LE FIL

À la TV ce soir

Cash investigation s’attaque aux taxes, parlementaires et bienfaits du vin

Jeudi 01 avril 2021 par Alexandre Abellan

« Le vin serait bon pour notre santé. Cash Investigation fait voler en éclat ce mythe savamment entretenu » annonce France 2.
« Le vin serait bon pour notre santé. Cash Investigation fait voler en éclat ce mythe savamment entretenu » annonce France 2. - crédit photo : PLTV
Diffusé ce premier avril, le reportage présenté par Élise Lucet se focalise notamment sur les soutiens politiques et scientifiques du vignoble, tout en attaquant les stratégies commerciales de Pernod Ricard.

Tout à la fois touffu et décousu, le dernier reportage de Cash Investigation, Alcool : les stratégies pour nous faire boire diffusé ce premier avril à 21h05 sur France 2, promet de révéler les pratiques des lobbies alcooliers grâce à la recette clivante du programme (caméras cachées, infiltration d’entreprises, interviews de confrontation ou de validation selon l’interlocuteur). Se penchant pendant une heure sur les fonctionnements commerciaux et marketing du groupe Pernod Ricard (voir encadré), l’émission réalisée par la journaliste Véronique Blanc s’attaque ensuite aux discours politiques et scientifiques soutenant la filière des vins français. A commencer par son régime fiscal attractif, alors que les Français consommeraient trop d’alcool par rapport aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

« Boisson préférée des Français, le vin est aussi le moins taxé des alcools » pose Cash Investigation, dont le reportage présenté par Élise Lucet note que si le « vin a beau représenter 56 % de la consommation d’alcool et être plus alcoolisé que la bière, il bénéficie d’un privilège exceptionnel : il est le moins taxé des alcools (sans compter la TVA, les taxes représentent 0,83 % du prix d’une bouteille de vin, 9 % pour la bière et 50,8 % pour un spiritueux) ».

"Le prix"

Pourtant, « la meilleure technique pour réduire la consommation, c’est le prix » assène l’avocat et économiste Pierre-Alexandre Kopp. Se basant sur son étude de 2016*, le professeur de la Sorbonne ajoute que « l’alcool ne rapporte pas, il coûte aux contribuables » en termes de soins, et estime qu’« il y a un lien clair et indubitable entre le prix et la consommation. Et on sait qu’il y a un lien clair et indubitable entre le niveau de consommation, global et par tête, et le nombre de gens qui meurent et qui est malade. On peut danser, on peut chanter, mais c’est comme ça. »

« Pour faire baisser la consommation d’alcool, il faudrait utiliser l’arme de la fiscalité. Pourquoi le vin, la boisson la plus consommée, bénéficie-t-il d’un tel niveau de faveur ? » questionne le reportage (qui avait déjà répondu auparavant, indiquant que « ce traitement de faveur ne doit rien au hasard »). Prenant pour exemple le débat parlementaire concernant la taxe premix de fin 2018, Cash Investigation cible les membres du groupe d’étude Vigne et Vin de l’Assemblée Nationale.

Cache Investigation

D’une caméra cachée lors d’une dégustation dans les salons du palais Bourbon (où le discours capté de la députée tarnaise Marie-Christine Verdier Jouclas prône pourtant l’interdiction de la consommation des mineurs et femmes enceintes) à l’interview surprise du député alsacien Jacques Cattin (qui « assume tout à fait d’être le porte-parole de la filière »), le spectateur ne peut que regretter l’apparent parti-pris du programme, créant la suspicion en dénonçant l’opacité du travail parlementaire (contrairement à ce qui est indiqué, les réunions et ordres du jour du groupe de travail sont mises en ligne, pour qui les cherche).

Le dernier volet du reportage s’attaque à l’idée scientifique qu’une consommation modérée de vin peut être bénéfique à la santé selon « la courbe en J » (par rapport à un abstinent, le risque de maladies cardiovasculaire baisse pour une consommation modérée, puis augmente avec la consommation d’alcool qui annule l’effet protecteur précédent). Rencontrant dans le Massachussetts l’épidémiologiste américain Curtis Ellison (défendant la courbe en J), Cash Investigation le met face à ses financements de la filière des vins et spiritueux.

"Pas de miracle"

Le reportage reprend les propos de l’épidémiologiste canadien Tim Stockwell sur « les biais de comparaison entre les abstinents et les buveurs. [Alors qu’on] suppose que les abstinents n’ont pas de problèmes de santé, ils ont un problème de santé et sont d’anciens buveurs dans la plupart des études : la comparaison n’est pas juste. Des études qui ont corrigé ces biais montrent il n’y a plus de bénéfices, même les buveurs modérés ont un risque de mourir plus élevé. La courbe devient droite : il n’y a pas de miracle. » Faisant état d’« études controversées », Cash Investigation conclut qu’il faut limiter la consommation de boissons alcoolisées, présentant toujours un risque pour la santé. Un documentaire qui ravira les fans de l'émission et atterrera ses critiques, le but apparent de son script n'étant pas de nuancer mais de souligner les clivages.

 

* : Le reportage ne précise pas hélas le périmètre des calculs et les données utilisées, indiquant que le résultat est obtenu en retranchant les 3 milliards € de taxes sur les vins et spiritueux et 1,7 milliard € de retraites économisées aux 7,7 milliards € de soins pour les personnes malades de l’alcool.

 

 

 

Clash Investigation

Cash Investigation consacre l’essentiel de son émission aux stratégies commerciales du groupe Pernod-Ricard, de la mise en danger de ses collaborateurs buvant et travaillant trop au recours à des influenceurs contournant la loi Évin. Le reportage dissèque notamment des concerts de rap organisés par le whisky Chivas et des voyages offerts à des influenceuses par la liqueur Malibu. D’après les informations recueillies au service digital du groupe Ricard (sous couvert d’un stage réalisé par une journaliste de Cash Investigation), des engagements de promotion sur les réseaux sociaux sont passés oralement avec les artistes pour réaliser des parrainages contournant les restrictions liées à la communication de la loi Évin.

Une stratégie que récuse, face à Élise Lucet, Marie Benech, la responsable du marketing responsable du groupe Pernod Ricard. Dans une lettre envoyée par la groupe à l’émission, « il est faux d’affirmer que notre filiale française ait pu vouloir contourner loi Évin ».  En amont de cette diffusion, Pernod-Ricard a annoncé ce 15 mars s’obliger à étiqueter le logo « interdit aux moins de 18 ans » sur ses bouteilles et renforcer la formation de ses employés (cliquer ici pour en savoir plus).

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Fenrir Le 04 avril 2021 à 20:11:52
Merci à Cash Investigation de s'attaquer à un taboo de notre société. Oui la consommation d'alcool détruit des vies, beaucoup de vies. Bien sûr on peut toujours défendre le jeu de la roulette russe lorsque la balle ne sort pas du canon, à chacun ses responsabilités.
Ipi Le 03 avril 2021 à 11:42:45
Le cynisme et la désinformation de Cash Investigation n’a jamais eu de limite et s’acharne depuis des années contre l’agriculture sous toutes ses formes et tous ses aspects.Le filon s’avère juteux et facile face à une profession aux aboies. Tout est bon pour faire beaucoup d’argent en effrayant le peuple, notamment détruire les agriculteurs désespérés (2 suicides par jour) qui gagnent en moyenne à peine de quoi vivre en travaillant comment des esclaves. En 2018, on apprenait qu’Elise Lucet gagnait pour sa part 25’000.- euros par mois, payée par le « service public » ( que les agriculteurs payent aussi!) et salir avec partialité toute une profession incapable de se défendre face à la puissance des médias d’Etat. Sommes-nous en déjà en dictature? Enquêter avec impartialité, c’est comme boire avec modération: recommander pour la santé physique et morale.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé