventes aux enchères de la plateforme devant Bordeaux atteignant désormais 33,6%. Si le « Bordeaux Bashing » est passé par là, n’en reste pas moins que la France est en encore le premier pays acheteur de vins bordelais (37% en volume et en valeur), derrière Singapour (40% des ventes en valeur et en volume), preuve que l’Asie n’a pas été totalement contaminée par la « Bourgogne mania ».

 

À noter, le coup de pied dans la fourmillière pour les bastions de vins français que sont Bordeaux et Bourgogne par leurs voisins jurassiens et ligériens. Le Jura qui passait quasiment inaperçu dans les ventes aux enchère en 2015 représente désormais 2% en volume et en valeur, pour la Loire, une des régions les plus attractives selon Idealwine, les ventes ont été multipliées par 4 si bien qu’en 2020, 10 000 flacons ligériens ont trouvé preneurs. 

 

L’envolée des spiritueux

 

Connaissant un essor considérable depuis quelques années, les spiritueux ont été plébiscités sur la plateforme. Un peu plus de 1000 flacons ont été vendus aux enchères en 2020 avec un record pour un cognac « Louis XIII Rare Cask » de la maison Rémy Martin adjugé 16578€.

Un succès croissant dû à l’association récente entre Idealwine et la Maison du Whisky en fin d’année 2020, qui a donné naissance à Fine Spirits Auction, plateforme de vente aux enchères dédiée à 100% aux whiskies et spiritueux. Des whiskies qui s’illustrent, d’où qu’ils viennent, ils ont été particulièrement recherchés pour leur rareté. Bien sûr, l’Ecosse demeure un incontournable, mais, force est de constater que la finesse des breuvages japonais (10 whiskies sur 18) n’a pas fini son ascension. D’ailleurs, ce sont bien deux nectars du Pays du Soleil Levant qui monopolisent le podium : Yamazaki 25 ans 1984 (12 744€) et Karuizawa 1981 Cask 7924 (4 366€). Considéré comme une valeur refuge, le rhum tente une percée timide en 18ème position.

 

Peu de changements en revanche dans le top des domaines les plus attractifs, en Champagne, Selosse, Moët & Chandon et Roederer sont dans le trio de tête ; en Bourgogne, la Romanée-Conti semble indétrônable et conserve la 1ère place ; à Bordeaux, Petrus, Mouton-Rothschild et Lafite-Rothschild tiennent respectivement les 3 premières places du classement.

Dans le Rhône, même scénario avec un trio de tête inamovible représenté par Stéphane Reynaud (Château Rayas et satellites), Jean-Louis Chave et la maison Guigal.

Ailleurs, ce sont les vins transalpins qui se vendent le plus,  47% des vins étrangers échangés sur la plateforme, 55% en valeur), et, sans grande surprise, c’est l’appellation Barolo qui fait chavirer les coeurs des amateurs représentant 60% des domaines les plus représentés aux enchères en 2020.

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé